local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 15 mars 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Sud Educ 53 : Campagne de boycott du LPC

SUD éducation 53 relance la campagne de boycott du LPC sur le département . Sont également signataires de l’appel la CGT éduc’action 53 et la CNT FTE 53.

Tous pouvons signer la pétition ici : http://www.boycott-lpc.lutter-agir....

- - -


Avertissement :
Il ne s’agit pas d’une « simple » pétition mais bien d’un...

engagement collectif à ne pas remplir le LPC

Cette année encore, un « livret
personnel de compétences » (LPC) nous est imposé par le Ministère et
notre hiérarchie. Il nous est demandé d’y recenser les compétences
acquises par nos élèves en fin de CE1, de CM2 et de 3ème.

Pourquoi sommes-nous opposés au LPC ?

- Parce qu’il est inutile  : il s’ajoute au livret scolaire en usage dans les écoles et collèges.
- Parce qu’il est incompréhensible  dans sa formulation, beaucoup trop dense et ne laisse aucune place aux commentaires écrits.
- Parce qu’il est absurde
d’évaluer de façon simpliste : dans le LPC, une compétence est acquise
ou non-acquise alors qu’en réalité elle s’acquiert de façon progressive.
- Parce
qu’il contribue à remplacer la recherche et les apprentissages par des
exercices de bachotage. Nous faudra-t-il enseigner que ce qu’on nous
demande d’évaluer ?
- Parce qu’il contraint les enseignants à des pratiques visant d’abord à se conformer aux souhaits de leur hiérarchie.
- Parce
qu’il participe à la mise en concurrence des élèves, des enseignants et
des écoles ; parce qu’il utilise pour l’enseignement des concepts
propres à certaines entreprises (contrat d’objectifs, référentiel de
compétences…).
- Parce qu’il est dangereux  :
il est informatisé pour le second degré et le sera à terme pour le
primaire. Les résultats des élèves - qui ne devraient concerner qu’eux
et leurs familles - seront fichés dans les bases de données
“base-élèves” et “SCONET”, et cela pour leur vie entière... avec quelle
sécurisation ?
- Parce qu’il conditionne l’obtention du brevet des collèges.
- Parce qu’il tend à se substituer aux diplômes et donc aux conventions collectives.

En conséquence, nous, soussignés, nous engageons
collectivement et solidairement à ne pas remplir le LPC et à soutenir
activement ceux d’entre nous qui subiraient des pressions ou sanctions
de la part de notre hiérarchie.


Attention !

Cet appel n’est pas une "simple" pétition, c’est un engagement collectif à ne pas remplir le LPC.

Ne sont donc appelé-e-s à le signer que les enseignant-e-s en
activité dans une école du premier degré, dans un collège ou dans une
section de l’enseignement professionel concernée par le LPC
.