local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Par : D.R.
Publié : 11 décembre 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Corporatisme, nationalisme et néolibéralisme

 

Corporatisme, nationalisme et néoconservatisme

11/12/13 10:18

* Divisons-nous pour mieux nous aliéner.

En avant pour l’individualisation des carrières et la multiplication des statuts et sous-statuts (ou encore la négation pure et simple du statut, ce qui revient à peu près au même...) !

Sylvie bonnet, présidente de l’UPS, Union des professeurs de classes préparatoires scientifiques, estime-t-elle ne pas exercer le même métier que les profs du secondaire ?
C’est en tous cas ce que tendent à montrer ses déclarations :
"Le chantier qui s’est ouvert sur le métier d’enseignant –sans s– ça ne nous semble pas pertinent, dit-elle, parce que les enseignants qui travaillent sur le terrain n’exercent pas tous le même métier".

Cela rappelle un peu Darcos (lui-même ex-prof de prépa) lorsqu’il estimait que le métier de professeur des écoles n’était pas du tout le même dans les maternelles et les classes élémentaires puisqu’en maternelle il consistait surtout selon lui à changer les couches des marmots (et à leur faire faire la sieste)... souvenez-vous

En défendant le statut des profs de prépas, l’UPS n’a cure en tous cas de ce qu’il peut advenir du statut des autres enseignants : il y a enseignants (de prépa) et enseignants ; cela tombe bien, c’est aussi le point de vue du Snalc qui soutient "l’ambitieuse mise à plat des missions" voulue par le ministère à l’exception des mesures concernant les prépas... (voir post précédent)

Et comme cette "ambitieuse mise à plat" plaît bien aussi au Sgen et à l’Unsa... et que le
SNES en est toujours à s’interroger sur son positionnement, le profession pourrait bien avoir quelques inquiétudes à se faire...

Quant au positionnement socialiste sur le statut des enseignants et des fonctionnaires (car il y a aussi fonctionnaires et fonctionnaires...), il a comme un petit air de ressemblance avec la pensée sarkozyste :

"
Dans l’Education nationale, comme dans toute la fonction publique le carcan des statuts doit s’ouvrir pour permettre que circulent les hommes, les idées, les compétences." (La Lettre aux Educateurs, Nicolas Sarkozy, p. 29.)

Le changement dans la continuité ?


* La mauvaise herbe prospère, elle, pendant ce temps là.