local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 10 juin 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Le CSP veut enterrer et le brevet et le LPC 

Source :F. Jarraud, in l’Expresso – Le café pédagogique du 6 juin 2014

Le CSP veut enterrer et le brevet et le LPC 

Selon Denis Paget, membre du
Conseil supérieur des programmes, le CSP s’apprêterait à en finir
avec le brevet et le livret personnel de compétences (LPC). Un autre
système d’évaluation, par compétences, replacerait ce couple qui
clôt les années collège.

S’exprimant
le 6 juin dans le cadre de l’Université de printemps du Snuipp 75,
Denis Paget
, enseignant chargé de recherche à l’institut de
recherche de la FSU et membre du CSP, a présenté les idées du
conseil sur l’évaluation des élèves. "On va en finir avec le
Livret Personnel de Compétences", a-t-il annoncé, "pour
faire une évaluation unique". Actuellement, les élèves
doivent en fin de troisième valider le socle et passer le brevet. La
validation du socle est effectuée par un document administratif , le
LPC, attestant l’acquisition de dizaines de compétences. 

"On évaluera les
compétences domaine par domaine
", a-t-il ajouté, précisant
qu’il n’y aurait que "4 compétences par domaine", soit une
vingtaine de compétences au total, 4 fois moins qu’aujourd’hui dans
le LPC "allégé". Selon D Paget, la validation sera
collégiale. Si l’élève n’a pas validé le socle en 3ème , il
pourra , le valider au lycée, ce qui risque d’être une véritable
nouveauté.

"Nous n’allons pas
maintenir le brevet
", a dit Denis Paget. "Il n’y aura
que la validation du socle en fin de troisième". Selon lui, le
CSP réfléchissait à la portée de la validation du socle. Le
valider ouvrira-t-il la porte de toutes les classes de seconde ?
Aujourd’hui l’orientation en fin de troisième se fait indépendamment
du socle et du brevet. Elle pourrait se faire en fonction du socle.
Mais sur ce point, a ajouté D Paget, le CSP réfléchit encore.

Reste à mettre en oeuvre cette
révolution de l’évaluation. On sait que, selon la Dgesco, le
ministre veut faire de l’évaluation un sujet qui marque son passage
rue de Grenelle. Entre le CSP et le ministre, qui tiendra le discours
de l’institution sur l’évaluation ? Ce discours sera-t-il le même ?

François Jarraud