local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Par : D.R.
Publié : 28 septembre 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Etrange défaite

* L’étrange défaite syndicale.

Très curieuse rentrée 2014, sur le plan syndical. On s’attendait à mieux tout de même alors que Valls étreint le MEDEF, que le gouvernement en rajoute une couche un peu sur tout, et que Sarko (de retour) est on ne peut plus clair (aussi) sur ce qu’il fera si il revient au pouvoir (« nous n’avons pas besoin de 60 000 postes en plus dans l’EN », statut des fonctionnaires...). Bref, partout du social-libéralime, décomplexé (si celui-ci a un jour été complexé...).

Ouf, vers une grève le 16 octobre ?

L’annonce d’un début de mouvement social pour le 16 octobre a pu en faire frémir certains. Que le MEDEF se rassure, il n’a rien a craindre. Rarement le contexte syndical n’a été aussi bloqué.

Depuis les vacances (au moins)
la CFDT refuse toute intersyndicale, meilleure façon pour qu’il n’y ait aucune contestation possible. La direction de la CGT, pas très motivée non plus, refuse toute discussion intersyndicale qui se ferait sans la CFDT, et au mieux propose à ses partenaires des « bilatérales ». Bref, cadre « large » (et flou) ou rien. Une autre façon de dire que c’est la faute des autres...

Cependant pris de court par un mouvement hospitalier (du 23 septembre) initié par des collectifs locaux et rejoint par certains syndicats (SUD santé et des sections de la CGT) , la direction CGT « pose » cette journée du 16, comme exutoire/défouloir pour une mobilisation qu’elle ne maîtrise pas. Grève générale face aux propos du MEDEF ? Faut pas rêver, ce sera « pour la défense du budget de la sécu ».
Noble cause, sans aucun doute, toute suite rabattue par les formes envisagées de la mobilisation :
une manif à Paris et basta ! Et comme si ce budget n’était pas le résultat de tout un contexte...

Pour le gouvernement, le signe de la CGT est ainsi clair : ne pas déplaire au pouvoir, ne pas le gêner, tout en gardant le contrôle du mouvement social.
Et surtout rester dans la course en tant que syndicat réformiste. C’est si pas une droitisation de la CGT, cela...

Et les autres ?

Pas mieux... La FSU, bien incapable de mobiliser des troupes (vieillissantes) en dehors de revendications très catégorielles, et pas très volontaire pour s’opposer non plus (notamment sur la question des rythmes, le SNUipp restant très modéré), fait dans l’attentisme, et mobilisera au mieux ses permanents et déchargés syndicaux (et encore). Et aux dernières nouvelles la FSU en s’associera pas à la journée du 16.

Dans l’EN toujours, sollicitée par
SUD éduc la FERC-CGT se voit contrainte de convoquer une intersyndicale catégorielle (le 6 octobre), qui ne débouchera pas sur grand chose (posture confédérale oblige).
SI FO est volontairement à part (chez eux c’est génétique : ne pas encourager un front syndical en prenant n’importe quel prétexte), les SUD-SOLIDAIRES sont bien seuls à poursuivre l’idée d’une vraie mobilisation et