local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Par : D.R.
Publié : 10 octobre 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Faudrait s'accorder

Faudrait s’accorder

* Promesse ministérielle (qui engage surtout financièrement les collectivités territoriales)

"tous les collégiens, à commencer par les élèves de 5e, recevraient des tablettes numériques à partir de la rentrée 2016" (source)

Et pan. Cadeau.


* Après la vidéo du SGEN, les arguments (imprudents) du SNALC : « Tous pourris ! (même nous)  »

C’est en ces termes que le SNACL fait sa campagne électorale en vue des élections de décembre. Tous les enseignants ont pu recevoir en effet, sur leur boite professionnelle, un mail vantant les mérites de cette organisation syndicale qui depuis le scrutin de 2011 n’est plus représentative, n’ayant pas de siège au Comité Technique Ministériel.

Et c’est au milieu de ce courrier qu’arrive l’argument suprême, légèrement démagogique tout de même, sur l’indépendance syndicale :

SNALKYherta

Nous vous faisons grâce du lien qui accompagne ce mail et qui pointe vers un tableau des différentes subventions, gaspillées en actions syndicales donc, si l’on en croit les dires de ce syndicats (qui, pourtant refuse de se dire classé à droite).

Le SNALC serait-il donc plus pur que tous les autres ?

Ce serait sans compter que ledit syndicat appartient à une confédération (le FGAF, sans rire) qui n’est pas plus pure que la moyenne. Ainsi traine sur le net la lettre qu’adresse en 2010 le président de cette confédération, Fr. Potzer, au ministre du travail, Eric Woerth, pour demander l’attribution d’une subvention d’Etat.

Cette lettre, plaintive, tel le petit Poucet demandant une pitance, la voilà : Lettre_FGAF (voir la conclusion en particulier)
Lettre, très argumentée, qui précise d’ailleurs assez bien les conditions législatives dans lesquelles les subventions sont accordées aux (seules) OS représentatives.

Bref, s’ils sont plus indépendants que les autres, visiblement, ils aimeraient bien l’être moins, il faut croire...



*D’après Sarko, bien souvent les enseignants ne bossent que 2 jours par semaine.

DONC il faut en supprimer un tiers.

« 30% d’heures en plus pour les enseignants, 30% de rémunération en plus pour les enseignants et 30% d’enseignants en moins : cela me semble une politique adaptée à la situation que connaît notre pays. »

« Je voudrais que chaque enseignant puisse consacrer quatre ou cinq heures en plus pour aider en dehors de la classe des enfants dans l’établissement qui ont du mal à suivre dans la classe. Or, la vérité, c’est qu’avec dix-huit heures d’obligation de service, bien souvent les enseignants concentrent sur deux jours, et il n’y a plus d’adulte p