local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 6 avril 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

(La Provence) Théorie du genre : l’alliance extrême

Source :
Lionel
Modrzyk in

La Provence.com,

le 22-04-2014

Théorie du genre : l’alliance extrême

Marseille
/ Publié le Mercredi 02/04/2014 à 18H39

Ils rassemblent dans une même salle figures d’extrême droite,
catholiques et musulmans radicaux

Actualités - Théorie du genre : l'alliance extrême

Belghoul, Laibi et Soral ont donné ces derniers mois des
conférences dans les quartiers Nord.

Photos DR

Alain Soral, Farida Belghoul ou Salim Laibi, figures
du complotisme et théoriciens d’une alliance catholico-
musulmane, ont multiplié les actions à l’aube des municipales.

"Les résistants n’étaient que des lâches, des
opportunistes. Pourtant, on les fait passer pour des héros dans
les livres d’histoire et les documentaires. Alors que la plupart
ont attendu la victoire russe à Stalingrad, signe de la débâcle
nazie, pour se manifester ! Pétain, lui, était un vrai héros."

Ces propos nauséabonds ne sortent pas de la bouche d’un
historien pro-Vichy. Mais de celle d’un étudiant marseillais de
19 ans. Avec cinq de ses amis "anti-système et
catholiques pratiquants"
, il est venu assister en ce
dimanche de février à une conférence de Farida Belghoul,
figure du complotisme et instigatrice des Journées de retrait
des enfants de l’école (JRE) "pour protester contre
l’enseignement de la théorie du genre"
dont le dernier
opus s’est déroulé ce lundi, sans grand succès.

Après avoir accueilli trois semaines auparavant Alain Soral,
théoricien d’extrême-droite aux discours antisémites, le
Diamant Palace, salle de mariage du 16e arrondissement de
Marseille, affiche à nouveau complet. Dans l’assistance,
quelques jeunes d’Action Française, des radicaux catholiques et
musulmans, mais aussi des parents d’élèves. Une bande d’ados en
survêtements grignote même des bonbons dans un coin. Comme au
cinéma.

 

Farida Belghoul, surnommée "Tata Farida"

 

La séance, qui coûte 5 euros, est des plus épicées... Si
la thématique annoncée sur les flyers tend plutôt vers la
petite enfance et la scolarité, le champ lexical des
intervenants verse davantage dans Full Metal Jacket que
dans Le Cercle des poètes disparus. "Prenez
mille personnes, d’un côté ou de l’autre d’une bataille, ce
sont les plus organisées qui vont gagner, c’est aussi simple que
ça. Organisons-nous !"
, lance en préambule Salim
Laibi, président de l’association Cobema (Communauté
arabo-berbère de Marseille), qui fut notamment candidat aux
législatives 2012. "La solution pour nos enfants ne se
trouvent pas dans les urnes, mais dans la mission sacrée des
parents
, embraye Farida Belghoul, que ses disciples
surnomment "Tata Farida". La finalité de
la JRE est de sauver nos enfants, quoi qu’il nous en coûte. On
leur fait croire à l’école qu’ils peuvent changer de sexe si
tel est leur désir ! Cet objectif est satanique, nous devons
nous organiser, pourquoi pas en dehors de l’école publique ?
Cette théorie s’attaque à la figure de l’homme, au sang du
père. Nous allons livrer à ce monde nos enfants innocents, et
nous en porterons la responsabilité devant les Hommes et devant
Dieu."

Satan, Sodome et Gomorrhe, les références bibliques, comme
les termes guerriers, sont légion dans le discours musclé des
différents intervenants. Les ennemis à pourfendre aussi : "Le
parti socialiste, même si l’UMP n’est pas en reste, Christiane
Taubira et sa loi hérétique, Vincent Peillon..."

 

Les cibles : les Franc-maçons, les banquiers et... Woody Allen

 

Contre eux, Farida Belghoul exhorte les Marseillais à "se
lever, quel qu’en soit le prix"
. Avant de clamer à
deux reprises la devise de ces Journées de retrait : "Vaincre
ou mourir"
. Applaudissements nourris dans l’assistance.
Habile oratrice, Farida Belghoul va alors flatter son public, en
appelant à "des alliances authentiques de principe
entre catholiques et musulmans. La convergence islamo-catholique
doit être une locomotive. Nous en recueillerons des fruits
insoupçonnables."
Avec un clin d’oeil au passage à
Christine Boutin, dont elle est proche."Je viens de
recevoir un texto de Mme Boutin. Elle me dit que ce matin
, à
la sortie de la messe, les catholiques qui l’ont croisée l’ont
félicitée d’être dans cette convergence avec les musulmans"
.
Sourires béats de ses confrères Salim Laibi et Albert Ali. Ce
dernier poursuit : "Un abbé parisien a dit récemment
que Jeanne d’Arc était de retour, et qu’elle s’appelait Farida
 !"

Les débats s’achèvent par une intervention de Salim Laibi,
le régional de l’étape, qui comme souvent dans ses discours, va
très loin. "Heureusement que vous êtes assis, sinon
vous allez tomber de votre chaise
, prévient-il. La
théorie du genre est le projet d’un gouvernement mondial
anti-religieux."

Les Franc-maçons, les banquiers, et même Woody Allen qui a
"épousé sa fille adoptive" sont les cibles
du jour. Avant une conclusion sans appel : "Tout est
vérifiable sur internet"
. Autrement dit, une porte
ouverte sur le n’importe quoi.

Retrouvez également
aujourd’hui dans La Provence (édition Marseille), ainsi que dans
notre Edition Abonnés, l’interview de Jean-Yves Camus et le
portrait du docteur Laibi : "Théorie
du genre : l’alliance extrême"