local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 14 décembre 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

RÉSISTANCE AU COLLÈGE PAUL VALERY - REVUE DE PRESSE

 

 RÉSISTANCE AU COLLÈGE PAUL VALERY - REVUE DE PRESSE

  (dernière m.a.j. le 16-12)

 

 


Collège Paul-Valéry : " On ne baisse pas les bras "

 SOURCE : article de ?? du 15-12-2013, www.lanouvellerepublique.fr

Les manifestants ont défilé rue Nationale puis rue des Halles avant de revenir place Jean-Jaurès. - (Photo NR)

Les parents et les élèves du collège Paul-Valéry ont défilé samedi dans le centre de Tours pour protester contre la fermeture du collège.

T homas, on est là, Paul-Valéry n’est pas fini !, ont crié les manifestants à l’adresse du président du conseil général qui avait annoncé, la semaine dernière, la fermeture du collège. Mais la décision doit être entérinée par un vote du conseil général en février. Ce qui laisse à penser que, d’ici là, les choses peuvent encore changer.

Et les élèves comme les parents d’élèves n’entendent pas ne rien faire en attendant : « On n’en démord pas, il nous reste deux mois et demi et on ne baisse pas les bras, affirme Isabelle, une mère de collégienne. On va nous voir beaucoup d’ici le mois de février ! »
Dans cette lutte contre la fermeture de l’établissement, ces parents ne sont pas seuls, comme on a pu le constater samedi : la FCPE était présente, tout comme le Parti ouvrier international (POI), Sud Éducation et FO.
« C’est la même ligne que nous défendions sur Nouâtre ou Pasteur, confiait Yvan Moquette (FO). Nous sommes opposés à la fermeture de collèges. Après Pasteur et Valéry, il y en aura d’autres : à Saint-Pierre-des-Corps, Joué ou dans le sud du département…
« Il faut qu’il y ait réunion d’un comité départemental de l’Éducation nationale qui soit convoqué pour qu’il y ait un vote sur la question avant celui du conseil général. Or, nous avons appris que celui qui était prévu le 17 décembre était reporté ! »
Autre soutien notable, celui de Serge Babary, conseiller général d’opposition et candidat à la mairie de Tours : « Je suis là pour protester contre le manque de concertation dans la prise de décision, comme ce qui s’était passé pour Pasteur. Pour les parents, ce n’est pas acceptable. »
On notait également la présence de représentants de la Libre-pensée : « On dit qu’il n’y a pas d’argent mais le conseil général verse 17 millions d’euros par an de subventions à 17 collèges privés, dont dix ont moins de 300 élèves et trois moins de cent… »

 

  " Paul-Valéry " : tromperie ou réalisme ?

 SOURCE : article de Plumcy Paul Laurent du 12-12-2013, www.lanouvellerepublique.fr

 Une manif pour rien, samedi dernier dans les rues de Tours ? - Une manif pour rien, samedi dernier dans les rues de Tours ?

Une manif pour rien, samedi dernier dans les rues de Tours ?

 Du cynisme des élus au courage dont ils font preuve, l’annonce officielle de la fermeture du collège Paul-Valéry suscite deux réactions très contrastées.

 Cette décision est un contresens. Le nombre d’habitants augmente à To urs-Nord et on ferme un collège. On veut diminuer les déplacements (plan climat, etc.) et on ferme un collège de proximité. Comme pour Pasteur, les élus n’ont pas eu le courage de modifier la carte scolaire, ils ont laissé se dégrader la situation, avec des dérogations de plus en plus nombreuses. Comme pour Pasteur, la mairie de Tours, censée défendre ses habitants et l’intérêt public, a laissé faire. A-t-elle en tête un nouveau projet immobilier ?

La NR terminait son article du 24 septembre par ces mots : " Contacté, le conseil général dément catégoriquement toute annonce de fermeture. Ce n’est pas du tout sous cet angle-là qu’ont été conduites les réunions de concertation qui ont eu lieu. " Il y a eu tromperie. Nos élus, une fois de plus, montrent leur cynisme, leur incapacité et leur incompétence ! Un manque complet de bon sens. Modifier une carte scolaire, ce n’est pourtant pas la mer à boire… 

Cette décision montre en effet un réel courage politique de la part de F. Thomas. Alors même que ce collège fait partie intégrante de son futur canton, à 4 mois des municipales et 16 mois des cantonales, il prend cette décision, sans doute difficile pour lui humainement : on ne peut que l’en féliciter !
On peut comprendre les réactions des parents même si elles paraissent assez exagérées puisque ce ne sont pas moins de 4 collèges qui irriguent le secteur de Tours-Nord. Cela fait au moins 10-15 ans que la problématique est connue en Indre-et-Loire ! L’ancienne majorité avait en effet commandé un rapport et n’en a tiré aucune conséquence. Certains aujourd’hui comme M. Paumier – que l’on entend beaucoup sur ces sujets – peuvent se draper dans leurs belles déclarations de défense de ces collèges mais pourquoi n’ont-ils pas pris des décisions quand ils le pouvaient ?
On peut constater que depuis trois ans les choses bougent : le problème de Bléré a été réglé et quels sont les parents qui critiquent aujourd’hui les décisions prises en leurs temps ? Le problème de Pasteur est réglé et force est de constater que les élèves de Pasteur ont désormais de réels moyens de construire leur avenir.
On peut toujours critiquer une politique mais en l’espèce on peut reconnaître le courage, le bon sens et la justice de la décision prise par F. Thomas.

