local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 3 juillet 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

LES NOUVELLES DU MARDI - 1.07.2014

Les Nouvelles Du Mardi

1 JUILLET 2014

Dernières Nouvelles du mardi pour l’année 2013-2014. Bonnes vacances à tous !

- ABCD de l’égalité : les obscurantistes ont gagné.

Benoît Hamon a décidé d’abandonner les ABCD de l’égalité, un programme expérimenté dans une dizaine d’académies pour lutter contre les stéréotypes de genre. Après les pathétiques atermoiements du gouvernement sur le « genre », le ministre de l’éducation cède aujourd’hui à une poignée d’illuminés.
Bien sûr, l’abandon n’est pas encore totalement officiel, et le ministre attendra courageusement le début de l’été pour faire ses annonces. Mais chacun sait désormais à quoi s’en tenir. Confronté à un « climat de nervosité », Benoît Hamon
vient d’expliquer à L’Express qu’il valait mieux « utiliser la médecine douce » et faire « différemment », c’est-à-dire abandonner en rase campagne les « ABCD de l’égalité », ce programme destiné à lutter contre le sexisme dès l’école, et expérimenté depuis la rentrée dans plus de 275 écoles primaires. Un programme qui a bien suscité la « nervosité » de quelques groupuscules extrémistes qui entretiennent depuis de longs mois les rumeurs les plus extravagantes sur « la-théorie-du-genre-à-l’école », mais qui avait surtout été salué par de nombreuses associations féministes comme un premier pas encourageant pour passer enfin de la théorie à la pratique sur l’égalité. Entre les deux, le gouvernement a donc choisi. Lire la suite sur Médiapart.

- Sans toit, sans papiers, le bac malgré tout

Faut-il qualifier ce qui va suivre de “renoncement” ? C’est en tout cas un déni d’une situation qui est pourtant sous nos yeux et que beaucoup se refusent à voir. De plus en plus de mineurs isolés étrangers se retrouvent sans toit tout en poursuivant leurs études. Et certains, sans papiers tentent de passer leur bac en risquant d’être expulsés.
Quelques articles évoquent cependant cette situation. C’est le cas du
journal Libérationqui consacre une double page avec pour titre “A l’école le jour, à la rue la nuit ” et de l’AFP avec une dépêche reprise par plusieurs journaux : Entre bac et risque d’expulsion, des lycéens sans papiers sous pression.

- RIEN de NEUF : L’inégal accès au bac des catégories sociales
Les taux d’accès au bac augmentent. Mais alors que neuf enfants d’enseignants sur dix sont bacheliers, ce n’est le cas que de quatre enfants d’ouvriers non-qualifiés.
Des filières très différenciées selon les catégories sociales
Si l’on observe uniquement le type de bac obtenu par catégorie sociale, les écarts sont tout aussi grands. Parmi les enfants d’ouvriers qui ont eu leur bac en 2012, 31 % l’ont eu dans une filière générale, 23 % dans une filière technologique et 46 % dans une filière professionnelle. Chez les enfants de cadres supérieurs, les trois quarts ont eu un bac général, 14 % technologique et 10 % professionnel.
En première et terminale, la composition des classes selon les filières est également très différenciée. On compte 17 % d’enfants dont le père est ouvrier dans la filière S, contre 40 % en STT et 51 % en bac professionnel. A l’inverse, la filière scientifique comprend 36 % d’enfants dont le père est cadre, mais c’est le cas de seulement 4 % en bac professionnel.
La suite et les graphiques sur l’observatoire des inégalités.