local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 27 novembre 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Dispositifs académiques de validation des acquis : le nombre de diplômes délivrés reste ...

  Dispositifs académiques de validation des acquis : le nombre de diplômes délivrés reste stable en 2012
Note d’information - N° 13.27 - novembre 2013

 

L’activité de validation des acquis de l’expérience (VAE) représente 20 800 candidatures à un diplôme technologique ou professionnel délivrés par l’éducation nationale en 2012, dont les deux tiers obtiennent une validation totale du diplôme postulé.

Auteur : Dominique Abriac, DEPP A1

  L’essentiel

Avec 700 référentiels de diplômes technologiques et professionnels accessibles par la validation des acquis de l’expérience, dont un quart au niveau supérieur, l’offre de certification est large. Cependant la demande de VAE en couvre à peine plus de la moitié et reste concentrée sur un très petit nombre de spécialités. En 2012, les trente diplômes les plus demandés, soit moins de 5 % de l’offre disponible, concentrent 80 % des demandes examinées par les jurys de VAE.

Le BTS est le diplôme le plus demandé avec 31 % des dossiers déposés, suivi par le CAP (21 %) et le baccalauréat professionnel (18 %). Au moment des jurys d’examen, le CAP « Petite enfance » représente à lui seul 72 % des candidats au CAP. Il reste le titre le plus demandé, mais il recule de 10 points pour la première fois depuis 2003.

La carte des formations des académies ne leur assure pas toujours l’expertise nécessaire pour disposer d’un jury. L’éventail des diplômes examinés en VAE est le plus large dans les trois académies de l’Île-de-France (186 spécialités différentes) et le plus restreint dans les académies de Mayotte, de Guyane et de Corse (moins de 30 spécialités).

Le CAP « Petite enfance », le baccalauréat professionnel « Secrétariat » et les BTS « Management des unités commerciales », « Assistant de gestion PME-PMI » et « Comptabilité et gestion des organisations » (30 % des dossiers) occasionnent la tenue de jurys dans toutes les académies en 2012. À l’opposé, une centaine de diplômes (1 % de l’ensemble des candidatures) ne sont examinés que dans une seule académie, dans les trois quarts des cas pour un seul candidat.
 

  Chiffres-clés

20 800
c’est le nombre de candidatures de VAE examinées en 2012

65,5 %
c’est la part des candidats qui valident un diplôme complet
 

  Infographie

Évolution du nombre de candidats à la VAE ayant obtenu un diplôme technologique ou professionnel ou des unités constitutives de celui-ci.


Note de lecture : le nombre de dossiers de VAE examinés pour l’obtention d’un diplôme technologique ou professionnel de l’éducation nationale a fortement augmenté dans les premières années qui ont suivi la création du dispositif en 2003. Stabilisé autour de 22 000 dossiers par an entre 2006 et 2009, ce total a reculé pour la première fois en 2010 et se stabilise en 2012.
 

  Repères

La validation des acquis de l’expérience
Par la reconnaissance des acquis de l’expérience, notamment professionnelle, la VAE permet d’obtenir tout ou partie d’une certification (diplôme, titre à finalité professionnelle ou certificat de qualification professionnelle) enregistrée au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). La demande de validation est présentée sous la forme d’un dossier qui met en relation l’expérience du demandeur avec les savoirs et les compétences propres au diplôme visé. La certification est validée par un jury.

Qui peut entreprendre une démarche de VAE ?
Toute personne, ayant au moins trois ans d’expérience, salariée, non salariée (commerçant, collaborateur de commerçant, profession libérale, agriculteur ou artisan) ou bénévole (syndicale, associative), en relation avec la certification recherchée.

Pourquoi s’engager dans un parcours de VAE ?
D’une manière générale, l’accès à la certification est un moyen d’améliorer sa position au regard de l’emploi. Il s’avère incontournable quand un diplôme est expressément exigé, notamment dans le secteur public où il conditionne fortement la carrière des agents de l’État ou des collectivités territoriales. L’obtention du CAP petite enfance permet, par exemple, d’accéder par concours aux emplois d’agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM). Celle du brevet de technicien supérieur peut être aussi motivée par le fait que les concours de professeurs de lycée professionnel sont ouverts aux titulaires d’un BTS qui justifient aussi d’une expérience professionnelle.

L’accompagnement de la VAE
Au niveau académique, les dispositifs académiques de validation des acquis de l’expérience (Dava) sont chargés de l’accueil et de l’information du public pour les diplômes professionnels et technologiques dont l’organisation et la gestion des examens sont assurés par les services des rectorats. Sont concernés l’ensemble des diplômes du second degré technologique et professionnel sous tutelle de l’éducation nationale : certificat d’aptitude professionnelle (CAP), brevet d’études professionnelles (BEP), mention complémentaire (MC), baccalauréat technologique et professionnel, brevet technique (BT) et professionnel (BP) et brevet des métiers d’art (BMA). S’y ajoutent des diplômes de niveau supérieur : diplôme des métiers d’art (DMA), brevet de technicien supérieur (BTS), diplôme supérieur des arts appliqués (DSAA), diplôme de comptabilité et de gestion (DCG) et diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (DSCG). Rentrent aussi dans le champ quatre diplômes placés sous double tutelle de l’éducation nationale et du ministère chargé des affaires sociales : le diplôme d’État d’éducateur spécialisé (DEES), le diplôme d’État d’éducateur technique spécialisé (DEETS), le diplôme de conseiller en économie sociale et familiale (DCESF) et le diplôme d’État de moniteur éducateur (DEME).
Les conseillers VAE des Dava aident les demandeurs à cibler le diplôme ou la certification les plus en adéquation avec leur profil de compétences. Ils peuvent aussi les accompagner jusqu’au dépôt du dossier. Les prestations d’aide à la constitution du dossier de demande de validation sont payantes mais peuvent être financées au titre de la formation continue. 

  Approfondissement

Télécharger la Note d’information

Dispositifs académiques de validation des acquis : le nombre de diplômes délivrés reste stable en 2012
Note d’information n° 13.27, novembre 2013

Archives sur le même thème

Diplômes technologiques et professionnels : 21 000 dossiers VAE examinés en 2011
Note d’information n° 12.30, décembre 2012
La VAE en 2010 dans les ministères certificateurs. Environ 30 000 titres et diplômes délivrés
Dares analyses, numéro 037, juin 2012 
La validation des acquis dans les établissements d’enseignement supérieur en 2010
Note d’information n °11.30, décembre 2011
Diplômes du second degré technologique et professionnel : la demande de VAE reste très concentrée
Note d’information n° 11.04, janvier 2011
La validation des acquis dans l’enseignement supérieur en 2009
Note d’information n° 11.03, janvier 2011
La demande de validation des acquis de l’expérience se stabilise en 2008
Note d’information n° 10.07, avril 2010
Le développement de la validation des acquis de l’expérience marque une pause en 2007
Note d’information n° 09.14, mai 2009

Mise à jour : novembre 2013

Voir en ligne : http://www.education.gouv.fr/cid548...