local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 14 octobre 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

LES NOUVELLES DU MARDI 14-10-2014

Les Nouvelles Du Mardi

14 OCTOBRE 2014

 

- Élections : Ensemble des positions de SUD Education sur notre site spécial ELECTIONS pro.

- Compétences, socle commun, programmes, évaluation : la déclaration de nos élus au Conseil technique Ministériel : voir sur notre site fédéral

 

- Démantèlement de l’éducation spécialisée  : c’est parti !

« Il faut é-vo-lu-er », voilà le maître-mot (à défaut de maîtres-ses spécialisé-e-s) du Ministère de l’Éducation nationale : on nous explique que les « vieilles structures » que sont les SEGPA (section d’enseignement général et préprofessionnel adapté), les CLIS (classe pour l’inclusion scolaire) et les EREA (établissement régional d’enseignement adapté) vont devoir « évoluer en dispositifs » (prétendument innovants bien sûr).
Les personnels enseignants travaillant dans ces structures sont en théorie des enseignant-e-s spécialisé-e-s, titulaires d’un diplôme spécifique et issu-e-s du 1er degré, des professeur-e-s d’enseignement professionnel (la moitié sont déjà aujourd’hui des emplois précaires recrutés sans formation pédagogique ni spécialisée), et des enseignant-e-s de lycée-collège (PLC) qui en ont fait le choix, ou qui sont amené-e-s à effectuer une partie de leur service en SEGPA.
Ce qui se dessine est l’accueil des élèves relevant de SGPA dans les classes de
6e sans autre dispositif.
Si on veut faire évoluer le modèle scolaire vers une école réellement inclusive pour les enfants en situation de handicap, il ne suffit pas de décréter leur accueil dans les classes générales en en faisant porter la responsabilité sur les enseignant-e-s ou sur des précaires sous payé-e-s, non suffisamment formé-e-s les uns comme les autres. Il faut construire une école capable de prendre en charge la diversité des besoins des élèves. Cela nécessite de changer pas mal de choses de la maternelle à la terminale, des engagements en termes de formation initiale et continue, des moyens supplémentaires et la réduction des effectifs par classe.

Ce n’est pas le choix qui est fait par le ministère. Au contraire, comme le montre le plan testé en avant-première dans l’académie de Grenoble, l’éducation spécialisée devrait faire les frais d’une adaptation aux politiques d’austérité. Lire la suite sur sudeducation.org

 -M@gistère et PairForm@nce ou comment supprimer la formation continue en quelques clics

À l’instar des enseignant-e-s du second degré avec PairForm@nce, les enseignant-e-s du premier degré se voient imposer cette année une formation continue à distance, informatisée, sous le nom de « M@gistère ».
Outre les problèmes techniques lors de la mise en place de ces plateformes numériques, ce dispositif pose la question de l’existence d’une formation continue digne de ce nom.
Ces dispositifs ne permettent plus le contact direct. Ils isolent les travailleur-ses. Les forums sont sous contrôle de la hiérarchie. Ils nient la liberté de l’enseignant-e de prendre en charge ses besoins de formation en adéquation avec ses pratiques pédagogiques. Ils amplifient l’infantilisation en instaurant des tutorats sous l’égide de « formateur-trices » volontaires ou con-traints, « expert-es » dans la thématique du parcours « choisi ».
Ils introduisent et accentuent l’usage d’un vocabulaire de management et d’entreprise qui n’a rien à voir avec la réalité d’un métier qui est avant tout orienté vers l’humain. Pire, ce système permet une surveillance des plus inquiétantes et pourrait à terme entrer dans notre évaluation professionnelle, car chaque intervention ou absence d’intervention sur la plate-forme est tracée.

-Nous dénonçons le flicage numérique exercé, ainsi que l’absence d’une forma-tion continue solide, sérieuse, voulue et conçue par les personnels eux-elles-mêmes.
-Plus largement, ces formations à distance participent d’un contrôle massif, par le numérique, des personnels, des élèves et des familles.
Lire la suite sur sudeducation.org