local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 10 avril 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Tract de Joué-lès-Tours : le maire botte en touche

Source R. CHAMBRIARD in la NR le 10/04/2014 05:38

Tract de Joué-lès-Tours : le maire botte en touche


Frédéric Augis, maire de
Joué-lès-Tours, estime que même si le tract reprend son nom et sa
photo ce n’est pas lui qui a le plus subi un préjudice.

Ne s’estimant pas victime, Frédéric
Augis ne portera pas plainte dans l’affaire du tract dénonçant
l’enseignement de la théorie du genre dans des écoles.

Rarement tract aura fait autant polémique que celui illustré de
la photo de Frédéric Augis et appelant à voter pour lui, diffusé
quelques jours avant le deuxième tour des municipales.
Élu
maire, Frédéric Augis dit et répète ne pas être l’auteur de ce
document mettant en cause Philippe Le Breton accusé de faire
appliquer la théorie du genre dans des écoles.
La semaine
dernière, Frédéric Augis a dit qu’il porterait plainte, mais ne
l’a pas fait. Il était ensuite question qu’il le fasse cette
semaine.
Pressé de répondre, interrogé par les médias locaux
et nationaux sur ce tract qui ressemble comme un frère jumeau à
ses propres documents de campagne, il a pensé s’exprimer hier lors
d’une conférence de presse.
Tout compte fait, le nouveau maire
de Joué-les-Tours s’en est tenu à un communiqué. « Je
n’ai pas porté plainte car je n’ai pas subi un préjudice personnel
dans la diffusion d’un tract portant l’en-tête de la liste " Une
ambition nouvelle pour Joué ",
écrit-il. C’est
à la personne qui a subi ce préjudice de le faire. Concernant
l’usurpation d’identité, je l’ai notée. Mais, depuis mon élection,
je suis extrêmement pris par mes fonctions. C’est ma priorité.
Dans tous les cas de figure, je ne cautionne en aucune manière le
contenu de ce tract que j’ai découvert a posteriori. Je me réserve
sur les suites judiciaires à donner dans cette affaire. J’ai lu
dans la presse qu’un recours administratif avait été déposé
auprès du tribunal d’Orléans. Je n’ai aucune connaissance à ce
jour de la teneur de ce recours. Laissons faire la justice. Je
m’exprimerai plus largement au regard des nouveaux éléments qui me
seront transmis officiellement. »

Sans le citer,
Frédéric Augis fait référence à Philippe Le Breton lorsqu’il
évoque un préjudice puisque d’après le tract l’ancien maire
aurait fait enseigner la « théorie du genre » dans des
écoles communales. Maintenant, il serait temps qu’une enquête soit
faite auprès des imprimeurs pour savoir d’où sort ce tract même
si le plus grave dans cette affaire reste les accusations portées
contre l’enseignante de l’école Blotterie. Mais pas de plainte, pas
d’enquête.

en savoir plus

Au juge administratif de trancher

Un recours en annulation de l’élection a bien été introduit
devant le tribunal administratif d’Orléans par plusieurs
requérants. Nous indiquions mardi qu’il s’agissait de deux hommes
et deux femmes qui ne figuraient sur aucune liste lors du dernier
scrutin. Pas besoin d’être grand clerc pour se douter qu’ils ne
sont pas favorables à Frédéric Augis. Cette procédure ne se fait
pas en référé, donc elle demandera un peu de temps mais ne
devrait malgré tout pas trop traîner compte tenu du sujet. Cette
action en justice s’appuie sur le tract diffusé dans le quartier de
la Rabière. La jurisprudence regorge de cas avec des annulations
liées à des affaires de diffamation, mais sous certaines
conditions, notamment le temps laissé pour répondre. Philippe Le
Breton n’a pas non plus porté plainte, mais il se réserve le droit
de le faire ultérieurement.

Raphaël Chambriard