local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 18 juillet 2005
Format PDF Enregistrer au format PDF

SUD Education représentatif au CNRS : résultats des élections au Conseil Scientifique.

La fédération des syndicats SUD Education s’est présentée à l’élection du conseil scientifique du CNRS en spécifiant qu’elle ne siégera pas au cas où elle aurait des élus (voir profession de foi http://sudeducation.org/article799.html).

Pour les trois scrutins, SUD Education dépasse la barre des 5% (le seuil de représentativité d’une organisation syndicale selon la jurisprudence du Conseil d’Etat...). Un score de quasi 10% est atteint dans le corps des enseignants-chercheurs "Maîtres de Conférences".

Même si nous refusons en tant que syndicalistes à participer au tri des dossiers, à la promotion, à l’évaluation et à la notation des collègues, ceux-ci ont voté pour nos listes (minoritaires mais dans le paysage comme on dit ;-) . Ces résultats confirment notre représentativité au CNRS. L’administration du CNRS n’a pas encore pris acte de cette représentativité (Selon la loi Perben que nous condamnons, SUD Education doit faire preuve de sa représentativité afin de pouvoir déposer au premier tour des listes aux élections professionnelles telles que les CAP ; en d’autres termes, les personnels ne peuvent pas choisir leur syndicat ! ).

Les résultats détaillés sont en ligne sur le site du CNRS.
Une analyse succincte est donnée ci-dessous (Téléchargez-la pour une meilleure lecture !.

Nous rappelons que nous ne participons pas aux "négociations ministérielles" qui sont en cours en ce mois de juillet (intersyndicale+SLR) car, pour SUD Education-Solidaires, le préalable à toute négociation est :

1/ un plan d’intégration des précaires

Les activités de recherche dans les universités et les EPST doivent être assurées, conformément à la loi, par des personnels titulaires, seuls en capacité de construire sur le long terme et de transmettre leurs acquis. Aussi sommes-nous pour l’élimination de tous les contrats à durée déterminée qui se substituent aux statuts de fonctionnaire. En d’autres mots, nous demandons que la loi d’orientation de 1982 soit appliquée (l’absence de décret a favorisé la création de CDD de chercheurs,...) et revendiquons en parallèle l’intégration sans conditions de concours et de nationalité de tous les précaires ; que les départs à la retraite, qui vont s’intensifier dans les prochaines années, soient effectivement et intégralement remplacés (par de nouveaux titulaires donc, et non par des CDD « post-docs » sous contrat de 10 à 18 mois ou CDD de 3 à 5 ans) ;

2/ L’annulation du GIP ANR et l’arrêt de la mise en place des PRES

La recherche publique doit être financée par des fonds publics, sous forme de soutien de base aux laboratoires : pour garantir l’indépendance de la recherche et de l’expertise publiques, il est essentiel que le financement des laboratoires publics ne soit pas dépendant de fonds privés. De même, les pépinières d’entreprise et autres « incubateurs » n’ont rien à faire sur les campus : ces activités relèvent du champ marchand. Les appels d’offre émanant du ministère de la recherche (ANR aujourd’hui), mettant en concurrence les laboratoires dans des conditions pour le moins opaques, ne soient plus générateurs de pratiques de lobbying malsaines et de gaspillages de temps pour les équipes. Aussi, nous exigeons la dissolution du GIP ANR et l’annulation des proclamés « pôles d’excellence » PRES plaçant certaines universités en opérateurs de la recherche et agences de moyen.

3/ l’abrogation de la procédure évaluation- notation

Les personnels ne doivent pas être mis en situation de concurrence (primes, appels d’offre, etc.) et de dépendance hiérarchique renforcée (réformes prévues au CNRS et dans les universités). Aussi, nous demandons l’abrogation de la loi Évaluation/Notation.


SUD Education - Solidaires
dans le champ Enseignement Supérieur et Recherche.
Derniers scrutins nationaux (18/7/2005)

Données

scrutins CS CNRS 2005 Collège B1 (CR) CS CNRS 2005 Collège B2 (MC) CS CNRS 2005
Collège C (ITA/ITARF)
CNESER
2002
Collège 2 (CR, MC, ...)
CNESER
2002
Collège 4 (IATOSS, ITA, ...)
CAES
2004
CTPU
2003
Votants 2577 3515 8606 10500 21061 12923 14944
Taux de participation 39,15 22,03 38,65 15,04 34,29 47,99 32,77
Nombre de voix 156 333 618 540 870 738 1151
Pourcentage 6,17 9,76 7,37 5,28 4,34 5,81 7,70
Nombre d’élu (classement) 0/2 (6°/8) 0/2 (4°/7) 0/2 (6°/7) 1 élu (5°/11) 0 (6°/6) 1 élu (7°/7) 1 élu (4°/7)

* Faible participation aux scrutins du conseil scientifique du CNRS, à comparer avec le scrutin du CAES supérieur de dix points ! Quant à la participation au CNESER, CTPU, etc., cela devrait aussi donner à réfléchir sur le paritarisme...

CS CNRS : Conseil Scientifique du Centre National de la Recherche Scientifique

La fédération des syndicats SUD Education s’est présentée pour la première fois en 2005 à ces élections en spécifiant qu’elle ne siégera pas au cas où elle aurait des élus (voir profession de foi http://sudeducation.org/article799.html ). Pour les trois scrutins, SUD Education dépasse la barre des 5%. Ces résultats confirment notre représentativité au CNRS.

Du fait de la composition des collèges électoraux, les résultats du CS peuvent être comparés à ceux du CNESER. Pour les chargés de recherche (CR) et Maîtres de Conférences (MC), une augmentation de 2,75 points est observée (de 5,28% à 8,03%, union des collèges B1/B2).
La progression est quasi-identique pour le collège des personnels Ingénieur, Administratif, Technicien, Ouvrier de Service et de Santé (IATOSS) et des personnels Ingénieur, Technicien et Administratif (ITA) du CNRS : de 4,34% à 7,37% (+3 points) !

CNESER : Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

Le Collège 2 regroupe les Chargés de Recherche (CR) et Maîtres de Conférences (MC).
SUD Education s’est présentée pour la première fois en 1998 et a obtenu un siège (5,39 % en 1998, 5,28% en 2002).
Le Collège 4 regroupe les personnels IATOSS des universités (Ingénieur, Administratif, Technicien, Ouvrier de Service et de Santé) et les ITA du CNRS (3,74% en 1998 et 4,34% en 2002).
http://sudeducation.org/article58.html

CAES
 : Comité d’action et d’entraide sociales du CNRS

SUD Education s’est présentée pour la première fois en 2004 et a obtenu un siège.
http://sudeducation.org/article64.html

CTPU : Comité Technique Paritaire Universitaire

Seuls les personnels universitaires « enseignants » votent. SUD Education a un siège depuis 1998 (5,56% en 1998, 7,71 % en 2003 ; http://sudeducation.org/article59.html ).

Voir en ligne : http://www.sudeducation.org:443/SUD...