local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 15 mai 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Les enseignants de sociologie en colère

source : Maxime Lavenant in la NR du 14-05-2014


Les enseignants de sociologie en colère

14/05/2014 05:46

Les chargés de cours frondeurs tiennent cet après-midi une assemblée générale sur le campus des Tanneurs. - Les chargés de cours frondeurs tiennent cet après-midi une assemblée générale sur le campus des Tanneurs. - (Photo archives NR, Patrice Deschamps)

Les chargés de cours frondeurs tiennent cet après-midi une assemblée générale sur le campus des Tanneurs. - (Photo archives NR, Patrice Deschamps)

[#articleChapo<-]Les enseignants contractuels, soutenus par les titulaires, contestent un projet de réforme de leur statut. Une assemblée générale se tient cet après-midi.

La colère gronde au sein du département de sociologie de l’université François-Rabelais. Depuis plusieurs semaines, ses dix enseignants contractuels, étudiants en fin de thèse ou docteurs en attente d’un poste, sont vent debout contre un projet de réforme de leur statut.

La présidence de l’université souhaite mettre un terme aux mi-temps accordés actuellement aux thésards et généraliser les contrats de vacation pour les autres. « Le temps plein ne nous permettra pas de travailler correctement sur notre thèse », dénonce Laura Seguin, doctorante contractuelle. Quant au second contrat, il oblige son signataire à assurer deux fois plus d’heures de cours qu’un enseignant titulaire pour une rémunération mensuelle de 1.300 euros.

La rentrée 2014-2015 menacée

Début avril, ces dix jeunes enseignants ont adressé un courrier à la présidence, menaçant de bloquer les notes du second semestre et de ne pas répondre aux appels à candidature pour les chargés de cours de l’année universitaire à venir. Une menace d’autant plus sérieuse que ces contractuels assurent près d’un tiers des cours en sociologie.
Dernièrement, ils ont reçu le soutien de leurs collègues titulaires. « On les comprend pleinement, assure Françoise Clavairolle, codirectrice du département. Le projet de réforme est incompatible avec des conditions d’enseignement et précarise encore davantage leur situation. »
Si la fronde est partie de sociologie, elle pourrait s’étendre à d’autres départements de l’UFR d’arts et sciences humaines, voire au-delà. Les dix contestataires, avec le soutien des syndicats Snesup et Sud-Éducation, espèrent « mobiliser les autres précaires » lors d’une assemblée générale d’information, organisée cet après-midi, à partir de 17 h, sur le campus des Tanneurs.
Plus tôt dans la matinée, ils doivent rencontrer le doyen de la faculté. Contactée il y a quelques jours, la présidence de l’université indique « réfléchir à la mise en place d’un dispositif qui apporterait des réponses aux questions que soulèvent les doctorants. Cependant, il n’a pas encore été présenté aux instances de l’université : aussi, il est trop tôt pour que le président réagisse publiquement sur ce sujet. La porte est donc ouverte au dialogue et à l’échange. »

Maxime Lavenant

 

 Tours : les enseignants contractuels de sociologie restent mobilisés

14/05/2014 20:01

Les enseignants contractuels de sociologie de l’université François-Rabelais se sont réunis ce mercredi après-midi pour échanger sur le projet de réforme de leur statut auquel ils sont opposés. Cette assemblée générale a rassemblé une trentaine de personnes. Un texte précisant leurs revendications va être rédigé et il devrait être lu lors du conseil d’administration qui doit se tenir lundi. Une nouvelle réunion est prévue le mardi 27 mai.