local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 23 septembre 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Nouvelles du Mardi - 23 SEPTEMBRE 2014

"Les

23 SEPTEMBRE 2014

- Vous êtes tous invités ce soir à notre AG de rentrée, pour faire un bilan de celle-ci et découvrir le syndicalisme SUD éducation. A partir de 20 h, Maison des syndicat, Saint-Avertin.

- Najat à Tours : très bien entourée...
Notre ministre était de passage hier en Touraine et a visité en particulier le Lycée porofessionnel M. Nadaud à Saint-Pierre-des-Corps pour promouvoir, entre autre, l’apprentissage. Pour elle, le « vrai monde, c’est l’entreprise ».
Pas moins de 16 cars de CRS l’accompagnaient, en plus de la police nationale, d’une demi douzaine de motards (police) et du service de sécurité ministériel (sans doute aussi la BAC ?).
Certains représentants syndicaux ont demandé à être reçus. La ministre a discuté 10 minutes avec les quelques manifestants présents devant le lycée (voir NR du jour), une trentaine de personnes, bien encadrés par un cordon de CRS.

SUD educ 37 n’a pas voulu recevoir Najat, car nos revendications sont claires et en se négocient pas :
- moins d’élèves par classe ;
- augmentation de 400 euros pour tous, rattrapage des salaires ;
- titularisation des précaires ;
- baisse du nombre d’heures de travail.
- Réforme des rythmes : pour une réforme réfléchie avec des personnels qualifiés

- 5700 élèves sans affectation à la rentrée dont 1/3 de collégiens dont la plupart primo-arrivants.
Les moyens sont insuffisants. Le ministère le reconnaît lui-même, les créations de postes vont essentiellement être absorbées par la formation initiale des enseignantes et par la hausse démographique.

- Auxiliaire de vie scolaire : la grande imposture
Témoignage d’une AVS sur Questiondeclasses.org :Je suis avs (auxiliaire de vie scolaire) ou plutôt AESH (accompagnante d’élève en situation de handicap) comme on dit depuis le nouveau décret.
Je souhaite parler sur ce site de ce qui me semble être une grande imposture. Il faut savoir que jusqu’alors nous sommes recrutés en cdd d’un an renouvelable. Nous sommes cédéisables paraît-il, chouette, la fin de notre précarité ? Il faut savoir déjà qu’il existe deux types d’AESH :
- Des AED, avec le bac. C’est mon cas et pour atteindre un cdi, il faut accumuler 6 CDD (sans interruption de plus de quatre mois, il faut allumer quelques bougies pour espérer qu’il n’y aura pas de problème de budget sinon retour à la case départ). Il n’existe dans aucune autre profession une « période d’essai de 6 ans ». Avant cette cédéisation, nous étions jetés comme des vieux kleenex au bout de 6 ans lors que nous avions acquis un réel savoir sur le terrain pour être remplacés par des personnes ne connaissant rien au travail et jetées à leur tour, etc.
Il faut savoir qu’une fois le Graal du CDI atteint, nous restons des précaires et qu’un CDI à temps plein de droit public est égal à 41 heures. Ce qui est impossible à atteindre dans une semaine scolaire. C’est mathématique. Donc nous n’aurons droit qu’à des CDI à temps partiel. La précarité est donc cédéisable.
- Deuxième type d’AESH, des personnes en contrats aidés (ex EVS), qui sont qui ne sont pas dans l’obligation d’avoir le bac ou un quelconque niveau d’études (ce qui n’en fait pas forcément de mauvais professionnels évidemment). Ces personnes sont éjectées dès la fin de leur contrat. Il faut savoir que nous n’avons aucune formation sur le handicap, que nous sommes des pions et que nous sommes placés et déplacés d’une année sur l’autre sans aucune considération pour l’enfant qui se retrouve chaque année avec une nouvelle AVS voir pas d’AVS du tout. Lire la suite.

Voir en ligne : http://sudeducation37.fr/spip.php++cs_INTERRO++a...