local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 7 octobre 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Nouvelles du mardi 07/10/2014

Les Nouvelles Du Mardi

07 OCTOBRE 2014

Remplacements des PE : l’Education nationale face au manque de maîtres

Comment expliquer les 659 293 journée d’enseignement non remplacées dans l’enseignement primaire public ? Le Parisien dans son édition du 3 octobre met en cause l’Education nationale sur ses capacités de recrutement. Il affirme aussi que les enseignants sont deux fois plus absents que les salariés du privé. La directrice de l’enseignement scolaire, Florence Robine a réagi en rappelant les suppressions de postes avant 2012 et en soulignant la difficulté à remplacer les congés de courte durée. Pour le Café pédagogique, l’absentéisme enseignant est inexistant. [...]

Le fameux absentéisme des enseignants

Mais qu’en est-il vraiment de l’absentéisme enseignant ? Les statistiques de l’éducation nationale, aux dires de l’Inspection générale, ne sont pas toujours sures. Elles le sont encore moins s’il faut les comparer à des données d’autres origines. On dispose d’une enquête générale sur les congés de maladie chez les salariés de tous les secteurs réalisée par ma Dares (ministère du Travail) en février 2013. Elle ne confirme pas les chiffres publiés par Le Parisien. Selon la Dares, le taux d’absentéisme des enseignants est de 3,2 %, un taux légèrement inférieur à la moyenne nationale (3,6). Les absences enseignantes doivent aussi tenir compte des congés de maternité dans une population enseignante très féminine (82%). Lire la suite sur le cafépédagogique.net

Remplacements et solutions à la con

Des méthodes de négrier pour améliorer la gestion des ressources humaines à l’Educ Nat ? C’est ce que souhaite la PEEP. C’est autour du rapport du jour sur le non remplacement de enseignants (voir votre journal de non information habituel) que se révèlent les solutions les plus inspirées.

Ainsi, tandis que la fédération de parents d’élèves FCPE souligne que les 54 000 créations de postes prévues ne suffiront pas, la PEEP prône ouvertement de son côté une flexibilité accrue des remplaçants : « L’Education nationale ne veut pas s’attaquer au problème ; c’est la gestion des ressources humaines qu’il faut revoir, en permettant, par exemple, des remplacements entre les académies. »

C’était pourtant tout simple : demander à un remplaçant de faire plusieurs centaines de km tous les jours pour résoudre tous les problèmes de remplacement et assurer une bonne qualité de l’enseignement, il suffisait d’y penser...

Depuis plusieurs années déjà l’administration a ses idées : faciliter le remplacement par des collègues de l’établissement quitte à ce que ce soit quelque peu chaotique (mais bien payé, il faut toujours attirer le goujat).

Une autre suggestion, plus judicieuse encore avait été faite en 2013 par la médiatrice de l’Éducation nationale, Monique Sassier : « Il n’est pas sûr qu’il faille remplacer une heure de maths par une heure de maths », indiquait-elle (ah ?), suggérant par exemple, qu’un prof de français échange ses heures de cours avec son collègue de maths absent. « Il prendra de l’avance dans sa discipline et rétrocédera un temps de cours à son collègue lorsqu’il sera de retour. » Elémentaire... A lire sur le Mammouth déchainé

Brève : Non, mais allo !!!

Pôle Emploi recrute 300 professeurs des écoles par téléphone

Pour lutter contre le manque d’enseignants du primaire dans le 93, Pôle Emploi a lancé mi-septembre une campagne téléphonique de recrutement de professeurs remplaçants à la demande du rectorat.

Quelque 300 postes de contractuels sont ainsi proposés. Pour postuler, les chômeurs doivent être titulaires d’au moins une première année de master. A lire sur Questionsdeclasses

Voir en ligne : http://sudeducation37.fr/spip.php++cs_INTERRO++a...