local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 1er juillet 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

procédures lors d’une affectation non conforme au droit.

Mode d’emploi du « kit » de procédures lors d’une affectation non conforme au droit.

RETOUR rubrique VOS DROITS / 2ème Degré

 

Texte(s) de Référence

CERTIFIÉ-E Décret n° 50-581 du 25 mai 1950 portant règlement d’administration publique pour la fixation des maximums de service hebdomadaire du personnel enseignant des établissements d’enseignement du second degré.
TZR : Décret n°99-823 du 17 septembre 1999 relatif à l’exercice des fonctions de remplacement dans les établissements d’enseignement du second degré et note de service n° 99-152 du 07 octobre 1999.
Affectations hors disciplines : Conseil d’état : - n° 224190 publié au recueil Lebon

 

AVERTISSEMENTS
- Les recommandations suivantes ne sauraient être un élixir contre les affectations non conformes au droit effectuées par les rectorats, la lutte collective étant à nos yeux le meilleur chemin vers le respect du droit et l’élargissement de celui-ci. Cependant, l’objectif de ce « kit » est de voir les procédures individuelles contre les rectorats se multiplier, créant, de fait, un mouvement d’ensemble s’approchant du collectif. Mais nous ne pouvons que conseiller au collègue s’engageant dans de telles procédures de ne pas rester isolé-e, ne serait-ce que pour obtenir soutien et conseils (car ce « kit » ne se voulant qu’un cadre, toutes les subtilités ne peuvent y être décrites). Il en va de la motivation du collègue et de l’efficacité et de la visibilité de la démarche.

- Un recours juridique est toujours aléatoire...

NB. les références aux textes sont axées sur les certifié-es. Cependant leurs équivalents existent pour les autres corps.

1/ Comment reconnaître la conformité au droit ?

Pour savoir si une affectation est conforme ou non, il faut se référer au cadre législatif :
- pour les
certifié-es, c’est le décret n° 50-581 du 25 mai 1950 ;
- pour les
TZR certifié-es, le texte précédent reste valable (très important !) mais il est complété du décret n° 99-823 du 17 septembre 1999.
Pour la défense des
TZR, on peut aussi utiliser la note de service n° 99-152 du 07 octobre 1999.
ATTENTION , un note de service n’a pas de caractère « législatif » ; elle ne peut donc être un argument juridique au sens pur du terme mais peut appuyer dans une discussion des textes (donc à n’utiliser que si elle va dans le sens escompté...).

Pour les affectations hors disciplines, il existe des jurisprudences du Conseil d’état : - n° 224190 publié au recueil Lebon ; n° 224191 inédit au recueil Lebon.

REMARQUE il nous semble que les affectations non conformes les plus fréquentes sont :
- les affectations dans deux ou plusieurs établissements qui ne sont pas dans la même ville
- les affectations hors discipline (hors du cadre du décret de 1950) ;
- les remplacements complétés en cours d’année.

2/ Comment réagir face à une affectation non conforme ?

Avant toute chose, le rectorat doit vous l’annoncer par écrit : décision d’affectation ou arrêté. Donc ne pas réagir avant cette notification écrite si ce n’est fourbir ses arguments (et donc réviser les textes) et se rapprocher de son syndicat préféré.

> Refuser le poste.

Une fois la décision écrite produite, nous conseillons, à SUD éducation, de refuser cette affectation par écrit (par voie hiérarchique) en justifiant et en marquant son incrédulité ( MODÈLE ci-dessous). Bien sûr vous risquez des menaces de suspension de salaire et, si le rectorat reste inflexible, une mise en demeure de rejoindre le poste (en général, les retraits sur salaire ne sont pas effectués avant la mise en demeure). Il est donc conseillé de faire « diligence » (faire vite, en langage administratif) : avertir l’établissement d’affectation de sa démarche, relancer le rectorat sur sa prise de décision suite au refus, demander un soutien écrit de son syndicat préféré...

Si le rectorat met en demeure, nous conseillons de rejoindre le poste. Plaise à quiconque de continuer à résister mais, au delà des sanctions financières, si un recours doit avoir lieu au tribunal administratif (TA), ce dernier déboutera le « résistant » pour n’avoir pas obéi à sa hiérarchie...

> Déposer un recours gracieux

Si vous n’avez pas refusé le poste ou que vous avez rejoint le poste suite à une mise en demeure : vous avez 2 mois pour effectuer soit un recours gracieux auprès du recteur, soit un r