local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Par : D.R.
Publié : 3 octobre 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Remplacés !

Remplacés !

* Remplacements et solutions à la con : I. Vive les méthodes de négrier (PEEP).

Des méthodes de négrier pour améliorer la gestion des ressources humaines à l’Educ Nat ? C’est ce que souhaite la PEEP !

C’est autour du rapport du jour sur le non remplacement de enseingants (voir votre journal de non information habituel) que se révèlent les solutions les plus inspirées.

Ainsi, tandis que la fédération de parents d’élèves FCPE souligne que les 54 000 créations de postes prévues ne suffiront pas, 
la PEEP prône ouvertement de son côté une flexibilité accrue des remplaçants : « L’Education nationale ne veut pas s’attaquer au problème ; c’est la gestion des ressources humaines qu’il faut revoir, en permettant, par exemple, des remplacements entre les académies. »

C’était pourtant tout simple : demander à un remplaçant de faire plusieurs centaines de km tous les jours pour résoudre tous les problèmes de remplacement et assurer une bonne qualité de l’enseignement, il suffisait d’y penser...

Et pour la Corse, comment on fait pour acheminer rapidement des remplaçants depuis les académies voisines ? On demande à l’armée de prêter ses parachutistes pour faire des remplacements ?


* Remplacements et solutions à la con : II. L’autoremplacement et la suppression des congés maladie (Ministère)

Selon 20 minutes, le débat sur le remplacement des profs absents serait relancé. Parmi les solutions envisagées, l’auto-remplacement serait à l’étude et cette mesure pourrait même être retenue par la nouvelle ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem.

Depuis plusieurs années déjà l’administration a ses idées : faciliter le remplacement par des collègues de l’établissement quitte à ce que ce soit quelque peu chaotique (mais bien payé, il faut toujours attirer le goujat).


Une autre suggestion, plus judicieuse encore avait été faite en 2013 par la médiatrice de l’Éducation nationale, Monique Sassier :
« Il n’est pas sûr qu’il faille remplacer une heure de maths par une heure de maths », indiquait-elle
(ah ?), suggérant par exemple, qu’un prof de français échange ses heures de cours avec son collège de maths a