local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 5 juin 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

LES NOUVELLES DU MARDI 4 JUIN 2013


Les nouvelles du mardi 4 juin 2013 – SUD éducation 37



Y-a-t’il
un pilote dans l’académie ?
À
la veille du bac les sueurs commencent à monter et pas que chez les
candidats. C’est le cas aussi pour les corps intermédiaires de
l’EN. Et si, cette année encore, les résultats de l’académie
étaient mauvais ? RGPP ou MAP oblige, ou tout simplement pression
pour faire bonne figure, désormais les résultats des élèves sont
étudiés à la loupe, ce qui amène à constater de nettes
différences de moyennes au BAC entre les académies. De un à deux
points ce qui peut être énorme et avoir au passage un impact non
négligeable sur le nombre de reçus (et n’oublions pas qu’il faut
tendre vers les 80% d’une classe d’âge). Comment expliquer ces
variations d’une académie à l’autre ? Le climat ? Les bretons ou
les limousins réussissent mieux que les bordelais car leurs
révisions seraient moins impactées par l’héliotropisme ?
Possible, cette année alors les résultats vont être partout
fulgurants...
Mais
non, c’est une histoire de « pilotage »...
Qu’est
ce que le pilotage ? C’est remarquer par exemple que si l’on décide
de mettre 2/20 à une copie qui vaut 1/20 on ne change pas
fondamentalement la notation, mais on a un impact sur la moyenne
général du bac (l’élève, lui, une chose est claire, on s’en fout,
c’est pas la question). Négligeable ? pas sûr... Car si
systématiquement à une copie qui vaut 2/20 on met 3, à une qui
vaut 4 on met 5 et à une qui vaut 5 on met 6, on n’aide pas
particulièrement le candidat (qui aura toujours une tripotée de
points à rattraper), mais on fait sérieusement bouger la moyenne
académique. Et si dans le même temps on décide de vraiment
valoriser les très bonnes copies en leur donnant un 20/20 au lieu
d’un 18, et bien il y à tout espoir de voir son académie remonter
sérieusement dans le classement des résultats.
Ouf
 !
Voilà
donc les explications auxquelles s’emploient depuis quelques
semaines les Inspecteurs régionaux dans certaines académies.
Ils
pilotent !
Les
profs rament eux toujours autant...


Force
de vente
 :
quand
les multinationales remplacent les instituteurs, par
Agnès
Rousseaux
(30
mai 2013) . Le groupe pharmaceutique Novartis va adresser 5 000 kits
pédagogiques à des écoles élémentaires. De quoi sensibiliser 150
000 enfants à l’importance de prendre soin de leur animal
domestique préféré, chiens ou chats, pour éviter la transmission
de maladies grâce... à des produits en partie commercialisés par
Novartis. S’agit-il de « séances pédagogiques » désintéres-
sées, ou de réaliser une vaste opération marketing, avec l’aval
de l’Éducation nationale ?
Lire
la suite...


Le
projet éducatif du Medef : on ne pourra pas dire qu’on ne savait
pas
.
L’appel
à contribution « pour la refondation » de l’école lancé par
Vincent Peillon (...) aura eu au moins le mérite de relancer le
débat sur la question éducative en France et d’inciter l’ensemble
des partenaires du système éducatif (associations de parents
d’élèves, mouvements pédagogiques, syndicats enseignants....)
à rédiger leur profession de foi en matière éducative.
À
cette occasion le MEDEF, au même titre que d’autres syndicats ou
associations, a publié un document reprenant l’ensemble de ses
analyses sur l’école. Ce document constitue un excellent témoignage sur l’approche néolibérale de la question éducative
.
Il illustre de façon remarquable les analyses prémonitoires du
néolibéralisme formulées dès la fin des années 70 par Michel
Foucault et les mutations « éthiques » du système capitaliste
analysées par Luc Boltanski dans « le Nouvel esprit du capitalisme
 ».
Lire
la suite.

Le
travail c’est la santé ?
Une
enquête sur les conditions de travail en Finistère. En janvier
2011, le syndicat SUD éducation 29 a initié deux journées de
formations intitulées : « Souffrance, stress, pression,
hiérarchie... nos conditions de travail en question », animées et
coordonnées par Cyril Labous, psychologue au CHU de Brest. La
synthèse des échanges a permis dʼidentifier
cinq
facteurs de stress
 :
les difficultés intrinsèques à la fonction, la polyvalence ou
dilution des missions, le poids du contrôle et de lʼévaluation
directe et indirecte, lʼattaque de lʼidentité ou la remise en
question identitaire, la rapide mutation de lʼétablissement
scolaire en nouvelle culture dʼentreprise.

Et
vous ça va ? En êtes vous sûr ? pour combien de temps ?
En
cas de souffrance au travail, voir le kit de survie sur notre site :
http://sudeducation37.fr/spip.php?r...
.
Et contactez nous.