local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Par : D.R.
Publié : 8 janvier 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Le niveau baisse

 

Le niveau baisse

08/01/14 10:00

* Le niveau baisse au Collège (de France)

L’enseignement, un métier de gonzesse (syndiquée), voila pourquoi ça ne paie plus.

C’est en substance la haute et lucide analyse de Antoine Compagnon, prÔfesseur de littérÂture françÂise au CÔl­lège de France.

On avait plus eu ce genre de discours depuis le (très) regretté Claude Allègre. Les élites en péril... ou pulsions fascistes ?

C’est dans Lefigaro (étonnant non ?)

« La féminisation massive de ce métier a achevé de le déclasser, c’est d’ailleurs ce qui est en train de se passer pour la magistrature. C’est inéluctable. Un métier ­féminin reste encore souvent un emploi d’appoint dans un couple. L’enseignement est choisi par les femmes en raison de la souplesse de l’emploi du temps et des nombreuses vacances qui leur permettent de bien s’occuper de leurs enfants. »

ou encore  : «  Les seules promotions possibles [des enseignants], c’est le syndicalisme ou l’inspection.  »

Il manque juste un couplet sur la Franc-maçonnerie...


* Con-sidération de nos Con-citoyens. Pas élevée.

D’après Vousnousils. Les profs devraient être moins payés, selon les Français (enquête)

Selon les Français, les ensei­gnants devraient être moins payés, indique le "Global Teacher Status Index" 2013. Cette enquête, publiée en octobre par la fon­da­tion Varkey Gems, vise à déter­mi­ner la per­cep­tion du métier d’enseignant dans 21 pays en attri­buant à cha­cun un "Teacher Status Index", qui évalue le sta­tut social des ensei­gnants et le niveau de res­pect à leur égard dans chaque pays concerné.
Les profs trop payés ?
La fon­da­tion pré­sente sur un gra­phique le déca­lage entre le salaire réel des ensei­gnants dans le pays et le salaire qu’ils devraient per­ce­voir selon les habi­tants. Et si, dans la plu­part des pays étudiés, le salaire estimé juste est supé­rieur au salaire réel­le­ment perçu, en France, l’inverse se pro­duit : les habi­tants jugent que les pro­fes­seurs devraient gagner moins.
Globalement, la France obtient un "Teacher Status Index" de 32,3, ce qui la place en posi­tion médiane du clas­se­ment. L’enquête sou­ligne que les habi­tants montrent davan­tage de res­pect pour les pro­fes­seurs des écoles que pour les pro­fes­seurs du secon­daire, contrai­re­ment à la plu­part des autres pays.

Les ensei­gnants assi­mi­lés à des bibliothécaires
Invités à choi­sir la pro­fes­sion qu’ils jugeaient la plus simi­laire à celle d’ensei­gnant (entre méde­cin, biblio­thé­caire, tra­vailleur social, infir­mier ou cadre de la fonc­tion publique), les Français ont majo­ri­tai­re­ment répondu "biblio­thé­caire." Cela indi­que­rait que les ensei­gnants sont "consi­dé­rés comme de simples admi­nis­tra­tifs qui rem­plissent leur tâche de façon for­melle", explique la fon­da­tion Varkey Gems, citée par le Figaro. "Travailleur social" est la seconde réponse plé­bis­ci­tée par les Français.


* Marchandisons un peu plus l’éducation...

Comment doper le chiffre d’affaire des universités ? Vive la réforme de la formation pro...

Educpro.fr. -Le nouveau compte personnel de formation, une aubaine pour