local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 25 février 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Pourquoi Paul Valéry doit fermer ! Analyse d’une stratégie politique

Pourquoi Paul Valéry doit fermer ! Analyse d’une stratégie politique

Publié le 24 février 2014 in la
Rotative

Le Conseil Général d’Indre-et-Loire a annoncé la fermeture du
collège Paul Valéry.On revient sur les raisons de cette fermeture
et les processus employés pour faire disparaître ce collège.

Le collège Paul Valéry est situé à Tours Nord, dans le
quartier des Douets. C’est un quartier qui est vu comme
vieillissant, même si l’on observe ces dernières années
l’arrivée de nouvelles familles laissant prévoir un
rajeunissement de celui-ci à moyen terme (et donc un accroissement
du nombre de collégiens). Dans la mesure où l’établissement
compterait à la rentrée 2014 moins de 100 élèves, il peut
sembler difficile de justifier son maintien en l’état. Pourtant,
cette situation est le fruit d’une volonté politique,
l’aboutissement de lois et de réformes venues de divers horizons
et qui ne pouvaient que précipiter la fermeture du collège.

Un collège tranquille

Ce collège fonctionnait très bien avec un effectif d’environ
240 élèves par année, puis les effectifs ont diminué
inexorablement pour arriver à la rentrée 2013 à 146 élèves. Tout
s’est accéléré en février 2011, comme l’explique un syndiqué
de SUD Education qui a enseigné dans ce collège :

« Le conseil général décide de fermer une classe de sixième malgré les nombreuses pétitions et la mobilisation des parents d’élèves et des enseignants. À l’époque, c’est un établissement qui fonctionne bien. L’équipe enseignante est stable pour encadrer quelque 230 élèves. Les conditions d’enseignements sont optimales (locaux en excellent état, équipement en matériel informatique à la pointe, structure à taille humaine…). Les projets sont nombreux, et nombreux sont les parents qui demandent une dérogation pour inscrire leur enfant à Paul Valéry. La classe de sixième est fermée en dépit du bon sens ; l’objectif du conseil général, même s’il est toujours nié, est clair : la fermeture est entérinée. »

Cette politique est guidée par les conclusions du rapport
Hussenet (2009), inspecteur de l’Éducation nationale qui, sur
demande de Claude Roiron (présidente du CG à l’époque), a
procédé à une étude statistique des collèges d’Indre-et-Loire
(ceux-ci étant gérés par le CG). Les collèges sont étudiés sur
tous les plans (personnels, finances, fonctionnement, coûts et
réhabilitation). De cette recherche, il est sorti un rapport de 30
pages dont les conclusions principales sont qu’un collège viable
(c’est-à-dire rentable) est un collège de 400 à 500 élèves, et
qu’un collège de 200-300 élèves serait quant à lui non
viable. Conséquence : la préconisation de la fermeture
de 5 à 6 collèges dans le département.

Suite à la publication de ce rapport, plusieurs rumeurs a