local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Par : D.R.
Publié : 25 juillet 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Vacances (ou presque)

Vacances (ou presque)

* Dernière livraison avant les vacances. Mais le Mammouth bronze que d’un coin de jambe. Restez éveillés vous aussi en suivant notre fil twitter :





* Ben tiens : « L’enseignement secondaire jugé inefficace et dispendieux »

Toujours la même rengaine :

Le Monde. -France Stratégie – l’ancien Commissariat à la stratégie et à la prospective – dénonce, dans sa note publiée le 22 juillet, un système d’enseignement secondaire déficient et coûteux : « La performance de la France la place nettement derrière l’Allemagne qui, avec 0,8 point de moins de PIB et des dépenses par élève inférieures de 35 %, obtient de meilleurs résultats. »
L’analyse des auteurs de cette note prend en compte trois indicateurs : le nombre de décrocheurs, c’est-à-dire la part des 18-24 ans sortis du secondaire sans diplôme ; le taux de diplômés à l’issue de cycle secondaire, titulaires d’un brevet, d’un CAP ou du baccalauréat ; et, enfin, le score PISA, du nom de l’enquête menée tous les trois ans par l’OCDE. Dans sa dernière édition, parue en décembre 2013, sur l’évaluation des élèves de 15 ans en mathématiques et réalisée dans 34 pays, la France a reculé du 13e au 18e rang.

Et de proposer (encore une fois) de supprimer le redoublement...
Et pour une fois le ministre réagit :
Le ministère de l’éducation nationale a vivement réagi à cette étude : « ce rapport est indigent, mélange les choux et les carottes en recyclant approximativement les données de l’OCDE » indique t-on dans l’entourage du ministre qui se demande « s’il ne serait pas plus judicieux de supprimer France Stratégie. »


* De toute façon c’est génétique !

Une information américaine reprise par Vousnousils.
Les compétences en lecture et maths liées aux mêmes gènes

Une étude publiée dans la revue Nature Communications affirme que les com­pé­tences des enfants de 12 ans en lec­ture et mathé­ma­tiques sont influen­cées par des fac­teurs géné­tiques communs. Lire la suite.


* N’oublions pas la droite : « La "Boîte à idées" de l’UMP formule des propositions pour l’éducation » (AFP)

Et autres billevesées...

AFP -
La Boîte à idées (BAI), club de réflexion de l’UMP, pro­pose dans un rap­port trans­mis jeudi à l’AFP dix mesures pour l’éducation axées autour de la maî­trise des savoirs fon­da­men­taux à la sor­tie du primaire.
"L’origine de nom­breux pro­blèmes de notre modèle éduca­tif se situe dans l’échec de la trans­mis­sion des outils lin­guis­tiques et mathé­ma­tiques à l’école pri­maire", écrivent les membres de ce club, qui "ras­semble la jeune garde de l’UMP", selon leur propre définition.
Ils pro­posent dès lors dix mesures pour y remé­dier, et tout d’abord, la modi­fi­ca­tion du code de l’éducation en y ins­cri­vant comme objec­tif "que 100% des élèves doivent maî­tri­ser les com­pé­tences fon­da­men­tales en mathé­ma­tiques, en plus de la maî­trise de la langue fran­çaise, à la fin de l’école primaire".
Pour s’en assu­rer, deux évalua­tions seraient mises en place, la pre­mière dans l’ensemble des classes de France, la seconde "au niveau d’un échan­tillon repré­sen­ta­tif national".
La pre­mière évalua­tion serait accom­pa­gnée "d’objectifs de pro­gres­sion pour la classe", "fixés au pro­fes­seur". Ses résul­tats seraient "trans­mis au rec­teur qui (pour­rait) déci­der d’un accom­pa­gne­ment tem­po­raire du pro­fes­seur au sein de sa classe".
La seconde ver­rait ses résul­tats pré­sen­tés au Parlement.
Parmi les autres sug­ges­tions, la BAI entend aussi "reva­lo­ri­ser le métier d’enseignant" en tri­plant l’"indemnité de suivi et d’accompagnement des élèves", qui pas­se­rait de 400EUR à 1.200EUR, ce qui serait financé en "reve­nant sur tout ou par­tie des 35.000 postes qui res­tent à créer sur les 60.000 annoncés".




* 18 ans de prison pour vouloir financer ses études (en braquant une banque).

AFP. - Un étudiant de 21 ans a été condamné jeudi à 30 mois de pri­son, dont 18 ferme, pour avoir voulu "finan­cer ses études" en ten­tant de bra­quer une banque, en vélo et avec un pis­to­let fac­tice, à Lalbenque (Lot).
Le verbe facile, Florent, étudiant en écono­mie à Perpignan qui passe des vacances dans sa famille du Lot, a avoué sans hési­ta­tion devant le tri­bu­nal de Cahors avoir passé près d’un mois à repé­rer les allées et venues à proxi­mité de la petite agence du Crédit agri­cole de Lalbenque, tran­quille vil­lage de 1.650 habi­tants qui s’enorgueillit d’être la "capi­tale de la truffe noire du Quercy".
Sur inter­net, il s’est pro­curé un pis­to­let à billes puis a pris son vélo et s’est pré­senté cagoulé devant la porte de la suc­cur­sale, peu après l’ouverture, mer­credi à 09H15. Dégainant son "arme", il a cepen­dant eu tôt fait d’alerter les trois employés qui ont blo­qué les issues, met­tant en fuite l’étudiant-braqueur.
Il a été retrouvé quelques heures plus tard, dans une forêt avoi­si­nante, à la suite du déclen­che­ment du plan Épervier.
"J’avais besoin d’argent pour finan­cer mes études et mes vacances", a-t-il expli­qué lors de sa com­pa­ru­tion immédiate.
L’enquête psy­cho­lo­gique n’a révélé aucun trouble par­ti­cu­lier chez le jeune homme, par ailleurs inconnu des ser­vices de police.


Et braquer une banque qui fait de l’optimisation fiscale, est-ce vraiment braquer ?

Voir en ligne : http://www.le-mammouth-dechaine.fr/...