local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 4 novembre 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Nouvelles du mardi 4 novembre

Les Nouvelles Du Mardi

 
4 NOVEMBRE 2014

AVS :
l’intervention de SUD éduc 37 a payé !
Suite
à nos différentes réunions avec les AVS-AEHS du département, nous
avons pu faire le point des nombreux problèmes liés aux contrats,
nous avons écrit au Directeur académique pour signaler un certain
nombre d’abus. Nous avons obtenu que figure explicitement dans la
correspondance adressée aux nouveaux AVS recrutés, qu’ils ne
doivent en aucun cas prendre leur poste si le contrat n’est pas
dûment signé.

Petite
avancée, qui n’améliore pas pour autant le quotidien des AVS, mais
qui les protège d’un certain nombre d’abus. C’est déjà ça !

Ecole
du numérique : Un enseignant a dû fermer son blog après une
menace de blâme par le rectorat de Lille.
Le
site de
Libé
revient sur l’affaire Dominé à qui le Rectorat de Lille vient
d’infliger un blâme. Dans l’article Ghislain Dominé analyse de
façon pertinente une véritable politique répressive : :
« Ce que je ne comprends pas, c’est qu’un petit prof comme
moi est rappelé à l’ordre quand il essaie de critiquer de manière
constructive, alors que […] cela ne semble pas poser de problème
lorsque Farida Belghoul [à l’origine des « journées de
retrait de l’école », ndlr] ou Jean-Paul Brighelli [auteur
de la Fabrique du crétin] dézinguent à tout-va l’institution ».
Début de l’article : On ne plaisante pas avec le numérique à
l’Education nationale. Un prof d’histoire-géo de Tourcoing (G.
Dominé), qui avait eu l’audace de critiquer le ministère sur ce
sujet, s’est retrouvé menacé d’un blâme. Il a alors supprimé
son blog avec le billet incriminé ainsi que son compte Twitter. A la
veille de nouvelles annonces sur le numérique à l’école,
l’affaire tombe mal.
Ghislain Dominé - « lannoy29 »
jusqu’ici sur Twitter - est un enseignant précurseur. Il utilise
les nouvelles technologies depuis dix ans et tenait un blog très
suivi nommé « Au coin de la rue de Lannoy ». Il a aussi
publié des livres faisant autorité, comme le Guide de l’iPad pour
les enseignants. Il était détaché depuis septembre comme chef de
projet numérique à Canopé Lille, un réseau de ressources
pédagogiques rattaché au ministère.
Mais le 21 octobre,
Ghislain Dominé a publié un billet jugé bien trop insolent. Titré
« De l’incertitude 2.0 », c’est une longue analyse où
l’enseignant s’inquiète de « l’illusion technologique »
ambiante - « Une fascination […] qui en vient à me donner de
l’urticaire ». Evoquant la succession des plans numériques,
il dénonce « l’inertie du système éducatif » et
« l’échec de l’évangélisme digital ».« Le
numérique n’est que vernis, conclut-il. Là où on l’impose,
c’est de la pédagogie qu’il faut prodiguer. »
Lire
la suite sur Questionsdeclasses.org
Pour
info : F. Belghoul, association des JRE, a eu la même sanction
alors que, enseignante, elle prône ouvertement le retrait des élèves
de l’Ecole et passe ses journées d’arrêt maladie... à Moscou.
L’administration, qui sait toujours bien gérer les choses, n’y voit
rien à redire...

Pourquoi
il faut voter Sud aux élections professionnelles
-
Un autre syndicalisme

Indépendant
de tous les pouvoirs, SUD éducation lutte contre toutes les attaques
d’où qu’elles viennent. Nous portons en toute autonomie nos
revendications pour les personnels et le service public. Membres de
l’Union syndicale solidaires, nous voulons l’unité et la
convergence des luttes. Pour nous le syndicalisme c’est rassembler
les personnels, construire la démocratie à la base et l’autogestion
dans la vie du syndicat.

-
Une autre école, une autre société

Nos
conditions de travail se dégradent. Notre charge de travail
augmente. La précarité se développe. Les pressions hiérarchiques
se multiplient. Les inégalités se creusent dans la société et à
l’école : entre les territoires, les élèves, les
personnels. Pour nous l’école n’est pas une entreprise,
l’éducation n’est pas une marchandise. C’est pourquoi SUD
éducation lutte contre le libéralisme, contre toutes les
discriminations, contre toutes les inégalités. Nous défendons
l’autogestion et les pédagogies alternatives. Pour une autre
société, une autre école : publique, gratuite, laïque,
égalitaire et émancipatrice.

-
Une autre voix face à la hiérarchie

Dans
les établissements, dans les écoles, dans les commissions et dans
la rue, SUD éducation est toujours sur le terrain pour défendre et
accompagner tous les personnels, statutaires ou précaires, de la
maternelle à l’université, syndiqués ou non. Voter pour des
élu-e-s SUD éducation, c’est faire entendre une voix sans
complaisance dans les CAP, les CT, les CCP ; c’est choisir des
représentant-e-s sans connivence avec la hiérarchie, qui rendent
compte aux personnels. SUD éducation ne (se) laisse pas faire, nous
ne sommes pas un syndicat de cogestion mais un syndicat de lutte.