local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 21 octobre 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

COMMUNIQUÉ DE PRESSE RESF 25

LEONARDA : UNE DÉCISION INHUMAINE ET UBUESQUE

 En proposant un retour en tant que "mineure isolée" volontaire, nouveau concept en matière de politique
migratoire, à une jeune fille de 15 ans, F. Hollande s’est livré à un
calcul politicien transparent : concéder le minimum possible à ceux que
l’expulsion des Dibrani indigne, tout en affichant son soutien à la
politique dure de Valls et en espérant sans doute ne pas trop désespérer
l’électorat lepenisé.
 Ce calcul s’est fait au mépris des droits humains et des droits de
l’enfant les plus élémentaires, en particulier le droit à vivre en famille :
que le chef de l’Etat propose à Léonarda la séparation
d’avec sa famille, qui laisserait ainsi ses cinq frères et sœurs et sa
mère dans un pays dont ils ne connaissent rien et où les Roms sont en
butte à la plus grande hostilité, relève d’un chantage très éloigné de tout "discernement".
 Une proposition hypocrite et cynique,
qui avait bien peu de chance d’être acceptée. On voit ainsi dans quel
mépris nos gouvernants tiennent le facteur humain, s’agissant des
migrants et des Roms en particulier.
 Inhumain, ce choix est aussi politiquement aberrant, puisqu’il
mécontente à peu près tout le monde. Pour la frange lepenisée, tout
autre choix qu’un refus abrupt est inacceptable. Et pour la gauche, il
ne saurait pas non plus être accepté, le remède étant pire que le mal. Rien n’est donc réglé.

 Pour RESF, l’heure est plus que jamais à la mobilisation pour le retour
de Léonarda, de sa famille ainsi que de Khatchik, le jeune lycéen arménien, absent de
l’intervention présidentielle.

Resf25 appelle à se rassembler
Lundi 21 octobre à 17 h place Pasteur,
pour le retour sans condition de la famille Dibrani et du jeune Khatchik.

RESF 25