local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 19 juin 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

REVUE DE PRESSE : surnotation bac de Français.

A LA TÉLÉ

TF1 : ici

FRANCE 2 : au
20h

FRANCE 3 : au
12-13h
et au 19-20h

CANAL + : au JT

ITÉLÉ : ici
et ici
et ici

BFM télé : ici
et ici

A LA RADIO

FRANCE INFO : ici
et ici

FRANCE INTER : ici

FRANCE CULTURE : ici 

FRANCE BLEU : ici
et ici

DANS LA PRESSE :

Dans
la Nouvelle
République
du 20/06/2013

Le bac de français surnoté : un simple malentendu ?

La
grille de notation sur vingt-quatre points fait polémique dans
l’académie d’Orléans-Tours. En réalité, cette pratique n’a
rien de répréhensible.

La cacophonie régnait mercredi
autour de la notation du bac dans l’académie d’Orléans-Tours, en
pleine semaine d’épreuves. Un communiqué de Sud Éducation
d’Indre-et-Loire a mis le feu aux poudres, en affirmant que le
rectorat avait demandé aux correcteurs de noter l’oral de français
sur vingt-quatre points, et non sur vingt. Une méthode destinée à
« gonfler les notes », selon le syndicat, et qui
« remet en cause la notation égalitaire des candidats sur
le plan national »
.

En réalité, la fiche
d’évaluation controversée comporte une case « note finale
en points entiers sur 20 »
. C’est bien cette note qui doit
remonter au centre d’examen et apparaître sur le bulletin du
candidat. Une fois rempli le barème sur vingt-quatre points, qui
permet d’évaluer séparément les différentes compétences, le
correcteur doit simplement appliquer une règle de trois pour
ramener la note sur vingt. Une pratique fréquemment utilisée
durant l’année scolaire.

 Une " erreur
d’interprétation "

Chez les enseignants, les avis
sont partagés. « Il faut être réaliste, on est là pour
juger des élèves et pas le travail de tel ou tel enseignant, si
mauvais soit-il »
, fustige une professeur de lettres
orléanaise. « Cette mesure a été extrêmement mal perçue
par mes collègues »
, assure à l’inverse une enseignante
de lettres du Lycée Pierre et Marie Curie de Châteauroux (Indre),
qui juge ce nouveau barème « arbitraire »