local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Articles

  • CAP et BAC PRO : d’un diplôme national à une attestation patronale ? - Août 2016

    Annoncée par le gouvernement comme une « des mesures phare » de la loi travail, le CPA (Compte Personnel d’Activité), concerne les salarié-e-s et les chômeur-euses du privé et du public. Sa mise en œuvre a des conséquences directes sur l’évolution des diplômes de l’éducation nationale et leurs conditions de délivrance ainsi qu’un impact sur l’enseignement professionnel.
    Le décret n°2016-772 du 10 juin 2016 introduit les blocs de compétences comme composantes des bacs professionnels et des CAP pour (...)

  • Entrée au lycée professionnel : l’arnaque de l’innovation - Août 2016

    La circulaire n°2016-055 du 29 mars 2016 adressée aux rectrices et recteurs d’académie liste les nouvelles mesures pour réussir l’entrée au lycée professionnel. Ces directives surprennent par leur banalité puisqu’elles sont déjà souvent mises en œuvre dans de nombreux établissements comme l’accueil des nouveaux élèves, l’ajustement de l’orientation, les liens avec les collèges proches… Les seules nouveautés résident dans la suppression des CCF l’année d’entrée en Bac Pro, la réorientation à l’aide d’Affelnet et (...)

  • Suppression des indemnités de CCF, pas de pondérations, la voie pro encore dévaluée - Décembre 2015

    Le ministère a imposé un décret entrant en vigueur à la rentrée 2015 qui supprime l’indemnité de CCF (contrôle en cours de formation) et la remplace par une prime de 300 euros pour tout-e enseignant-e assurant au moins 6h en 1ère et Tle Pro ainsi qu’en CAP.
    Depuis la rentrée 2015 l’indemnité de CCF n’est plus. Elle est remplacée par une prime de 300 euros à la rentrée 2015 (et 400 euros à la rentrée 2016) pour tout-e enseignant-e assurant au moins 6h en 1ère et Tle Pro ainsi qu’en CAP
    Une inégalité avec la (...)

  • Stagiaires en entreprise : des quota excessifs, les élèves de lycée professionnel encore une fois discriminé-e-s - Décembre 2015

    Le décret n°2015-1939 du 26 octobre 2015 relatif à l’encadrement du recours aux stagiaires a été publié. SUD éducation dénonce le quota excessif de stagiaires autorisé dans les entreprises et la discrimination faite aux élèves de lycée professionnel lors de leur Période de Formation en Milieu Professionnel (PFMP).
    Certes, il est plus que nécessaire de réglementer le nombre de stagiaires accueillis dans une entreprise, pour éviter que les employeurs utilisent à outrance cette possibilité de disposer d’une (...)

  • Le développement de l’apprentissage, attention danger - Juin 2015

    Enseignement professionnel

  • Définition sommaire du lycée des métiers - Juin 2015

    Le lycée des métiers peut sommairement être défini comme une plate forme de formation en flux tendu. C’est à dire que le terme lycée disparaît puisqu’il est destiné à accueillir tous les types de publics possible, en formation initiale (lycéen de bac pro et technologique, BTS, licence pro) ou en formation continue (apprentis, en alternance, salariés en perfectionnement ou en reconversion, chômeur en stage obligatoire, délinquant en stage de socialisation "par le travail"...). (...)
    État des lieux de (...)

  • Ce qu’il faut savoir pour déjouer les pièges de la mise en place de l’accompagnement personnalisé - Juin 2015

    Les obligations de l’enseignant
    Il doit assurer les heures d’enseignement prévues dans la « Ventilation des Services » signée en septembre. Ce document correspond à la tâche définie et rémunérée par l’administration. Pour un enseignant travaillant à temps plein, 18 heures et si il en a accepté les Heures Supplémentaires Année (HSA).
    Des Heures Supplémentaires Effectives (HSE) sont rémunérées à partir d’un relevé mensuel établi par le Chef d’Établissement.
    Mais aussi, comme tout travailleur, le droit du (...)

  • Histoire-Géo au bac pro ; offensive idéologique sur les programmes - Février 2014

    Histoire-Géo au bac pro offensive idéologique sur les programmes
    Le 19 septembre 2013, le Conseil Supérieur de l’Éducation (CSE) examinait et validait la proposition ministérielle d’allégement des programmes d’Histoire-Géographie en baccalauréat professionnel.
    Si les dotations horaires rendaient effectivement impossible de mener à bien l’étude sérieuse des programmes existants, le choix des coupes opérées interroge et inquiète. En effet, le ministère, dans sa démarche « simplificatrice » supprime des (...)

  • Généralisation du CCF ; souffrance au travail et diplôme au rabais - Février 2014

    Généralisation du CCF ; souffrance au travail et diplôme au rabais
    Trois ans après « la rénovation de la voie professionnelle », on est loin de la revalorisation annoncée. En particulier, la généralisation des CCF continue de générer stress et mécontentement : Disparition de l’anonymat et de l’équité de traitement de chaque candidat ; Perte d’un véritable caractère national des diplômes de la voie professionnelle ; Caractère chronophage de ce mode d’évaluation au détriment du temps pour enseigner.
    Il aura (...)

