local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 16 juin 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Michelin : le syndicaliste en première ligne

Voir l’article de la "Nouvelle République" du 16 juin 2013.

Secrétaire du comité d’entreprise et délégué SUD à l’usine de Joué-lès-Tours, Olivier Coutant raconte son quotidien au cœur de la crise. Rude semaine !

Alors que la nouvelle du projet de supprimer 730 postes à l’usine Michelin se répandait dans les médias comme une traînée de poudre, Olivier Coutant, 46 ans, eut une hésitation. Comme chaque week-end, ce coureur de fond a enfilé un short pour un jogging.
Mais, ce samedi 8 juin, il décide de se déshabiller au sens propre comme au figuré : « J’ai fait demi-tour, en me disant que je serais plus utile auprès des gars. » Le secrétaire du comité d’entreprise ne sait pas encore ce qui l’attend pendant la semaine. Va y avoir du sport…

Direction l’usine. Il commence alors un véritable marathon social qui va durer la semaine : d’abord informer les équipes qui font les trois huit, puis éponger les réactions… En ce premier jour de commentaires, il gère : « Nous étions, samedi et dimanche, à Neuillé-Pont-Pierre, autour d’un étang à l’occasion d’un concours de pêche. On a parlé que de ça avant de se séparer dimanche, à 22 heures. »

Sa nuit est courte. Il est réveillé lundi à 4 h 45 par un coup de fil. Les salariés, qui ont appris la nouvelle par la NR et d’autres médias, sont « remontés ». Olivier Coutant les rejoints, passe dans les groupes massés devant le bâtiment de la direction, discute, informe.
Vers 8 h, il accueille vertement le directeur du site, Jean-Denis Houard, sous l’œil d’une caméra de télévision (TV Tours). Puis, joint au téléphone, celui qu’il qualifie déjà de « liquidateur », Armel Jahan, numéro 2 de la DRH Michelin à Clermont et à qui il refusera de serrer la main. Il le rencontre à plusieurs reprises dans la journée, notamment pour rédiger la question de l’ordre du jour du CCE prévu le 26 juin.

10 h 45 : il rend compte de l’annonce officielle devant le personnel et les médias nationaux. Lundi noir. Sortie d’usine à 1 heure…
Mardi : il lui faut encore informer les équipes. De l’aube à la nuit. Mercredi, coup de fil de Marisol Touraine à 9 h, juste avant le Conseil des ministres : « Je lui dis : " Ne m’appelez plus, venez ici… " » Le maire de Joué, Philippe Le Breton, et la sénatrice Marie-France Beaufils le rencontrent sur site.

Olivier Coutant est épuisé : assistant social avec les uns, puncheur avec sa direction, communiquant 15 h sur 24… Il n’ira pas à Clermont vendredi. Direction le Royaume-Uni pour ce week-end familial « prévu de longue date » et encouragé par le service médical de l’usine. Car la lutte ne fait que commencer…

Rude semaine !

Bruno Pille

Voir en ligne : http://solidaires37.org/spip.php++cs_INTERRO++ar...