local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 24 juin 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

(92) : Occupation de la Direction du travail par des précaires

source : Sud Educ 92

Occupation de la Direction du travail par des précaires, notamment de l’Education Nationale

Une
cinquantaine de salarié-e-s précaires de l’éducation nationale
soutenu-e-s par AC ! Ile-de-France et SUD Education, pour la plupart
auxiliaires de vie scolaire auprès des enfants handicapés ont occupé la
direction du travail Quai Andre Citroën le mercredi 18 juin.

Après des contrats de deux ans beaucoup d’entre nous seront licenciés alors que les besoins sont constants.

La CDIsation promise par le Ministère ne concerne qu’une minorité d’entre nous.

Dans tous les cas nos salaires et le temps partiel imposé nous laissent en dessous du seuil de pauvreté.

Nous exerçons un vrai métier, nous voulons un vrai statut !

A lire et à voir sur le site d’AC !

En tout cas, aujourd’hui la lutte c’était pour de vrai : et après
moultes tentatives pour nous décourager, on nous a accordé un
rendez-vous pour la semaine prochaine.

Puisque seule la lutte paye, la lutte continue !

source :http://www.ac.eu.org/spip.php?artic...AC IDF

Les précaires de l’Education Nationale à la Direction Générale du Travail

mercredi 18 juin 2014, par AC ! Ile de France

Une cinquantaine de précaires de
l’Education Nationale, dont une majorité d’AVS en charge de
l’accompagnement des enfants en situation de handicap ont occupé
bruyamment et joyeusement la Direction Générale , quai André Citröen à
Paris.

Soutenus par AC ! Ile de France et SUD Education, nous avons
manifesté toute la matinée et une bonne partie de l’après-midi, et
recueilli le soutien de nombreux salariés du site, à qui nous avons pu
faire part de nos conditions hallucinantes d’embauche et de travail.

Bien évidemment, le Ministère du Travail a dans un premier temps
tenté de nous renvoyer vers le Ministère de l’Education Nationale : mais
quand nous interpellons Benôit Hamon, celui-ci nous répond par courrier
qu’il ne peut rien faire pour la titularisation des salariés en
CUI-CAE, ni même pour des renouvellements de contrat, puisque c’est le
Ministère du Travail qui fixe les règles concernant ces CDD de droit
privé.

Et c’est la même chose pour les salariés qui demandent une
indemnisation légitime du préjudice subi suite aux non-versements de
salaires survenus en début d’année : les rectorats ne veulent rien
faire, car ce serait le Ministère du Travail qui n’aurait pas versé les
subventions au salaire pendant des mois !

Nous ne sommes pas des balles de ping pong jetables , nous exerçons
des emplois répondant à des besoins constants, la précarité qui nous est
imposé est absurde et injuste, et nous ne l’acceptons plus. Comment
tolérer par exemple, que le représentant de la Préfecture de Région nous
envoie des courriers affirmant qu’"AVS n’est pas un vrai métier " : les
salariés en poste pendant des années seraient donc de faux
travailleurs, qui ne valent pas qu’on respecte leurs droits ?

En tout cas, aujourd’hui la lutte c’était pour de vrai : et après
moultes tentatives pour nous décourager, on nous a accordé un
rendez-vous pour la semaine prochaine.

Puisque seule la lutte paye, la lutte continue !