local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 8 avril 2015
Format PDF Enregistrer au format PDF

Déclaration liminaire du CTSD 1er avril 2015

En 2012, François Hollande déclarait « L’encadrement doit être renforcé en particulier dans les écoles qui cumulent le plus de difficultés ». Malheureusement, pour la rentrée 2015 encore, cette phrase sonne comme une incantation.
Pour que les conditions d’une réelle refondation, que nous pensons indispensable, soient remplies, il faudrait d’abord un budget suffisant et des créations de postes en regard des besoins. Après la casse du service public d’éducation des années 2007-2012, l’Ecole subit maintenant les effets de la politique d’austérité.
Nous soulignons l’insuffisance de la dotation départementale (20 pour la rentrée 2015), au regard des dégradations dues aux retraits d’emplois des années antérieures, de la poursuite de l’augmentation des effectifs élèves et de la mise en œuvre de la refondation de l’école : plus de maîtres que de classes, accueil des 2 ans, relance de l’éducation prioritaire.

Comment mettre en place le dispositif « plus de maîtres que de classes » ? Comment mettre en place les mesures annoncées pour l’éducation prioritaire ? Comment poursuivre et amplifier la nécessaire réimplantation de moyens de remplacements ? Comment garantir une formation initiale et continue de qualité ? Comment assurer des situations d’apprentissage favorisant la réussite de tous nos élèves ?

Nos conditions de travail et les conditions d’apprentissage de nos élèves, qui s’étaient tant dégradées, ne vont pas s’améliorer. Trop de classes, en maternelle surtout, vont encore devoir fonctionner avec des effectifs chargés, alors que l’impact d’effectifs réduits sur la réussite scolaire et sur la réduction des inégalités scolaires n’est pas négligeable, en particulier pour les plus jeunes élèves.

La réforme des REP + n’est qu’un artifice. Ce n’est pas d’un doublement de la prime ZEP dont les collègues ont besoin, c’est de meilleures conditions de travail.

SUD éducation demande des ouvertures de classes partout où les effectifs l’exigent, la mise en place de RASED complets partout, et des départs en formation en nombre suffisant pour que les poste soient pourvus rapidement, la création de postes d’enseignants-es supplémentaires dans chaque groupe scolaire et dans chaque école de l’éducation prioritaire, la création de postes de remplaçants-es en nombre suffisant.

SUD éducation continuera à œuvrer pour des conditions d’apprentissage et de travail satisfaisantes tant pour nos élèves que pour nos collègues.