local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 30 mars 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

La « Journée de retrait de l’école » accuse publiquement une enseignante de maternelle

Source : Luc
Cédelle - http://education.blog.lemonde.fr -
30 mars

La « Journée de retrait de l’école » accuse publiquement une enseignante de maternelle

Capture d’écran de la vidéo JRE accusant une enseignante

« La maîtresse a demandé au
petit garçon de toucher les parties génitales de la petite fille
 »

La prochaine « Journée de retrait de l’école »
(JRE), organisée au niveau national par Farida Belghoul pour
lutter contre « l’abomination » que
constitue selon elle et ses partisans la soi-disant « théorie
du genre », aura lieu le lundi 31 mars.

Depuis la précédente journée en février, le mouvement
(toujours
relayé par celui d’Alain Soral, Egalité et Réconciliation
),
s’est organisé, a multiplié les contacts, les réunions, et les
vidéos de propagande diffusées sur Internet. L’alliance avec
les catholiques intégristes traditionalistes proches de l’extrême 
droite, notamment ceux de Civitas, s’est affirmée. Elle est
désormais clairement assumée des deux côtés. Le mouvement s’est
également radicalisé, à travers les propos répétés de son
leader Farida Belghoul, appelant littéralement et au premier degré
à lutter contre « le diable » et proclamant
qu’elle était pour cela prête à « payer le prix du
sang »
.

Stratégie de durcissement

La radicalisation ne s’arrête pas là. Elle se manifeste
aussi à travers les méthodes utilisées dans le cadre de la
préparation de cette nouvelle journée de retrait. Une
vidéo récemment mise en ligne en témoigne
. C’est une mise
en accusation publique d’une enseignante d’une école
maternelle de Joué-les-Tours, l’école de La Blotterie, par une
militante locale des JRE se présentant à visage découvert et
sous son nom, Dalila Hassan.

Le contenu de cette vidéo est hallucinant et provoquera sans
doute de très vives et nombreuses réactions dans le monde
enseignant et au-delà, sans exclure bien sûr les suites
judiciaires qui pourraient lui être données. Les JRE ne peuvent
avoir sous-estimé ces réactions prévisibles et l’on peut
donc considérer que cette mise en accusation publique s’inscrit
dans une stratégie classique d’agitation, visant à déclencher un
processus de provocation/répression en obtenant des martyrs de la