local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 2 mai 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

(1er mai) Ils ont battu le pavé contre l’austérité

Source : RC in laNR du 02/05/2014 05:46


Ils ont battu le pavé contre l’austérité


FO a participé cette
année au défilé, parti de la place de la Liberté pour la place
Jean-Jaurès avec la CGT, Sud-solidaires et la FSU. - (Photo NR,
Patrice Deschamps) .

Environ 600 personnes ont défilé hier
matin à Tours avec les syndicats pour le 1 er Mai. La CGT, FO,
Sud et la FSU dénoncent le “ pacte de stabilité ”.

Pas aussi nombreux que les bouquets de muguet
présents hier à chaque angle de rue, les calicots ont fleuri avenue
Grammont pour la traditionnelle Fête internationale du travail.
Environ 600 personnes ont participé au défilé parti de la
place de la Liberté jusqu’à la place Jean-Jaurès avec, cette
année, la participation de FO aux côtés de la CGT, Sud et la FSU.
Le Collectif des travailleurs sans-papiers 37 s’est aussi joint
au cortège. Mais l’union sacrée des syndicats n’est encore pas pour
aujourd’hui puisque l’Unsa, la CFTC et la CFDT n’ont pas battu le
pavé tourangeau pour respecter les consignes nationales.

>>
LIRE. Le 1er Mai avant l’heure de la CFDT

Muguet à la boutonnière, deux députés PS,
Laurent Baumel et Jean-Patrick Gille, tous deux abstentionnistes
mardi lors du vote sur le pacte de stabilité du Premier ministre
Manuel Valls, ont suivi le cortège.

Décalage entre les citoyens et les politiques

En face de la mairie, un « discours
unitaire » des quatre organisations présentes a été lu.
Les syndicats « refusent la mise en concurrence
d’entreprises »
dans une Europe mondialisée avec moins de
solidarité. « Nous soutenons la lutte des travailleurs
et condamnons les régressions de l’action syndicale. »
À
propos de l’objectif de ramener les déficits publics à 3 % du
PIB, ces organisations estiment que cette politique « d’austérité »
« va limiter l’action publique pour l’emploi et la justice
sociale ».
Plutôt que de pénaliser les travailleurs, les
manifestants visent « le capital ». « Le bilan
des dernières élections municipales, c’est le décalage entre le
citoyen et l’homme politique. »

D’après ces syndicats,
les alternatives existent, notamment autour du salaire. Ils
préconisent notamment de mettre en place des aides publiques dans
les entreprises en fonction « de leur efficacité économique
et sociale »
. Après le défilé et le rassemblement, les
manifestants ont appelé à boire le verre de l’amitié, mais pas
n’importe lequel : un communard, en souvenir du bon vieux temps des
grandes mobilisations.

>> VIDEO.
Faible participation à Tours 

ils ont dit

Dans le cortège, les manifestants ont tous une
bonne raison de se mobiliser. « Le 1er mai,
c’est un jour de solidarité internationale, avec les Grecs, les
Espagnols… avec les tous les ouvriers qui ont subi des attaques. La
mobilisation c’est aussi, surtout, contre l’austérité »
,
explique Corinne Pette, éducatrice spécialisée. Corentin
Charcosset, lui aussi, veut que les choses bougent. « Il y a
un petit ras-le-bol par rapport à certains modes de fonctionnement,
à un manque d’égalité au quotidien. Il y a pas mal de choses à
demander et à changer. »

R.C.