local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 18 juin 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

LES NOUVELLES DU MARDI 18 JUIN 2013

Les
nouvelles du mardi 18 juin


SUD Éducation
37

 

Communiqués
SUD éducation :


  • Retraites,
    statuts… Les régressions, ça ne se négocie pas, ça se combat :
     
    http://www.sudeducation.org/Retrait...

  • Contre
    la casse des statuts et la dégradation des conditions de vie, des
    revendications unifiantes :
    http://www.sudeducation.org/Contre-...
  • BAC
    dans l’académie d’Orléans-Tours : épreuves anticipées de
    Français : des conditions inacceptables (communiqué voir site
    SUDéduc 37)


CRPE
 : Des centaines de candidats recalés par des zéros éliminatoires...

« Je ne comprends pas comment on peut mettre zéro à une
épreuve orale préparée pendant 3 heures »,

nous dit Véronique. Candidate au concours externe 2013 de professeur
des écoles, elle est recalée par un zéro à l’épreuve orale de
maths. Des centaines de candidats sont dans ce cas dans 6 académies.
Au final, les postes inscrits au concours ne seront pas pourvus.
(...) On compterait plus de 200 candidats dans ce cas en
Ile-de-France . Le problème toucherait aussi les académies de
Lille, Aix-Marseille et Bordeaux. Certains avaient largement les
points pour être reçus et ne doivent leur échec qu’à cette
épreuve guillotine. Comment peut-on ne pas mettre au moins 0,1 ou 1
point à une épreuve orale ? Résultat : sur l’académie de Créteil
seulement 879 professeurs sur les 1055 attendus seront présents à
la rentrée. L’académie devra encore largement
faire
appel à des contractuels
.
Et les recalés de juin seront les contractuels de septembre...
http://www.cafepedagogique.net/lexp...


Rythmes
scolaires : Les maires toujours inquiets.

« On
était inquiets sur les modalités du fonds d’amorçage. Et bien ça
se vérifie ».
Président
de l’association des maires ruraux de France, Vanick Berbérian ne
cache pas sa déception à l’issue de la réunion au ministère de
l’éducation nationale le 13 juin.
Si
les maires ont obtenu confirmation de l’aide de la CAF, ils craignent
une prochaine décision du Conseil d’État.
Le
Conseil a émis un avis négatif au projet de décret gouvernemental
sur la baisse du taux d’encadrement des activités périscolaires
.
Le ministère travaille sur un nouveau texte. Mais ce point est
crucial pour les maires.

"Si le Conseil maintient son avis, cela enchérit de 25% le coût
du périscolaire. C’est simplement impossible"
,
nous dit V Berbérian.
Autre
point de tension : la pérennité de l’aide de l’État.

"On
a demandé que les crédits inutilisés en 2013 pour le fond
d’amorçage soient budgetés en 2014. On nous a dit que ce n’est pas
possible"
.
http://www.cafepedagogique.net/LEXP...


Peillon
finance les projets éducatifs territoriaux grâce au groupe Total.

L’agence de presse (AEF) nous apprend la signature entre l’État
et Total d’un accord cadre qui prévoit de consacrer 4 millions
d’euros à l’accompagnement de la « réforme » des
rythmes scolaires. Le dossier de presse distribué par les
signataires le vendredi 7 juin 2013 indique :
« Quatre
millions d’euros seront affectés au soutien de structures à but
non lucratif, notamment afin d’accompagner la grande réforme des
rythmes éducatifs dans le premier degré ».
Le
même dossier indique comme une référence que le partenariat entre
l’État et Total dans ce domaine a été « initié en 2009 »
et Total s’y vante d’être « le premier partenaire privé
du Fonds d’expérimentation pour la Jeunesse ». Un célèbre
site d’information et d’investigation révélait il y a peu qu’il
bénéficiait d’un régime fiscal qui lui permettrait, d’échapper
en grande partie à l’impôt sur les sociétés en France. Le
groupe Total se lance donc dans le financement des réformes qui
l’intéressent via un « mécénat » aussi désintéressé
que l’on peut l’imaginer. Par cet « accord-cadre »,
le ministre Peillon montre la solution aux communes asphyxiées
financièrement par le transfert de charges découlant de son décret
 :
pour
maintenir leur école il faut chercher dans le sponsoring avec les
entreprises locales
.
http://le-mammouth-dechaine.fr/Ndj/