local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 21 janvier 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

LA LETTRE DU MARDI 21-01-2014

Les Nouvelles Du Mardi

21 JANVIER 2014

- Burn-out des nouveaux enseignants : une étude soutenue par une banque et des assurances conclue : C’est la faute aux enseignants !

Sur le site du café pédagogique, on peut lire en chapô de l’article « Les nouveaux enseignants étouffés par le stress  » : « Une nouvelle étude menée par une équipe de l’Université de Bordeaux 2 [...], soutenue par la Mgen, la Casden, la Maïf, le Snes et le Snuipp montre qu’un nouvel enseignant sur dix est en état de burn-out dès sa première année d’enseignement. En cause le climat scolaire mais surtout la représentation du métier.  » Quoi de plus normal alors que cette étude, si elle reconnaît de grosses difficultés pour les enseignants entrant dans le métier, les explique par des raisons psychologiques et non par de la violence institutionnelle ! Tu es en burn out ? C’est parce que tu te fais une fausse image de ton métier, et que tu ne te remets pas suffisamment en question ! (« Ceux qui ne souffrent pas de burn-out sont ceux qui arrivent à se remettre en question ») Si les chercheurs nous disent qu’il y a un problème « de gestion des ressources humaines qui se pose » ce n’est pas pour dire que le management à la mode éduc nat est générateur de stress et de mal-être, mais pour affirmer qu’il faut mieux adapter les personnels aux réalités du métier ! Surtout, ne rien remettre en cause, et adapter les enseignants aux conditions de travail génératrices de souffrance, voilà les solutions apportées par les chercheurs ! Sud éducation 37 condamne cette interprétation psychologisante et réaffirme que l’origine de la souffrance des enseignants se trouve dans les conditions de travail. Tous à la conférence du 12 février sur la souffrance au travail !

- Education prioritaire : un résumé très ECLAIRant des positions des syndicats et des enseignants : V. PEILLON fait-il l’exploit de satisfaire tout le monde syndical ?

Presque, CAR PAS NOUS.

Un bilan des positions syndicales (exprimées) sur le site du Mammouth Déchaîné.
Soutien inconditionnel du SE-UNSA, du SGEN-CFDT (on ne s’attendait pas à moins) et de la FSU ou encore du SNALC.

SUD éducation refuse de considérer comme satisfaisant le fait de recruter pour les établissements en zone d’éducation prioritaire des personnels précaires (Assistant d’Education), ni même d’augmenter la carotte des primes (+ 100 euros, et encore pas pour tous). Un certifié expérimenté volontaire en ECLAIR travaillera toujours plus et gagnera toujours moins qu’un agrégé (même sans expérience) blotti au fond de son lycée de centre ville (et ne parlons pas des profs de prépa).
Voir nos déclarations et positions : Des miettes pour l’éducation prioritaire, le gâteau pour Dassault

- Publication de la liste des communes qui disent non aux rythmes

Le collectif « Prenons le temps pour nos enfants  » recense toutes les communes, département par département, qui ont refusé ou refuseront à la rentrée 2014 de mettre en place la réforme des rythmes scolaires. Si on peut imaginer que les raisons qui poussent ces communes à refuser les rythmes ne sont pas toutes exemptes de manoeuvres politiciennes, il n’en reste pas moins que la liste est impressionnante ! Certaines communes avaient appliqué les rythmes à la rentrée 2013 et sont revenues en arrière ! Ça promet une rentrée intéressante !
Trois sont recensées dans le 37 est-ce à dire que tout se passe bien aillleurs ? http://www.questionsdeclasses.org/?...
.

Voir en ligne : http://sudeducation37.fr/spip.php++cs_INTERRO++a...