local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 19 février 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Sur les docks - PROFESSEUR À L’ARRÊT

Professeur à l’arrêt

Anne-Charlotte Pasquier et Anna Szmuc

Le 22 juillet dernier, l’Education Nationale a reconnu le burn-out d’une enseignante en Maladie Imputable au Service - une première dans le monde enseignant.
Avec l’équipe de Sur les Docks nous avons suivi au fil des mois le cheminement ce professeur. A travers son journal, son témoignage et celui de ses collègues, il s’agit de comprendre la mécanique qui l’a conduite à cet épuisement, mais aussi de faire entendre son combat intérieur pour se dégager de la culpabilité d’ « être arrêtée » et tenter de faire émerger une parole collective autour du travail.

Marie, 43 ans, a toujours « fait preuve d’un engagement exceptionnel au service de la réussite de ses élèves », travaillant notamment « sans relâche à la mise en place du nouveau bac Pro Service de proximité et Vie Locale  » précise son proviseur dans un rapport.

Avec des périodes à 80 heures de travail par semaine... Jusqu’à ce jour, le 22 mars dernier, où à la surprise générale cette enseignante modèle se retrouve « arrêtée ». Totalement incapable d’aller à travailler. Crises d’angoisse, insomnies, perte de moyens. Elle présente tous les symptômes tristement connus du fameux « burn-out ». Désireuse d’être aidée, l’enseignante obtient un rendez-vous chez le médecin de prévention qui lui conseille alors de se faire prescrire un arrêt longue durée pour « maladie mentale ».
Elle sort donc de cette entrevue encore plus déstabilisée et à peu près persuadée qu’elle est folle... L’histoire aurait pu s’arrêter là.

Epaulée par le psychiatre Brigitte Font Le Bret, la jeune femme entreprend de décortiquer son travail pour comprendre ce qui lui est arrivé : injonctions paradoxales, manque de moyens, isolement, perte de sens...
Marie décide alors de demander une reconnaissance de son épuisement professionnel en « Maladie Imputable au Service », l’équivalent d’une maladie professionnelle.

S’engage alors une procédure longue et incertaine. Rapports, contre-expertise psychiatrique, levée du secret professionnel et médical, commission de réforme... Contre toute attente, le 22 juillet dernier, cette reconnaissance lui est accordée par l’Education Nationale.

Qu’est-ce que cette reconnaissance change pour elle ? Et pour le métier ?...