local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 2 avril 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

NR : "Théorie" du genre : le tract qui embarrasse le maire de Joué-lès-Tours

Source : Caroline Devos et Daniel Pépin sur le site de la NR le 02/04/2014 05:46

"Théorie" du genre : le tract qui embarrasse le maire de Joué-lès-Tours

Les étranges accusations contre l'école Blotterie ont aussi été relayées dans un mystérieux tract. - Les étranges accusations contre l'école Blotterie ont aussi été relayées dans un mystérieux tract. - (Photo NR, Patrice Deschamps)

Les étranges accusations contre l’école Blotterie ont aussi été relayées dans un mystérieux tract. - (Photo NR, Patrice Deschamps)

Un mystérieux tract politique accusant l’école Blotterie, Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire) d’appliquer la théorie du genre suscite des interrogations. Le nouveau maire Frédéric Augis dément en être l’auteur.

L’affaire de l’école Blotterie de Joué-lès-Tours était déjà très complexe. Mais depuis hier, s’y ajoute une polémique politique. Il y a donc désormais deux aspects à cette affaire : la rumeur née autour du récit fait par un petit garçon de 3 ans indiquant avoir été forcé par son enseignante à se déshabiller en classe et un mystère autour d’un tract politique accusant le maire sortant, Philippe Le Breton, de faire appliquer la théorie du genre dans cette école et incitant à voter pour Frédéric Augis.

En ce qui concerne les faits allégués, l’enquête de police est désormais en cours. L’enseignante, la directrice de l’école et le rectorat ont porté plainte pour « dénonciation calomnieuse » et « diffamation ». La famille du petit garçon, d’origine tchétchène, doit également déposer plainte. Mais hier, un problème d’interprète s’était posé.

>> A LIRE : La folle rumeur de la "théorie du genre"

>> A LIRE : Des accusations qui provoquent un tollé général

Selon nos sources, le mouvement JRE (Journée du retrait de l’école) et sa responsable nationale, Farida Belghoul, ont tenté d’imposer un traducteur. Les enquêteurs de police ont refusé, préférant avoir recours à un interprète neutre et assermenté.

Rappelons qu’en fin de semaine dernière, une représentante locale de JRE, Dalila Hassan, s’est mise en scène dans une vidéo pour raconter qu’un petit garçon et une petite fille auraient été incités à se déshabiller et à se toucher mutuellement les parties génitales. Malgré nos appels répétés, il nous a été impossible de joindre Dalila Hassan depuis. La vidéo en question n’est d’ailleurs plus en ligne.

Un observateur bien informé nous explique :

Il est assez étrange que cette affaire ait émergé trois jours avant une journée du retrait de l’école qui était prévue pour lundi. Cet événement fait suite à d’autres événements dans le quartier qui montrent qu’une pression est mise sur l’école de la République actuellement. Dans cette école, les premières journées organisées par JRE avaient été suivies par un certain nombre de familles.

Hier encore, de Sud Éducation au Réseau éducation sans frontière, en passant par le SGEN CFDT, de nombreuses réactions indignées ont été rendues publiques. Le SGEN CFDT estime par exemple que « le récit fait sur le site de la JRE est le fait d’une poignée d’agitateurs extrémistes, adeptes du complot de la pseudo-théorie du genre ». Les soutiens aux enseignants de l’école Blotterie se multiplient.

D’autre part, chacun a pu noter la proximité entre le déclenchement de cette affaire et le second tour des élections municipales.

Frédéric Augis envisage de porter plainte

Nouveau rebondissement, hier : un tract appelant à voter Frédéric Augis et accusant le maire sortant de faire appliquer la théorie du genre dans cette école, a été rendu public. Le document – que la NR a pu se procurer – ressemble trait pour trait à ceux de la campagne du candidat UMP à la mairie de Joué-lès-Tours. Il porte le logo de la liste « Une nouvelle ambition pour Joué » et utilise la même typographie que les autres tracts du candidat UMP.

Ce tract aurait été diffusé dans certaines boîtes à lettres du quartier de la Rabière à Joué-lès-Tours, dans la nuit de jeudi à vendredi. Interrogé hier, Frédéric Augis a démenti toute implication dans la diffusion de ce tract. « Je ne sais pas d’où il sort, affirme-t-il. Il s’agit d’une usurpation. Je ne peux que déplorer de tels agissements ». Le futur maire de Joué-lès-Tours envisage de porter plainte.

-----------------

En savoir plus

A qui profite le tract ?

Philippe Le Breton et sa majorité socialiste ont déjà bouleversé les valeurs de la famille en permettant le mariage pour tous. Depuis la rentrée, ils imposent l’enseignement de la théorie du genre dans l’école Blotterie, demain dans l’école Rotière et celle de la Mignonne.

voici un extrait du texte de ce tract portant le logo de la liste « Une nouvelle ambition pour Joué » et appelant à « voter Frédéric Augis ». Le tract ne porte pas la mention de l’imprimeur mais rien ne permettait cependant aux gens ayant reçu ce tract dans leur boîte à lettres de penser qu’il pouvait ne pas émaner du candidat UMP.

Si une enquête est ouverte (dans le cas d’un éventuel dépôt de plainte de la part de Frédéric Augis), les investigations permettront sans doute de savoir où et dans quelles circonstances ce tract a été imprimé. Et surtout par qui.
 

Caroline Devos et Daniel Pépin