local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 27 janvier 2015
Format PDF Enregistrer au format PDF

Nouvelles du mardi du 27-01-2015


27 Janvier 2015

-
RAPPEL : #onfaitquoi :
L’Ecole après charlie :
Appel
à discussion :
mercredi
28,
1er
étage salle de la Médaille à Saint-Pierre des-Corps, à partir de
17 h 30
.
Après l’émotion, s’ouvre le temps de l’analyse et des
propositions d’action, sur le terrain. Venez nombreux !

-
 
Nos positions :
Sur
les premières mesures prises pour l’école par le gouvernement
après les attentats
 :
pas d’embrigadement, pas de caporalisation.
Lire
notre communiqué.
Sur
les ambitions de la réforme annoncée du collège

(plan numérique…) : non à l’employabilité !

lire notre communiqué
.

-
 
Créations de postes
2015 : encore de la poudre aux yeux !
Le
budget de l’État pour 2015, voté le 18 novembre, prévoyait une
hausse de 2,4% du budget de l’éducation avec la création de 9400
postes. Le détail des créations de postes fourni en Comité
Technique Ministériel le 17 décembre montre qu’il s’agit d’un
trompe-l’œil. Les 5061 créations de postes d’enseignant-e-s
prévues ne couvrent pas la hausse démographique, continue ces
dernières années. De plus, environ 10% des stagiaires ne sont pas
titularisé-e-s. Les créations de postes de stagiaires ne
garantissent donc pas la création d’autant de postes de
titulaires. 
Par ailleurs, rapportés aux 80 000 postes supprimés
durant le précédent quinquennat et même pour tenir la promesse des
60000 postes sur le quinquennat les postes créés cette année sont
très insuffisants. 
Enfin, ces créations de postes devront servir
à financer les pondérations en REP+ et pour classes à examen. En
effet, la réforme de l’éducation prioritaire prévoit que chaque
heure de service effectuée en collège REP+ soit comptée pour 1,1
heure. Elle prévoit également que les enseignant-e-s du premier
degré soient libéré-e-s 18 demi-journées pour de la concertation.
Et les pondérations pour classes à examen dans l’enseignement
secondaire général et technologique vont aussi demander quelques
moyens supplémentaires.
Lire
la suite…


- 
Un prof de
Poitiers suspendu pour « apologie de terrorisme » ou pour
son militantisme ?
NRCO
Vienne- Jacques Moret (le recteur) organisait hier après-midi la
mobilisation pour les valeurs de la République (lire plus bas). Dans
son introduction il rappelait : « 
Le
8 janvier, il y a eu aussi l’inacceptable commis par quelques
enseignants qui n’ont pas observé la minute de silence avec des
arguments dérisoires invoquant une absence de nécessité. Ou des
arguments plus contestables estimant que ce n’était pas le moyen le
plus approprié. Mais aussi des arguments inadmissibles pour des
fonctionnaires cautionnant plus ou moins les attentats. »
Et
le recteur de promettre des sanctions si ces faits étaient avérés.
 Ainsi, un professeur de philosophie du lycée Victor-Hugo à
Poitiers est suspendu à titre conservatoire pour 4 mois.

Jean-François
Chazerans , l’enseignant concerné, nous a livré sa version. Ce
professeur de philo mis en cause est connu pour son militantisme…
« Ce
sont les élèves qui étaient demandeurs. J’étais réticent. Je
n’aime pas évoquer à chaud de tels sujets. Devant leur insistance
et leur état de choc, j’ai décidé de mettre en place ces débats. »


Eludant la fameuse minute de silence -
« Je
n’y étais pas » -
,
le prof engagé condamne aujourd’hui sans ambiguïté les attentats
et leurs auteurs.
« Ma
réaction de citoyen est de dénoncer avec force ces actes odieux,
horribles. On ne peut quand même pas m’accuser d’avoir la moindre
sympathie pour les djihadistes. Ce sont des groupes fascistes que je
combats. Il n’y a pas eu une quelconque apologie du terrorisme lors
de mes cours. Au contraire... »

Le prof fait montre d’incrédulité.
« Je
ne comprends pas. Je décide de m’exprimer car je ressens un fort
sentiment d’injustice. »