local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 24 juin 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Analyse de l’UFAL sur l’audience de Baby-Loup

Pour info, analyse de l’UFAL sur l’audience de la cour de cassation dans l’affaire de la crèche Babyloup.
source : ufal.info

Baby-Loup devant la Plénière de la Cour de cassation : dits et non-dits

 

Le 16 juin, l’assemblée plénière de la Cour de cassation a donc siégé sur l’affaire Baby-Loup. Le licenciement en décembre 2008 de Mme Afif, salariée ayant décidé de porter un voile religieux en violation du règlement intérieur de la crèche, et refusé d’obtempérer à sa mise à pied consécutive, aura déclenché depuis 6 ans au moins 5 instances judiciaires. Ce n’est probablement pas fini.

L’UFAL a informé ses adhérents et les lecteurs de ses publications depuis le début de l’affaire. On rappellera que ce licenciement, confirmé par le conseil des prud’hommes en 2010, puis par la Cour d’appel de Versailles en 2011, avait été annulé par la chambre sociale de la Cour de cassation le 19 mars 2013. La Cour d’appel de Paris, devant laquelle il avait été renvoyé, l’a de nouveau confirmé le 27 novembre 2013 : arrêt contre lequel la salariée s’est derechef pourvue. En évitant l’excès de « juridisme », essayons de comprendre les enjeux.

Baby-Loup : une association victime d’épuration communautariste

En réalité, ce conflit du travail n’est que la partie émergée d’une affaire significative qui doit alerter les citoyens. L’association Baby-Loup, œuvrant à l’accueil 24 h/24 et 7 jours/7 des jeunes enfants dans une zone défavorisée, ainsi qu’à l’insertion professionnelle des femmes du quartier (dont Mme Afif elle-même), a été la cible d’une offensive communautariste locale, parce qu’elle avait fait le choix de la neutralité religieuse. La multiplication des menaces et actes de malveillance a abouti à chasser la crèche du quartier en 2013. Mme Afif paraît n’être qu’une pièce de ce dispositif de « nettoyage communautariste ». Ce « non-dit » de l’affaire a été à juste titre rappelé par l’avocat de la crèche, Me Spinozi, devant la Cour de cassation. Cette fois, l’association-employeur n’est pas le « fort », mais la victime.
Baby-Loup, qui a déménagé à Conflans-Sainte-Honorine, est en situation précaire, à laquelle seuls peuvent parer la commune et la CAF par leurs subventions, les services du conseil général par leur autorisation. Les dons militants restent nécessaires1 !

Des questions de fond pour la laïcité, donc pour la République

Au-delà de Baby-Loup, l’annulation du licenciement le 19 mars 2013 par la chambre sociale de la Cour de cassation est source d’inquiétudes plus générales : la laïcité serait-elle devenue un monopole d’État, interdit aux associations privées ? La neutralité religieuse est-elle ou non un choix licite en matière notamment éducative ? Le Code du travail est-il conforme à la Constitution et aux conventions internationales en ne protégeant contre la discrimination que les convictions religieuses, politiques et syndicales, et pas les autres ?
Les prises de position hâtives (sans considération de l’arrêt de la Cour d’appel de Paris) de l’Observatoire de la laïcité, essentiellement soucieux d’éviter au gouvernement un débat législatif2, n’auront pas clarifié le problème. Au moins les interventions devant la Cour de cassation viennent-elles d’apporter des précisions utiles. Des éléments de réflexion juridique ont été fournis aux lecteurs d’UFAL-Flash le 11 juin dernier  : la plupart d’entre eux ont été confirmés le 16 juin. Nous donnons ici nos impressions de séance, de façon subjective assumée, en militant de la laïcité.

Le conseiller-rapporteur a recentré l’affaire

Faute d’avoir pu disposer de ses écritures, relevons que le rapporteur a écarté tout « procès du voile », rappelant qu’il ne s’agissait que de la licéité des restrictions apportées à la liberté de manifester sa religion. Il a renvoyé à la Cour le soin de décider si la justification de ces restrictions était séparable ou non de l’invocation, par l’arrêt de la Cour d’appel attaqué, de « l’entreprise de conviction ». Point important, car cette dernière notion est fragile juridiquement, comme rappelé dans UFAL Flash du 11 juin, et pourrait faire s’écrouler tout le raisonnement justifiant le licenciement si elle était jugée inséparable, voire fondamentale.

Des prétentions de la salariée en retrait

L’avocate de Mme Afif nous a paru défendre une position très en retrait de celles invoquées devant les précédents juges. Recourant aux subtilités du droit social, elle a contesté le licenciement pour « faute grave » (sans i