local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Par : D.R.
Publié : 21 mars 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Pourquoi tant de Ségol'haine ?

 

* C’est l’annonce du jour : Ségolène Royal hériterait d’un grand ministère de l’Education.

Ségolène, le retour.

C’est Libé qui le dit, repris ici par Europe 1.
Et le problème c’est que Ségo, elle en a plein des idées sur l’Education et sur ce que doivent faire les profs.
Souvenez-vous :


Profs : Ségolène en off

 

Pourquoi pas le retour de Claude Allègre pendant qu’on y est ?


* Peillon, porté disparu des écrans radars depuis deux semaines ! Enfin un signe de vie.
C’était ce matin sur France Culture. Le gouvernement malaisien est soulagé.
On le croyait dans sa péniche ! C’est en effet dans une péniche qu’il entend mener sa campagne électorale pour les Européennes, (et peut-être même devenir député de Monaco). Voir ici.
D’autres ont bien fait leur campagne dans un bus qui roulait au colza... Ah, l’extrême centre...

* Réforme des statuts : CTM en vue
Les syndicats ont reçu les dernières versions des futurs décrets, qui seront voté en CTM le 25.
UNSA, SGEN et SNALC tout à fait satisfaits (et cela « sécurise » prétend même le Snalc).
Le SNES en proie a une fronde interne tente de se rebeller : il proposera de nouveaux amendements. Voir ici.
Combien de temps durera la révolte ?
Le SNES comme toujours : une direction prête a négocier, une base beaucoup moins...
Toujours résolument contre : CGT - FO - SUD éducation.
Voir notre analyse de ces décrets et de la méthode Peillon sur cette page.


* Total, toujours plus dans l’Education.
Et avec des partenariat Public Privé en plus !
On en parlait déjà il y a quelque mois. Le groupe pétrolier remet la gomme.
L’austérité à bon dos !
C’est Politis qui fait le point :
« Plan d’austérité oblige, les socialistes au gouvernement ouvrent les portes du service public d’éducation au géant pétrolier Total. Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, et Valérie Fourneyron, son homologue à la Jeunesse et à l’Éducation populaire, ont signé à tour de bras des partenariats public-privé avec l’un des plus gros pollueurs de la planète. Après avoir lâché, en juin 2013, une obole de 4 millions d’euros pour financer la réforme des rythmes scolaires, Christophe de Margerie, PDG de la multinationale, a de nouveau mis la main à la poche pour le même montant, au motif de « donner une nouvelle impulsion à l’éducation populaire, artistique et culturelle » dans les écoles, a assuré Valérie Fourneyron. Les projets seront triés sur le volet par deux représentants des ministères concernés et deux dirigeants de Total, selon des « priorités partagées ». Le partage, valeur historique de la gauche, inaugure là une déclinaison inédite. Les associations financées, elles, serviront de porte-drapeaux au groupe pétrolier, histoire de redorer son image. « 

 

Voir en ligne : http://www.le-mammouth-dechaine.fr/...