local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 8 avril 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

JLT : nouvel élément dans la campagne « contre la théorie du genre » en faveur de la droite

 

Source : La Rotative du 7 avril 2014

Joué-lès-Tours : nouvel élément dans la campagne « contre la théorie du genre » en faveur de la droite

Publié le 7 avril 2014 |

Joué-lès-Tours |

Frédéric Augis, nouveau maire de Joué-lès-Tours, a nié être impliqué dans la diffusion du tract ayant propagé l’idée que la « théorie du genre » était enseignée à l’école Blotterie. Pourtant, un document qui nous a été communiqué et qui porte sa signature va dans le même sens.

Le vendredi 28 mars, une vidéo vue des dizaines de milliers de fois et abondamment relayée par les réseaux d’extrême-droite accusait une enseignante de l’école Blotterie d’avoir organisé des attouchements entre enfants dans le cadre de l’enseignement de la supposée « théorie du genre » [1]. Or, juste avant la diffusion de cette vidéo, un tract portant le logo de la campagne de Frédéric Augis faisait circuler l’idée que la « théorie du genre » était enseignée à l’école Blotterie. Ce tract appelait à faire gagner la droite pour mettre fin à l’enseignement de la « théorie du genre » dans les écoles de la ville.

Interrogé par La Nouvelle République, le nouveau maire de Joué-les-Tours a nié être impliqué dans la diffusion du tract qui appelait à voter pour sa liste « Une nouvelle ambition pour Joué » (UMP-UDI) ; dans l’édition du 2 avril, il déclarait : « Je ne sais pas d’où [ce tract] sort. Il s’agit d’une usurpation. Je ne peux que déplorer de tels agissements ». Selon la NR, l’élu envisageait de porter plainte.

Or, un autre document qui nous a été communiqué et qui cette fois porte sa signature va dans le même sens. Daté du 14 mars (moins de dix jours avant le premier tour des élections municipales), le document comporte le logo de la campagne « Une nouvelle ambition pour Joué », l’adresse de contact de l’équipe de campagne, ainsi que la signature de Frédéric Augis [2]. Dans ce nouveau document de deux pages, il est indiqué :

« Je suis catholique et mes deux enfants sont dans une école privée. J’ai fait ce choix de parent car je ne souhaitais pas que mes enfants apprennent la théorie du genre dans les écoles jocondiennes. Car vous le savez comme moi, malgré les délégations (sic) de la gauche de Philippe Lebreton la théorie du genre est présente dans les écoles jocondiennes. L’ABCD de l’EGALITE est un module qui est mis en place depuis la rentrée de la grande section de maternelle au CM2. »

L’auteur s’offusque que « dans ce programme on préconise l’apprentissage de l’égalité entre les genres dès le plus jeune âge. » Ce qui n’a rien a voir avec la supposée « théorie du genre » mais bien avec l’égalité des droits, à laquelle il n’est visiblement pas favorable non plus. Celui ou celle qui se fait passer pour Frédéric Augis – à moins que ce soit bien lui – assure ensuite :

« En tant que maire de Joué-lès-Tours je serai toujours un soutien pour les collectifs et les associations qui se battent contre ce genre de théories et autres abominations. »

Le document se termine par un appel émouvant :

« Seul je ne pourrai rien faire (…), j’ai besoin de votre confiance les 23 et 30 mars. »

Un contenu hallucinant, qui a préparé le terrain à la diffusion de la rumeur diffamatoire lancée par l’association d’extrême-droite « Journée de retrait de l’école » dans sa vidéo. Pour l’auteur du document, peu importe qu’il n’y ait pas « d’éducation au genre » dans les écoles du département, comme l’a rappelé le directeur académique à La Nouvelle République. L’important est de susciter la peur parmi les parents pour récupérer des votes en faveur de la liste « Une nouvelle ambition pour Joué ».

JPEG - 44.9 ko
Frédéric Augis, nouveau maire de Joué-lès-Tours

On peut se demander dans quelle mesure ces rumeurs ont aidé le nouveau maire de Joué-lès-Tours à se faire élire : au second tour, sa liste n’enregistrait que 206 voix de plus que celle de son concurrent Philippe Le Breton, le maire sortant PS. Un écart plutôt faible pour une commune de 36 000 habitants où la participation s’est élevée à 60,30 % [3]. D’autant qu’au matin du second tour, la vidéo accusant l’enseignante de l’école Blotterie avait déjà été vue plus de 35 000 fois. La victoire de Frédéric Augis, sur le fil, a également été rendue possible par un très bon report des électeurs du Front National, malgré la triangulaire : au premier tour, la candidate FN Véronique Péan recueillait 2 454 voix, contre 1 698 au second tour.

On ignore pour l’instant quelle a été la diffusion de ce nouveau document, ou si d’autres du même type ont circulé – en dehors du tract déjà évoqué. En tous cas, si Frédéric Augis n’en est pas l’auteur, il pourra remercier tous ceux qui, dans son dos, ont fait activement campagne pour lui – au détriment de la sérénité de la ville de Joué et de l’équipe pédagogique de l’école Blotterie.

On tient une copie du document à la disposition des autres médias qui voudraient en prendre connaissance.

 


Notes

[1] Depuis, suite à plusieurs plaintes, la vidéo a été retirée de la plateforme Youtube

[2] Évidemment, ce n’est pas parce que le document comporte le logo de la campagne de Frédéric Augis, l’adresse de la campagne de Frédéric Augis, ainsi que la signature de Frédéric Augis, que Frédéric Augis en est l’auteur

[3] Une requête en annulation du scrutin a été déposée au tribunal administratif par quatre citoyens de Joué-lès-Tours.