local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 12 juin 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

M@gistère ou comment supprimer la formation continue en quelques clics.

source : SUD EDUC. 34

M@gistère ou comment supprimer la formation continue en quelques clics.

Depuis cette année, les enseignants du premier degré se voient proposer une formation continue à distance, informatisée sous le nom de « Magistère ».

Outre les problèmes techniques lors de la mise en place de la plate-forme numérique, ce dispositif pose la question de l’existence d’une formation continue digne de ce nom. Les plus anciens ont connu les stages R1 à R4, de une à quatre semaines (sans parler des dinosaures qui ont connu les stages R12, de 12 semaines !) qui permettaient l’échange, le partage des expériences. Certes la pertinence des thématiques et la qualité des interventions n’étaient pas toujours au rendez-vous. Mais les débats informels avec les participants au stage palliaient la pauvreté éventuelle du contenu institutionnel.

Nous avions encore la possibilité de nous approprier ce temps de réflexion sur nos pratiques, indispensable dans un métier aussi accaparant que le nôtre où l’enseignant-e est souvent isolé-e dans sa classe .

Le dispositif « m@gistère » ne permet plus ce contact, si ce n’est à travers des forums dont la pertinence est loin d’être évidente. Il nie la liberté de l’enseignant de prendre en charge ses besoins de formation en adéquation avec ses pratiques pédagogiques. Il amplifie l’infantilisation en instaurant des tutorats sous l’égide de « formateurs » autoproclamés experts dans la thématique du parcours « choisi ». Il introduit et accentue l’usage d’un vocabulaire de management et d’entreprise qui n’a rien à voir avec la réalité d’un métier qui est avant tout orienté vers l’humain.

Pire, ce système permet une surveillance des plus inquiétante : chaque intervention ou absence d’intervention sur la plate-forme étant tracée. 

Il n’est pas question ici de nier l’utilité de l’outil informatique mais l’utilisation qui en est faite.

Ce que nous dénonçons c’est la suppression de fait d’une formation continue solide, sérieuse, voulue et conçue par les enseignants eux-mêmes. 

Nous sommes capables de définir nos besoins en formation sans être obligés de suivre un formatage dépersonnalisé et insipide, et de plus subir un flicage numérique.

Ce sont des temps de rencontres, d’échanges d’expériences, de recul par rapport à nos pratiques, qui doivent être l’essence même de notre formation continue.

Reconquérir notre formation continue, c’est reconquérir notre liberté pédagogique.

Reconquérir notre liberté pédagogique, c’est affirmer notre expertise et revendiquer l’importance de notre métier et sa pérennité.

SUD Education 34 appelle les personnels à boycotter ce dispositif de pseudo-formation dès la rentrée prochaine !