local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 9 mars 2015
Format PDF Enregistrer au format PDF

SUD réitère son soutien à l’enseignante de Joué

SUD
réitère son soutien à

l’enseignante de Joué

source :la NR du 09/03/2015 05:32

A la suite de la
mise en examen de Farida Belghoul pour complicité de diffamation,
Sud Éducation confirme son soutien à l’enseignante diffamée.

Depuis mardi, Farida
Belghoul, fondatrice du mouvement très contesté Journée de retrait
de l’école (JRE), est mise en examen pour complicité de diffamation
(lire notre édition du 7 mars). En mars 2014, le site des JRE avait
mis en ligne une vidéo portant de très graves accusations à
l’encontre d’une enseignante de l’école maternelle Blotterie à
Joué-lès-Tours.

L’histoire qui y
était rapportée comportait de nombreuses invraisemblances :
malgré tout, certains parents y avaient porté foi et cela avait
provoqué d’importants remous, tant chez les parents qu’au sein de la
communauté enseignante ainsi mise en accusation.

L’enquête de police
avait rapidement montré l’inexistence des faits allégués et
l’enseignante n’avait fait l’objet d’aucune poursuite.

Aujourd’hui, le
syndicat Sud Éducation 37, qui a soutenu depuis le début
l’enseignante, réaffirme fermement ce soutien moral, matériel et
juridique. Le syndicat se félicite du fait que l’enquête « soit
élargie à l’ensemble des personnes qui ont attisé les haines
sociales et manipulé des personnes en grande fragilité dans un
quartier dit sensible ».

Tout en regrettant
que leur collègue diffamée mène seule le combat juridique, bien
qu’elle ait obtenu la protection fonctionnelle de l’Éducation
nationale. Sud rappelle, qu’à ce jour, la vidéo diffamatoire est
toujours accessible sur un site qui a pris le relais de celui de la
JRE. Et que c’est bien cette affaire qui est à l’origine du
changement d’affectation de la collègue diffamée, « contrainte de
demander ce changement afin d’assurer sa sécurité et la sérénité
de l’école Blotterie ». Le syndicat demande donc que l’Éducation
nationale « assume pleinement son rôle dans la protection des
fonctionnaires pour ne pas les laisser dans l’isolement ».