local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Par : D.R.
Publié : 11 novembre 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Tranchées en perspective

Tranchées en perspective

11/11/13 10:05


* Annualisation des PE : le projet de réforme est là.

Les grandes manoeuvres sur les statuts sont commencées. Pespectives d’une guerre de tranchées.

Alors que 13 groupes de travail sont mis en place par le ministère pour discuter avec les syndicats de la question des statuts, le ministère vient de faire parvenir auxdits syndicats les premiers premiers textes en discussion.
C’est le statut des PE (professeurs des écoles) qui fait l’objet de ceux-ci, le ministère venant de diffuser un projet de décret portant « modification des obligations de service des personnels enseignants du premier degré ». Une véritable bombe pour SUD éducation qui le dénonce et le met sur la place publique.

Ce décret permettrait que les « personnels enseignants du premier degré chargés soit de fonctions de remplacement soit de l’accomplissement d’un service hebdomadaire partagé entre plusieurs écoles » travaillent plus de 24 heures par semaine : selon le projet, « les heures d’enseignement accomplies au cours de l’année scolaire en dépassement des obligations de service hebdomadaire (…) donnent lieu, au cours de cette même année, à un temps de récupération égal au dépassement constaté. »
C’est donc un début d’annualisation du temps de travail des PE qui serait engagé, et assurément une flexibilisation. Cerise sur le gâteau dans ce projet : « L’autorité académique définit le calendrier des temps de récupération ». Cela se fera « après consultation de l’agent », mais c’est le DASEN qui décidera quand les jours seront récupérés !

Bref, de quoi continuer la réformes des rythmes en toute facilité... Mais c’est pas sûr que cela déplaise à tous les syndicats puisque certains revendiquent l’annualisation.


* « Rattrapage » le 13 du 2. + calendrier au prochain CSE (jeudi 14)

On a vu que c’était pas simple et surtout pas partout pareil. L’administrateur du forum néoprof assure un bilan des situations. C’est encore plus complexe que prévu.
Voir sur cette page.
Pour en rajouter encore, au dernier CSL, on a constaté de plus que certains syndicats restés en retrait sur la question du 13 (FO, pour en pas le citer) tentaient de négocier le pont de l’ascension en échange.

Et ça tombe bien la question des calendriers des années 2014-2017 fait l’objet du prochain CSE (de jeudi 14), et on apprend :
- que les prochaines rentrées auront lieu en août et que si il faut les décrets de nomination seront faits pour cela ;
- que les déséquilibres des périodes (et selon les zones) ne sont pas réglés ;
- que, à partir de 2016, les vacances commenceraient en milieu de semaine (ce qui a fait bondir le MEDEF- donc ce devrait être annulé).


* CSE de jeudi 14, toujours : Désorientation

A l’ordre du jour, l’extension de l’expérimentation sur l’orientation en fin de 3e : libre choix des élèves (et des parents) sous le coaching du conseil de classe.
Le ministère pense que ce sera une meilleure façon d’investir les élèves dans leur parcours. Oui, en fait surtout d’augmenter la pression des parents pour orienter abusivement des enfants qui veulent autre chose. On va rire en fin de Seconde... A moins qu’on expérimente aussi la même chose en fin de Seconde (tiens, en voilà une idée... - si elle n’est pas déjà réalisée d’ailleurs...).

C’est surtout une autre façon d’évacuer les problèmes qui fâchent : le nombre de place dans certaines filières, la trop grande résistance des profs, l’absence chronique de COP...

Et comme d’habitude, SGEN et UNSA totalement pour.


* Universités bientôt toutes en faillite ?

Les présidents d’université qui ont bien et largement été pour la politique d’autonomie des établissements commencent à se rendre compte que ce n’était pas pour leur bien. Bien fait (malheureusement). Mais heureusement qu’ils sont là (nous disent-ils ouf on a eu peur).

AFP La Conférence des pré­si­dents d’université (CPU) dénonce dans une motion une situa­tion bud­gé­taire "bien­tôt inte­nable pour la majo­rité de (ses) établis­se­ments", esti­mant qu’"il y a urgence à agir".
"La situa­tion finan­cière des uni­ver­si­tés s’aggrave inexo­ra­ble­ment d’année en année", "consé­quence de l’absence de com­pen­sa­tion par l’Etat de l’augmentation méca­nique de la masse sala­riale des fonc­tion­naires : la liste des charges trans­fé­rées non com­pen­sées est longue et finit par peser lour­de­ment", tan­dis que "les nou­velles mis­sions" et "les nou­veaux objec­tifs" assi­gnés "sont de plus en plus nom­breux", sou­ligne le texte.

"Ces der­nières années, les uni­ver­si­tés se sont enga­gées dans des poli­tiques res­pon­sables de saine et bonne ges­tion", elles "ont réa­lisé les écono­mies qui pou­vaient être faites, ont pro­cédé à des mutua­li­sa­tions de ser­vices et d’activités ; cer­taines d’entre elles, de plus en plus nom­breuses, ont dû effec­tuer des pré­lè­ve­ments signi­fi­ca­tifs sur leurs fonds de rou­le­ment pour assu­rer leur fonc­tion­ne­ment courant".

Mais "les solu­tions uti­li­sées et les efforts consen­tis atteignent leurs limites", pré­vient la motion. La situa­tion "sera bien­tôt inte­nable pour la majo­rité de nos établis­se­ments. A court terme, l’ensemble des uni­ver­si­tés fran­çaises risque de ne plus pou­voir assu­rer les mis­sions de ser­vice public que l’Etat leur a assignées".

Et avec toute la hauteur de vue que disent avoir ces messieurs, ils ne se sont pas aperçus plus tôt que c’était le but final ? Rien n’empêche maintenant l’Etat de faire assurer ce service public par des organismes privés.
Défendront-ils alors la fonction publique ? Pas sûr... d’ailleurs ils ne le disent pas...

Voir en ligne : http://www.le-mammouth-dechaine.fr/...