local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Par : D.R.
Publié : 2 novembre 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Pertes et profits

* Postures syndicales (dispersées...) de novembre.

Y-aurait-il des élections prochainement ?

On vous passe les détails des différentes négociations et évolutions, mais voici en gros l’ordre syndical pour le moins dispersé qui prévaut pour ce mois de novembre. Pour le moins, le gouvernement n’a pas trop de soucis à se faire.

- la FSU se lance dans une grande semaine de mobilisation (mais sans grève, oula, doucement les gars) et d’action sur l’éducation du 17 au 22 novembre avec un temps fort national le 22 novembre avec « rassemblement sur l’esplanade des Invalides à 11h et un meeting à la maison de la chimie de 13h à 15h » (source), sans doute avec défilé aux flambeaux...

- FO seul dans son coin aussi, prépare une conférence nationale sur les rythmes le 19 novembre (source) et se lance seul toujours dans une mobilisation intergalactique de la fonction publique le 16 décembre (pour fêter Noêl, sans doute) (source)

-
la CGT éduc, annonce à qui veut l’entendre qu’elle souhaite une grève sur les rythmes (autant dire rien du tout, car le syndicat n’est pas implanté dans le premier degré) (source)

Au final,
il n’y aura rien d‘autre qu’une déclaration commune CGT/FO/SUD sur les rythmes sans perspective concrète de mobilisation. Le texte est ici.

Pour la fonction publique, faudra se contenter d’un appel CGT/FSU/Solidaires/FAFP pour des actions sans grève le 18 novembre de12h à 14h (source)

Voilà. C’est pas comme si tout allait bien.


* L’Éducation nationale autorisée à expérimenter un « livret scolaire numérique » (et les débuts sont prometteurs...)

Et même si a CNIL regrette de ne pas avoir pu vérifier le dispositif technique. D’ailleurs pourquoi s’embarrasser de l’avis de la CNIL ?

L’expérimentation avait commencé avant même la publication de l’arrêté...
Et l’administration « ne peut ni se prononcer sur la conformité du traitement vis-à-vis de l’article 34 de la loi « Informatique et libertés » [celui relatif à la sécurisation des données personnelles, ndlr], ni proposer de mesures précises ».

Plus de détails ici :
http://www.nextinpact.com/news/90609-l-education-nationale-autorisee-a-experimenter-livret-scolaire-numerique.htm

Mais attention, loin de nous l’idée de vouloir critiquer et dire que c’est vraiment n’importe quoi le plan numérique à l’école (d’autant plus que c’est en dessous de la réalité...). C’est ce qui vaut à un de nos collègues d’avoir été contraint par l’institution de fermer son blog... (source).


* Parascolaire numérique, une histoire qui veut rapporter gros...

- D’un côté, KARTABLE.FR, startup a 1,2 millions d’Euros, est la risée de tous, car truffée d’erreurs (et avec de belles boulettes (?) du genre : "A l’Ouest et au Nord se trouve l’Europe originelle »).

- De l’autre
le plan E-Education rapporte 625 000€ minimum aux entreprises dirigées par les chefs de projet liés à ce plan (source). Soit un détournement officiel d’argent public en toute légalité.

Vive la crise !

Ceux là ont eu la malchance de se faire prendre. Pour rappel, de nombreuses boites privées, telle Paraschool dont le mammouth parlait il y a déjà de nombreuses années (source), sont aujourd’hui en cheville -en toute discrétion - avec des institutions publiques pour fournir du soutien scolaire.


* Belghoul, se plaint de ne pas être assez sanctionnée.

Le recteur de Versailles, en effet, ne lui adresse qu’un blâme. « Un blâme, cela revient à lui dire que ce n’est pas bien, mais cela n’a pas de conséquences », a indiqué le rectorat (source, Le Monde)

Et la voilà vexée car
elle ne veut pas qu’on dise que son blâme est une sanction dérisoire (source).
Ceci dit on peut se demander pourquoi le recteur de Versailles a lancé toute cette procédure...

Jamais contente...


* Clownerie (Y en a qui travaillent un peu du chapeau !)

En cette période où l’on parle beaucoup de clown, (comme ici) prière de ne pas confondre clown et professeur !

« Vers 1900, nous explique Libé, les préservatifs de luxe portent presque tous des chapeaux : képi, casquette, canotier, béret, chapeau pointu de clown ou mortier de juge ».
En effet, « des modèles de fantaisie sont proposés dont l’extrémité figure un personnage de la vie courante : chanteclerc (tête de coq), juge, professeur, clown, soldat, jockey, automobiliste, étudiant. La tête de chacun, constituant le réservoir, est ornée de sa coiffure distinctive... ».

Si la tête du clown ressemble beaucoup à celle du professeur (et si tous deux portent la même fraise autour du cou), en revanche il y a une différence essentielle...

Tout est dans le chapeau !
jeu trouvez le prof
inconnu

Voir en ligne : http://www.le-mammouth-dechaine.fr/...