local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 29 mai 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Déclaration de la fédération SUD éducation au CTM du 27 mai

Mercredi 11 juin comme le 13 novembre dernier, au prétexte que les élèves devraient bénéficier de 36 semaines d’enseignement, le ministère veut nous faire « rattraper » le lundi 2 septembre, jour de pré-rentrée. Pourtant, affirmer dans la loi que les élèves ont 36 semaines de cours n’implique nullement qu’elles doivent toutes être complètes... et pour cause, elles ne le sont de toute façon pas !

Il est aberrant de demander aux personnels de rattraper cette journée de pré-rentrée en invoquant un nombre précis de jours d’école pour les élèves alors même que le zonage des vacances provoque, de fait, un nombre de journées scolarisées qui n’est pas le même sur l’ensemble du territoire : certains jours fériés tombant dans ou hors des vacances selon les cas.

L’incompréhension et une légitime exaspération s’installent chez les personnels que le ministère veut obliger à travailler un jour de plus pour récupérer une journée... déjà travaillée ! C’est une énième forme d’augmentation du temps de travail que nous dénonçons, il faut que le ministère revienne sur cette journée présentée comme du rattrapage.

Par ailleurs, lors du précédent CTM du 13 mai, les organisations syndicales ont unanimement dénoncé les insuffisances des décrets ouvrant à une petite partie des AVS la possibilité de devenir AESH – c’est-à-dire de passer d’un contrat précaire à un contrat à temps partiel sous-payé – mais l’administration est passée outre.

Les AVS ne l’acceptent pas, et à l’appel des syndicats SUD éducation de toute l’Île-de-France, elles et ils sont en grève ce 27 mai. Suite à leur assemblée générale régionale de ce matin, elles et ils manifestent actuellement rue de Grenelle aux côtés d’enseignantes, d’enseignants et de personnel-le-s solidaires.

Le ministère a accepté de les recevoir, il doit maintenant les entendre et tenir compte de leurs revendications : la titularisation sans condition de concours ni de nationalité de toutes et tous les AVS en poste, une formation adaptée, des emplois à temps plein et des salaires revalorisés.

Voir en ligne : http://www.sudeducation.org/Declara...

Documents joints