Plumcy Paul Laurent


 

Climat tendu au collège Paul-Valéry

 SOURCE : article de ? du 12-12-2013, www.lanouvellerepublique.fr 12/12/2013 05:35

 Une cinquantaine de parents et d'élèves se sont retrouvés hier matin devant les grilles de l'établissement. - Une cinquantaine de parents et d'élèves se sont retrouvés hier matin devant les grilles de l'établissement.

Une cinquantaine de parents et d’élèves se sont retrouvés hier matin devant les grilles de l’établissement.

C’était prévisible : après l’annonce de la fermeture du collège Paul-Valéry à la rentrée 2014, la tension monte au sein de l’établissement de Tours-Nord. Hier matin, les parents d’élèves souhaitaient organiser un petit-déjeuner convivial, mais non moins revendicatif dans l’enceinte du collège. Ils ont été refoulés fermement par la direction. Dans le même temps, les élèves qui affichaient leur intention de ne pas aller en cours ont été priés de sortir de l’établissement. Deux policiers sont intervenus sur place pour faire évacuer les lieux. Une cinquantaine de parents et d’enfants se sont ainsi retrouvés devant les grilles du collège, rejoints par des militants du Parti ouvrier indépendant (POI) qui dénoncent la décision de fermeture de l’établissement pour de seules raisons budgétaires. Après une heure de manifestation, la plupart des collégiens ont repris le chemin des salles de classes. De leur côté, les parents d’élèves ont prévu de se retrouver ce jeudi soir à 18 h 30 au collège pour préparer une nouvelle manifestation dans le centre de Tours, samedi à 15 h. Désormais, ils ont clairement l’intention de faire de la fermeture du collège Paul-Valéry l’un des enjeux des prochaines élections municipales.

 

 

Collège Paul Valéry : la mobilisation continue à Tours Nord

SOURCE : article de Théo Maneval ; France Bleu Touraine du 11-12-2013,

La mobilisation contre la fermeture du collège Paul Valéry à Tours Nord continue. Mercredi matin, une cinquantaine d’élèves et de parents se sont rassemblés devant l’établissement. La fermeture à la rentrée prochaine leur a été annoncée lundi soir par le conseiller général, Frédéric Thomas. Mais les parents ne sont pas décidés à baisser les bras.

Frédéric Thomas a succédé à Marisol Touraine à la tête du Conseil général d’Indre-et-Loire. © Patrice Deschamps - La Nouvelle République - Maxppp

Les parents avaient décidé d’offrir un petit déjeuner dans le hall du collège mercredi matin, et certains élèves ont refusé d’aller en cours. Ils se sont rassemblés devant les grilles pour rappeler leur refus persistant de voir l’établissement fermer à la rentrée 2014.

À ÉCOUTER :

"Frédéric Thomas nous a dit en septembre ’Si vous ne voulez pas qu’il ferme, il ne fermera pas’ ", rappelle Isabelle Marnet, parent d’élèves.,

Les parents n’ont pas pu entrer dans le collège et ont du rester devant les grilles. Ils doivent se réunir jeudi soir afin d’organiser une nouvelle manifestation dans le centre de Tours samedi.

À ÉCOUTER  :
"Il y a un sérieux noyau" de parents d’élèves mobilisés, affirme Isabelle Marnet.
 

Manifestation ce matin devant le collège Paul-Valéry à Tours-Nord
SOURCE : article de Pascal Denis du 11-12-2013, www.lanouvellerepublique.fr

 

 Collégiens et parents se sont mobilisés ce mercredi matin.  - Collégiens et parents se sont mobilisés ce mercredi matin.  - (dr)

Collégiens et parents se sont mobilisés ce mercredi matin. - (dr)

Une cinquantaine d’élèves et de parents se sont rassemblés ce matin devant le collège de Tours-Nord pour dénoncer la fermeture de l’établissement annoncée par le conseil général. Une nouvelle manifestation est prévue ce samedi en centre-ville de Tours.

Climat tendu ce matin devant le collège Paul-Valéry à Tours-Nord. Deux jours après l’ annonce de la fermeture de l’établissement à la rentrée 2014, les parents d’élèves avaient prévu d’organiser un petit déjeuner convivial dans l’enceinte du collège en signe de protestation.

Mais la direction leur a interdit l’entrée de l’établissement. De même, les élèves qui n’avaient pas l’intention d’aller en cours ont été priés de sortir du collège. Deux policiers sont intervenus pour évacuer les manifestants qui se sont retrouvés à l’extérieur devant les grilles de l’établissement.

