local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 10 décembre 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

LA LETTRE DU MARDI 10-12-2013

Les Nouvelles Du Mardi

10 décembre 2013

 

- Mouvement du 5 décembre :

- SUD éducation 37 a été le seul syndicat à porter à la préfecture la nécessité d’abroger le décret Peillon sur les rythmes. Nous avons dit au Préfet l’urgence d’une réforme en la manière mais que celle qui était proposée ne répondait en rien à la question des rythmes scolaires ni à celle de l’intérêt de l’enfant. Nous avons interpellé le Préfet aussi sur son rôle quant à la nécessité d’assurer l’égalité et la cohérence du territoire départemental, alors que les activités proposées ne peuvent être les mêmes entre une commune de l’agglo et une autre en périphérie du département.

- La mobilisation sera ce que l’on en fera. Succès modeste, il faut bien le dire pour le 5. Peu d’ATSEM ou de personnels territoriaux.

- Nationalement : La Fédération SUD éducation a lancé la proposition d’une intersyndicale nationale le soir du 5 décembre. Aucun syndicat n’a répondu, ne serait-ce que pour faire le point. Un silence qui en dit long sur la volonté syndicale de mener bataille.

- Les revendications de SUD éducation face aux projets de réforme du collège et du statut des enseignant-e-s du 2nd degré

SUD éducation porte un projet de société dont les fondements sont l’anticapitalisme, la coopération et l’autogestion. Notre projet d’école découle de cette conception de la société, elle implique l’absence de hiérarchie des connaissances, des filières et des personnels. Elle nécessite des pratiques pédagogiques cohérentes avec ce projet et une liberté pédagogique. Le texte en entier est disponible ici.

 

-Enquête PISA : un outil néo-libéral pour transformer l’école à l’image de l’entreprise

A lire sur Question de Classe un long texte de Didier Muguet qui démonte de manière scientifique l’outil d’évaluation de l’OCDE largement financé par la banque mondiale. Déjà, le classement repris partout ne veut rien dire : les écarts sont trop petits. Peillon, qui ne comprend rien à la façon dont est fait le test, l’utilise pour appuyer sa réforme, comme l’ont fait avant lui tous les ministres de l’EN. Ensuite, la preuve de l’idiotie de cette « enquête » : le premier pays du classement de 2009, c’était la Corée du Sud, ce pays dans lequel la compétition extrême entre élèves et entre professeurs est érigée en valeur éducative. Les élèves bossent 6 jours sur 7 de 8h à 23h, payent des fortunes pour des instituts de bachotage et des cours privés, et vont à l’école publique qui ne sert qu’à bosser les futurs tests. Bizarrement, c’est aussi le premier pays en terme de suicide des jeunes !

Enfin, PISA sert à faire passer l’idée qu’il faut réformer l’école dans le sens du néo-libéralisme : « Comme dans toute évaluation, le rôle du test n’est pas de mesurer mais de normaliser. Le but n’est pas de vérifier des acquis, PISA se fout totalement de ce dont les jeunes sont capables, dans tel milieu, avec tels moyens, telles potentialités. PISA n’a pas pour but de mesurer mais d’inciter, d’envahir, de conformer, de monopoliser, de modéliser. Son rôle prescriptif très fort concerne la reformulation des programmes scolaires sur une logique de compétence, vise à favoriser une harmonisation, une standardisation par le référencement en listes de compétences qui prolifèrent dans des outils qui envahissent les cursus de la maternelle à l’université. »

-----

SUD Éducation 37
18 rue de l’Oiselet - La Camusière
37550 Saint-Avertin

LOCAL : 02.47.85.11.15
PORTABLE : 07 81 55 42 14
MAIL : sudeduc37@gmail.com
 
SITE : sudeducation37.fr