  • Comment décrypter une DHG de lycée professionnel ? - Décembre 2013

    Comment lire une DHG (Dotation horaire globale) de lycée professionnel ?
    Bac pro trois ans : décryptage ! Dotation horaire globale
    Les principes du BO n°2 du 19 février 2009 Comment s’assurer de l’application des horaires réglementaires ?
    En annexes les grilles horaires
    Organisation et horaires d’enseignement dispensés dans les formations
    sous statut scolaire préparant aux CAP
    CAP : Les principes de l’Arrêté du 24 avril 2002
    En annexes : tableaux en fonction des durées de la période de (...)

  • CSE : déclaration sur l’enseignement professionnel public CGT educ’action, SUD éducation, SNCL-FAEN, SNUEP-FSU, SNEP-FSU, SNETAP-FSU - Décembre 2012

    Les organisations syndicales (CGT educ’action, SUD éducation, SNCL-FAEN, SNUEP-FSU, SNEP-FSU, SNETAP-FSU, …) ont pris connaissance du projet de loi d’orientation. Elles déplorent la disparition de certaines promesses initiales du gouvernement quant à une véritable refondation de l’Ecole et notamment en celles qui concernent une réelle ambition pour les lycées dans leurs trois voies de formations.
    Nous prenons acte de certaines dispositions : annonce de la re-création de 60 000 postes en 5 ans, (...)

  • Que cache la promotion de l’apprentissage ? - Avril 2012

    La formation professionnelle est devenue, à l’évidence, un enjeu fort de la campagne électorale. Avec une certaine précipitation, le président Nicolas Sarkozy a déjà formulé plusieurs propositions qui amalgament formation professionnelle initiale, formation continue et projet de réinsertion des demandeurs d’emploi. Il a confié au sénateur Larcher une lettre de mission lui enjoignant de trouver les moyens de favoriser la formation professionnelle pour les sans-emploi et les jeunes, profitant au passage (...)

  • M. Xavier Darcos doit aussi suspendre la réforme de l’enseignement professionnel ! - Janvier 2009

    Les organisations syndicales CGT Educ’action, SNUEP, SNEP et SNETAP-FSU, SNLC-FO, SNALC-FGAF, SNCL-FAEN, SUD Education, s’adressent au Ministre de l’Education pour lui demander de suspendre immédiatement la réforme de l’enseignement professionnel.
    Ces organisations réaffirment leur opposition totale à la suppression des sections de BEP et à la généralisation du Baccalauréat professionnel en 3 ans.
    Les différents arrêtés et décrets soumis à l’avis du Conseil Supérieur de l’Education ont été (...)

  • Bac pro trois ans : une attaque sans précédent contre l’enseignement professionnel ! - Décembre 2007

    C’est incidemment que l’on apprenait que le ministère Darcos avait décidé, sans la moindre concertation, de refondre entièrement les filières d’enseignement professionnel. Aux deux années de BEP suivies des deux années de bac professionnel qui ont cours actuellement, il veut substituer des filières de bac professionnel en trois ans. Trois ans de formation professionnelle au lieu de quatre : la belle affaire !
    Cette énième réforme n’a aucune justification pédagogique. Au contraire, elle méprise (...)

  • Loi sur la formation professionnelle - Octobre 2004

    1) Droit individuel sur la formation de 20 heures de
    formation par an cumulables sur 6 ans = 120 heures
    Formation sur ou en dehors du temps de travail et payée à
    50% du salaire.
    Entretien professionnel tous les 2 ans et bilan de
    compétences mi-carrière.
    Création d’un passeport de formation.
    2) Création de contrats de professionnalisation en
    alternance (80% du temps en entreprise 20% en cours).
    Généralisation de l’alternance et développement massif
    de l’apprentissage (de 360 000 (...)

  • Plus qu’un coup de canif pour l’Éducation nationale... un coup de poignard dans le dos du salariat - Octobre 2004

    Exploitation des stagiaires
    Par le décret n°2003-813 du 26/08/2003, le gouvernement vient de permettre à des élèves de moins de 16 ans en stage en entreprise d’utiliser des machines, des appareils ou des produits dont l’usage était proscrit aux mineurs par le code du travail. Ils pourront désormais intervenir sur une machine durant son fonctionnement, alimenter en matériaux une scie électrique, un broyeur, un malaxeur... travailler dans des cuves, des puits, des conduites de gaz, des canaux de fumée, (...)

  • PPCP : plus qu’une pédagogie, une philosophie... libérale ! - Octobre 2004

    Le projet pluridisciplinaire à caractère professionnel est une réforme "pédagogique" qui a été instituée sous le ministère Mélenchon, au lendemain de la mobilisation des lycées pro. du printemps 2000 contre la Charte de l’Enseignement Professionnel Intégré qui prévoyait de casser les statuts des enseignants. Plus qu’une simple innovation pédagogique soi-disant destinée à créer plus de lisibilité du métier auquel se destinent les élèves des LP, le PPCP a permis d’introduire plus de flexibilité dans les (...)

  • Vers une nouvelle gestion du monde du travail - Octobre 2004

    La question de la formation du travailleur, et donc de sa rémunération a toujours été l’une des pierres angulaires des luttes syndicales. Parallèlement, le patronat a bien évidemment élaboré des stratégies d’effritement de la reconnaissance de la force de travail, notamment en fragilisant les grilles conventionnelles de classification professionnelle, obtenues au lendemain de la Libération (époque où le patronat tenait à faire oublier ses accointances avec les régimes (...)
    État des lieux de la (...)