local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 25 avril 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Rythmes scolaires, Hamon prolonge Peillon. Pour SUD éducation c’est toujours non. Imposons des alternatives par nos mobilisations

""

Benoît Hamon, fraichement nommé ministre de l’Éducation de Manuel Valls, vient de préciser le vendredi 25 avril ses projets sur les rythmes scolaires dans le premier degré.

Après une période de grand flou, où il était question « d’assouplissement », puis « d’expérimentation », puis de « nouveau cadre réglementaire », puis « de ne rien s’interdire », etc., les choses sont désormais aussi claires qu’elles peuvent l’être dans le cadre du bricolage constant du ministère sur cette question : il s’agit de conserver le cadre de la réforme Peillon et de répondre uniquement à une partie des difficultés des mairies - les seules dont les demandes ont été prises en compte.

Les deux seules nouveautés des annonces de B. Hamon sont deux expérimentations :

  1. « il sera possible d’alléger les semaines [de 24 heures de classe] en raccourcissant les vacances scolaires. »
  1. il sera possible d’organiser les heures de classe sur 8 demi-journées par semaine (dont 5 matinées obligatoirement) au lieu de 9 car « il sera désormais possible de regrouper les activités périscolaires sur un après-midi par semaine, ce qui permettra aux maires, notamment en milieu rural, de faciliter l’organisation des activités périscolaires et de faire des économies d’échelle » selon les mots mêmes du ministre. Cela ne répond en rien à l’essentiel des problèmes de cette réforme.

Rien sur les difficultés pour les enfants et les familles, rien sur les inégalités engendrées, rien sur la territorialisation, rien sur les revendications des personnels en termes de réduction du temps de travail, de hausse des rémunérations, d’amélioration des conditions de travail. Et pour les élèves, Hamon réintroduit la possibilité des journées de 6 heures de classe alors que leur suppression était le motif annoncé de la réforme !

Nous ne pourrons compter que sur nos mobilisations pour imposer l’abrogation de cette réforme, la suspension de sa mise en œuvre et une tout autre réforme pour l’école, ses élèves et ses personnels. C’est le sens de la campagne que la fédération SUD éducation a relancé sur le thème : « Rythmes scolaires, on ne lâche pas l’affaire !

Voir en ligne : http://www.sudeducation.org/Rythmes...

Documents joints