local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 2 avril 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

NR : "Théorie" du genre : le tract qui embarrasse le maire de Joué-lès-Tours

Source : Caroline Devos et Daniel Pépin sur le site de la NR le 02/04/2014 05:46

"Théorie" du genre : le tract qui embarrasse le maire de Joué-lès-Tours

Les étranges accusations contre l'école Blotterie ont aussi été relayées dans un mystérieux tract. - Les étranges accusations contre l'école Blotterie ont aussi été relayées dans un mystérieux tract. - (Photo NR, Patrice Deschamps)

Les étranges accusations contre l’école Blotterie ont aussi été relayées dans un mystérieux tract. - (Photo NR, Patrice Deschamps)

Un mystérieux tract politique accusant l’école Blotterie, Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire) d’appliquer la théorie du genre suscite des interrogations. Le nouveau maire Frédéric Augis dément en être l’auteur.

L’affaire de l’école Blotterie de Joué-lès-Tours était déjà très complexe. Mais depuis hier, s’y ajoute une polémique politique. Il y a donc désormais deux aspects à cette affaire : la rumeur née autour du récit fait par un petit garçon de 3 ans indiquant avoir été forcé par son enseignante à se déshabiller en classe et un mystère autour d’un tract politique accusant le maire sortant, Philippe Le Breton, de faire appliquer la théorie du genre dans cette école et incitant à voter pour Frédéric Augis.

En ce qui concerne les faits allégués, l’enquête de police est désormais en cours. L’enseignante, la directrice de l’école et le rectorat ont porté plainte pour « dénonciation calomnieuse » et « diffamation ». La famille du petit garçon, d’origine tchétchène, doit également déposer plainte. Mais hier, un problème d’interprète s’était posé.

>> A LIRE : La folle rumeur de la "théorie du genre"

>> A LIRE : Des accusations qui provoquent un tollé général

Selon nos sources, le mouvement JRE (Journée du retrait de l’école) et sa responsable nationale, Farida Belghoul, ont tenté d’imposer un traducteur. Les enq