local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 11 juin 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

LES NOUVELLES DU MARDI 11 JUIN 2013

Nouvelles
du mardi 11 juin

SUD
éducation 37

-
RYTHMES SCOLAIRES : pour 2013 ? Sûr de sûr ? la Cnaf
refuse de payer deux fois (par Michèle Foi)

Les
élus qui ont choisi de mettre en place la réforme des rythmes
scolaires dès 2013 risquent d’avoir une mauvaise surprise. L’État
ne verserait pas le fonds d’amorçage promis en 2013, se défaussant
sur la Cnaf. Mise devant le fait accompli, celle-ci refuse de
financer en plus les activités périscolaires.
http://www.courrierdesmaires.fr/174...

-Taux
d’encadrement périscolaires : le Conseil d’État rejette le projet
de décret.

Le
Conseil d’État a rejeté le projet de décret visant à permettre un
assouplissement des taux d’encadrement périscolaires dans le cadre
d’un projet éducatif territorial. un coup de théâtre s’est produit
cette semaine : le Conseil d’État a rejeté le projet de décret sur
l’assouplissement des taux d’encadrement périscolaires dans le cadre
du projet éducatif territorial.

À
ce rejet plusieurs raisons :

-
Le
projet
de loi

sur
la refondation de l’école qui modifie le Code de l’éducation en
instituant le PEDT n’a pas encore été voté par le Parlement et
peut encore être modifié : la dérogation aux taux d’encadrement
fondée sur un PEDT pas encore défini n’a donc pas pour l’instant de
fondement légal.

-
On
n’expérimente
pas lorsqu’il s’agit de protection des mineurs

 :
"on ne peut expérimenter une réforme en réduisant une règle
qui induirait une baisse de la sécurité des mineurs".

-
Le texte introduirait une
rupture
d’égalité

des
usagers devant la réglementation

 :
l’existence d’un PEDT ne semble pas une garantie suffisante aux yeux
des conseillers d’État pour justifier une telle différence dans les
taux d’encadrement, d’un accueil périscolaire à l’autre.
http://www.jdanimation.fr/actualite...

-600
enseignant-e-s refusent de remplir le livret personnel de compétences

 Plus
de 600 enseignant e s de toute la France se sont engagés
publiquement à ne pas remplir le livret de compétences (LPC) http://www.sudeducation.org/600-ens...
[http://www.sudeducation.org/600-ens...],
avec le soutien de plusieurs syndicats et collectifs. Ce livret a été
mis en place sous la présidence Sarkozy dans le cadre du socle
commun de connaissances. Il recense les « compétences »
des élèves qui doivent être acquises en fin de CE1, CM2 et 3e. La
« refondation de l’école » promue par V. Peillon n’a
pas amené à sa remise en cause.

Du
point de vue éducatif
,
les signataires dénoncent un outil inutile et lourd, qui implique
une pédagogie du bachotage, loin de la visée émancipatrice qui
devrait être celle de l’école.

Du
point de vue de la vie privée
,
le LPC recueille de manière détaillée et numérisée des
informations sur les enfants, et cela pour leur vie entière... sans
garanties quant à la confidentialité des données.

Du
point de vue du droit du travail
,
il est à craindre que le système des compétences, plus
qu’encouragé par le patronat, individualise le statut des
salarié-e-s et affaiblisse les conventions collectives.

En
conséquence, les signataires réclament que ce livret de compétence
soit supprimé.

http://www.sudeducation.org/600-ens...[http://www.sudeducation.org/600-ens...]
La liste des signataires a été rendue publique
http://www.boycott-lpc.lutter-agir.org/