local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 3 juin 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

LA LETTRE DU MARDI 3 juin 2014

Les Nouvelles Du Mardi

3 JUIN 2014

 

Décret AESH : comment les AVS vont remplacer les ensiegnants.
L’affaire a été discutée au CTM du 13 mai. Le décret retoqué (pas par tous...) mais passe tout de même. Celui-ci fixe les conditions dans lesquelles les ex AVS-AED CDIsables après 6 ans « d’expérience » (et de non-formation, surtout) dans l’aide individuelle aux handicapés, pourront désormais devenir... remplaçants ! Et hop ! Juste de quoi remplacer le PE de la classe ou se trouve l’élève qu’il accompagne. Sans plus que cela. Et surtout pas avec de la formation. Encore moins avec un concours. C’est pas beau ? Le projet de décret : sur le site du Mammouth Déchaîné.

Le suicide d’un enseignant reconnu comme "imputable au service"
Presque deux ans après le suicide d’un enseignant dans le Calvados, le jour de la rentrée scolaire dans son lycée, le rectorat a reconnu son geste comme "imputable au service". Une première en France, qui n’a eu de cesse de dénoncer l’effet des conditions de travail qui empirent sur le bien-être des enseignants. Une victoire de SUD éducation Calvados. Mais la lutte reste longue et incertaine.

Le visage de la France qui décroche à l’école.
A l’école, la moitié des décrocheurs ont un père ouvrier, 5 % un père cadre. 54 % des enfants en retard en troisième ont des parents non diplômés, 14 % ont des parents diplômés du supérieur. La France qui ne suit pas le rythme du système scolaire est dans son immense majorité issue des catégories défavorisées. L’intérêt porté aux filières prestigieuses fait oublier son image inverse : les moins renommées qui rassemblent les enfants issus pour l’essentiel des catégories populaires. Dans les filières pour les élèves les plus en difficulté au collège, les Sections d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa), on trouve 84 % d’enfants issus des milieux populaires (ouvriers, employés, sans profession) et moins de 2 % d’enfants de cadres. Le constat d’un système scolaire reproduisant les inégalités sociales est désormais partagé. Les données de l’enquête internationale Pisa de l’OCDE– auprès des élèves âgés de 15 ans - ont été largement diffusées, parfois jusqu’à l’excès. Mais l’hypocrisie règne : derrière les discours de justice, aucune mesure n’est mise en œuvre pour réformer l’école sur le fond, dans sa structure, ses programmes et sa pédagogie. A lire sur l’observatoire des inégalités.

60000 postes : On n’y arrivera pas ! Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. 

C’est pas nous qui affirmons que la création de 60 000 postes ne sera pas atteinte, mais c’est la cour des comptes.
La création de 60 000 postes dans l’éducation et la recherche matérialise la priorité donnée par le candidat Hollande à la jeunesse et l’éducation. Mais cet objectif peut-il être atteint ? On peut en douter on lisant le rapport de la Cour des comptes sur le budget 2013. L’Education nationale s’avère incapable de recruter le nombre d’enseignants inscrit au budget. Il lui manque 3 622 emplois de professeurs. En trois ans de 2014 à 2017, il lui faudrait trouver 41 000 enseignants. Ca risque d’être impossible...
Objectif non atteint en 2013. "Pour la rentrée 2013, la volonté affichée était bien de procéder au remplacement de l’ensemble des départs anticipés, mais aussi de procéder à des ouvertures de postes au-delà du seul remplacement des départs, à hauteur de 27,6 % des départs anticipés, soit une augmentation de 8 981 ETP", note le rapport publié le 29 mai. Or sur ces 8781 emplois d’enseignants, seuls 5159 ont été exécutés. Il manque 3622 emplois.