local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 12 novembre 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Orientation en fin de troisième : une procédure marquée par de fortes disparités scolaires ...

Orientation en fin de troisième : une procédure marquée par de fortes disparités scolaires et sociales
Note d’information - N° 13.24 - novembre 2013

Observée à douze ans d’intervalle, la procédure d’orientation en fin de troisième connait une progression des demandes et des décisions d’orientation en seconde générale et technologique. Les familles arbitrent entre voie générale et voie professionnelle en fonction du niveau scolaire des élèves. Mais, à notes comparables, les choix d’orientation varient fortement selon l’origine sociale, le niveau de ressources ou de diplôme des parents.

Auteur : Claudine Pirus, DEPP B1

L’essentiel

Les vœux d’orientation en seconde générale et technologique émis par les familles augmentent sensiblement au cours des douze dernières années et sont plus souvent satisfaits par le conseil de classe. Cette évolution laisse penser que les choix formulés par les élèves et leur famille sont mieux préparés en amont et tiennent davantage compte de leurs aspirations.

Les demandes d’orientation dans la voie professionnelle sont relativement stables. La seconde professionnelle attire moins d’élèves que le BEP il y a douze ans, tandis que les demandes d’orientation en CAP augmentent. Cette dernière voie demeure la seule formation professionnelle courte de niveau V débouchant directement sur un métier.

Les demandes et les décisions d’orientation sont déterminées principalement par le niveau scolaire des élèves mesuré par la note moyenne obtenue au contrôle continu du diplôme national du brevet et le redoublement survenu dans une classe antérieure.

Les disparités sociales dans l’accès à la seconde générale et technologique persistent. Ainsi, les enfants d’ouvriers, d’agriculteurs ou d’employés de service expriment des souhaits d’orientation sensiblement moins ambitieux que ceux des enfants de cadres et de professions libérales qui ont le même niveau scolaire. On observe que le conseil de classe n’intervient pas pour corriger à la hausse les vœux d’orientation des élèves des milieux populaires dont le niveau scolaire permettrait un parcours plus ouvert. 

Chiffres-clés

65 % des élèves entrés en sixième en 2007 sont orientés vers une seconde générale et technologique, contre 59 % des élèves entrés en sixième en 1995

32 % des élèves entrés en sixième en 2007 sont orientés vers un second cycle professionnel, contre 34 % des élèves entrés en sixième en 1995

3 % des élèves entrés en sixième en 2007 redoublent la classe de troisième, contre 7 % pour les élèves entrés en sixième en 1995.

L’infographie

Souhait d’une orientation en seconde générale et technologique selon la profession de la personne de référence de la famille et les notes obtenues au diplôme national du brevet (DNB)


Note de lecture : 91 % des enfants de cadres, enseignants, chefs d’entreprises et professions libérales, entrés en sixième en 2007, obtenant une moyenne comprise entre 10 et 12 au contrôle continu du DNB demandent une orientation en seconde générale et technologique. Les enfants d’ouvriers non qualifiés aux résultats scolaires équivalents ne sont que 59 % à formuler le même vœu.