local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Par : D.R.
Publié : 28 septembre 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Etrange défaite

* L’étrange défaite syndicale.

Très curieuse rentrée 2014, sur le plan syndical. On s’attendait à mieux tout de même alors que Valls étreint le MEDEF, que le gouvernement en rajoute une couche un peu sur tout, et que Sarko (de retour) est on ne peut plus clair (aussi) sur ce qu’il fera si il revient au pouvoir (« nous n’avons pas besoin de 60 000 postes en plus dans l’EN », statut des fonctionnaires...). Bref, partout du social-libéralime, décomplexé (si celui-ci a un jour été complexé...).

Ouf, vers une grève le 16 octobre ?

L’annonce d’un début de mouvement social pour le 16 octobre a pu en faire frémir certains. Que le MEDEF se rassure, il n’a rien a craindre. Rarement le contexte syndical n’a été aussi bloqué.

Depuis les vacances (au moins)
la CFDT refuse toute intersyndicale, meilleure façon pour qu’il n’y ait aucune contestation possible. La direction de la CGT, pas très motivée non plus, refuse toute discussion intersyndicale qui se ferait sans la CFDT, et au mieux propose à ses partenaires des « bilatérales ». Bref, cadre « large » (et flou) ou rien. Une autre façon de dire que c’est la faute des autres...

Cependant pris de court par un mouvement hospitalier (du 23 septembre) initié par des collectifs locaux et rejoint par certains syndicats (SUD santé et des sections de la CGT) , la direction CGT « pose » cette journée du 16, comme exutoire/défouloir pour une mobilisation qu’elle ne maîtrise pas. Grève générale face aux propos du MEDEF ? Faut pas rêver, ce sera « pour la défense du budget de la sécu ».
Noble cause, sans aucun doute, toute suite rabattue par les formes envisagées de la mobilisation :
une manif à Paris et basta ! Et comme si ce budget n’était pas le résultat de tout un contexte...

Pour le gouvernement, le signe de la CGT est ainsi clair : ne pas déplaire au pouvoir, ne pas le gêner, tout en gardant le contrôle du mouvement social.
Et surtout rester dans la course en tant que syndicat réformiste. C’est si pas une droitisation de la CGT, cela...

Et les autres ?

Pas mieux... La FSU, bien incapable de mobiliser des troupes (vieillissantes) en dehors de revendications très catégorielles, et pas très volontaire pour s’opposer non plus (notamment sur la question des rythmes, le SNUipp restant très modéré), fait dans l’attentisme, et mobilisera au mieux ses permanents et déchargés syndicaux (et encore). Et aux dernières nouvelles la FSU en s’associera pas à la journée du 16.

Dans l’EN toujours, sollicitée par
SUD éduc la FERC-CGT se voit contrainte de convoquer une intersyndicale catégorielle (le 6 octobre), qui ne débouchera pas sur grand chose (posture confédérale oblige).
SI FO est volontairement à part (chez eux c’est génétique : ne pas encourager un front syndical en prenant n’importe quel prétexte), les SUD-SOLIDAIRES sont bien seuls à poursuivre l’idée d’une vraie mobilisation et ont fait une adresse publique à tous les syndicats.

En vain...


* Les « sans lycée » : solutions au rabais : « dispositif 18 heures »

Face à ces milliers d’élèves qui n’ont pas eu le bac et qui se retrouvent sans affectation à la rentrée (on en parle par exemple ici), certaines académies parisiennes ont trouvé la solution.
Ouvrir des classes ? Non. Faudrait pas non plus créer des postes

Ces élèves seront donc insérés dans ce qui est appelé
des dispositifs « 18 heures », soit 18 heures de cours (maxi) par semaine, uniquement sur les matières pour lesquelles ils n’ont pas eu la moyenne au bac (et qu’ils repassent).

Autant d’heures distribuées en HSE à un corps enseignant toujours prêt à racler les fonds de tiroir.


Et dire qu’il suffirait de refuser les heures sup pour imposer un autre rapport de force...


* Élections de parents : des listes indépendantes aux réseaux insoupçonnés de Belghoul...

Les « antigenre » tentent de mettre un pied dans l’école

Selon Le Monde, la FCPE craint que "ces lobbies ne présentent, dans certains secteurs, des listes indépendantes sans label, autrement dit sans afficher de propos sexistes ou homophobes, avec le risque d’avancer masqués ».

Parmi les départements susceptibles d’être touchés, figure en bonne place le Val d’Oise, où Belghoul a repris son travail après une période de disponibilité au lycée professionnel d’Ermont...

Ermont où justement les responsables de la FCPE avaient été menacés par courrier électronique dès l’organisation de la 1ère journée de retrait en janvier 2014, comme le montre ce mail d’intimidation truffé de fautes d’orthographe :

"
Farida Belghoul est soutenue par des réseaux insoupçonnés en terme d’influence. Ne jouez pas à vous opposer aux programme de journée de retraît à la FCPE. Nous avons avons relevés les noms des activistes FCPE école par école, collège par collège, département par département IDF, qui diffuse des documents qui défendent la Théorie du genre. Après ça va sentir le contrôle.... Vous voyez ce qui va se passer. On en restera pas là. Vous pouvez nous faire confiance.

Stoppez vos activités pro théorie du genre à la FCPE. Stoppez à Paris, à Meaux, à Maule, à Ermont, à Bezons.... Arrêtez vos conneries. Informez vos correspondants ville par ville, établissement par établissement. On vous le redira pas 50 fois. Bien entendu si Farida a le moindre problème alors des mesures nouvelles répressives seront envisagées. Ceux des vôtre qui la ramènerons sur ce sujet en conseil d’école seront automatiquement ciblés
."


* Les amis de Dieudonné volent au secours de Belghoul

Universitaire retraitée connue pour son soutien au négationniste Faurisson, Maria Poumier vole au secours de Belghoul. Manifestement très en verve, elle prédit un déferlement de l’immigration clandestine en France à cause de la loi Taubira :

"Les lois privilégiant désormais les homosexuels vont permettre un accroissement fabuleux des mariages frauduleux ; les mafias des passeurs ont maintenant la loi pour eux, pour multiplier sans limite l’importation de malheureux de l’autre rive de la Méditerranée, à qui il suffira, pour se mettre à l’abri, de se déclarer pratiquants de l’homosexualité et mariés devant la loi dès que possible."

Et dire qu’on n’avait pas compris que Belghoul voulait non seulement protéger les enfants des "turpitudes d’adultes", mais qu’elle voulait en plus nous protéger des mariages frauduleux et de l’immigration clandestine favorisée par l’homosexualité !

Voir en ligne : http://www.le-mammouth-dechaine.fr/...