Nouvelle manif samedi

La plupart des collégiens ont réintégré les locaux au bout d’une heure, vers 9 h 15. De leur côté, les parents d’élèves ont prévu de se retrouver ce jeudi soir au collège pour préparer une nouvelle manifestation, samedi à 15 h, dans le centre ville de Tours.

A lire également  :

Tours-Nord : le collège Paul-Valéry en sursis ?

Collège Paul-Valéry : après la réunion, le doute subsiste

Pascal Denis

   

Collège Paul-Valéry : le couperet est tombé

  SOURCE : article de Caroline Devos du 10-12-2013, www.lanouvellerepublique.fr

Les parents d'élèves ont encore défilé samedi dernier en espérant que leur mobilisation empêcherait le collège de fermer ses portes. - Les parents d'élèves ont encore défilé samedi dernier en espérant que leur mobilisation empêcherait le collège de fermer ses portes. - (Photo archives NR).

Les parents d’élèves ont encore défilé samedi dernier en espérant que leur mobilisation empêcherait le collège de fermer ses portes. - (Photo archives NR).

Le président du conseil général, Frédéric Thomas, a annoncé hier soir la fermeture du collège Paul-Valéry. Les parents d’élèves sont furieux.

De réunion en réunion, de manifestation en manifestation, les parents d’élèves du collège Paul-Valéry de Tours-Nord avaient espéré que la mobilisation finirait par payer. Mais cette fois, le couperet est tombé : le collège Paul-Valéry fermera ses portes à la fin de l’année scolaire, début juillet. C’est l’annonce faite, hier soir, par le président du conseil général, Frédéric Thomas, aux parents du conseil d’administration de l’établissement. Tandis qu’une cinquantaine de parents manifestaient bruyamment devant les grilles, une délégation était reçue dans les salons du département. A la sortie, les parents élus étaient très amers.

Les manifestations se sont multipliées, ces dernières semaines :

« On va durcir le ton, explosait Christelle, une maman d’élève. Pour nous, ce n’est pas possible d’envoyer nos enfants dans des établissements à 7 ou 800 élèves. »
Malgré la colère des parents d’élèves, le président du conseil général, Frédéric Thomas, et le directeur académique des services de l’Éducation nationale, Antoine Destrés, ont justifié cette décision.
« Ce collège rencontre des problèmes de sectorisation qui ne permettent pas d’irriguer suffisamment l’établissement, indique le président du conseil général. A la rentrée prochaine, il n’y aurait que neuf élèves en 6e et moins de cent élèves en tout dans l’établissement. Il n’y a que deux professeurs à temps plein, comment peut-on bâtir un projet pédagogique ? »
Le président du conseil général, élu de Tours-Nord, revendique même un certain « courage politique » sur ce dossier. « J’aurais pu décréter un moratoire de trois ans et attendre pour prendre cette décision que les élections soient passées », ajoute-t-il.
Selon Antoine Destrés, le directeur académique, les élèves de Paul-Valéry seront facilement accueillis dans les autres collèges avoisinants (Montaigne, La Bruyère, Ronsard, Vinci…). « La première année, poursuit-il, les parents des élèves de 5e, 4e et 3e auront le choix entre n’importe quel collège du département. Montaigne n’est qu’à 800 mètres de Paul-Valéry. » Le conseil général promet aussi d’aider les parents en difficulté pour faire face aux frais de cantine et de transports.
Il n’empêche, cette décision – qui devrait être entérinée en session le 28 février prochain – reste symboliquement délicate, quelques mois après la fermeture du collège Pasteur.

A lire également  :

Caroline Devos

 

Collège Paul-Valéry : après la réunion, le doute subsiste 29/11/2013
SOURCE : article de ? du 12-12-2013, www.lanouvellerepublique.fr 12/12/2013 05:35

Des inscriptions ornaient le portail du collège, hier, où se tenait une rencontre importante. - Des inscriptions ornaient le portail du collège, hier, où se tenait une rencontre importante.

Des inscriptions ornaient le portail du collège, hier, où se tenait une rencontre importante.

La rencontre a eu lieu dans les locaux du collège Paul-Valéry. Frédéric Thomas, président du conseil général, et Antoine Destrés, directeur académique, avaient répondu présents face aux parents d’élèves, aux professeurs et au personnel, hier, à 18 h. Mais la presse n’était pas conviée pour ce rendez-vous qui s’annonçait décisif quant à l’avenir de l’établissement. Aucune annonce officielle n’a été faite au cours de la soirée. Frédéric Thomas a indiqué que la décision leur serait rapidement communiquée. Le conseiller général d’opposition Jean-Gérard Paumier regrettait hier de n’avoir « jamais pu débattre de l’avenir du collège Paul-Valéry, ni en commission collèges, ni en séance plénière car le président Frédéric Thomas n’a jamais inscrit ce point à l’ordre du jour ». Désormais, la question est plus que jamais à l’ordre du jour.