local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 8 octobre 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Michelin : revue de presse au 8/10

 Ce matin plus d’un millier de salarié-es et leurs familles manifestaient à Jouè-lès-Tours. Cet après-midi commencent les négociations. La direction remplacerait à court terme les 726 emplois supprimés par ... des intérimaires.
Ultime mépris de la direction, les syndicats n’ont reçu les documents sur ces négociations ... qu’hier.

Selon le résultat, le mouvement pourrait perdurer voire se durcir. Les délégués des représentant-es et les ouvriers ayant en effet décider de ne rien lâcher tant qu’aucune solution décente ne sera proposer par la direction.


Petite revue de presse ;

> article de la NR du 8/10/2013

Joué-lès-Tours : les salariés de Michelin ont envahi le centre-ville

08/10/2013 13:00
 
 

 

 

photo nr Patrice Deschamps

Entre 800 et 1.000 salariés de l’usine Michelin de Joué-lès-Tours ont manifesté mardi matin contre la fermeture du site. Le mouvement s’est dispersé en fin de matinée alors que débutait un comité central d’entreprise extraordinaire, suivi, dans l’après-midi, d’une nouvelle réunion de négociations autour du plan de sauvegarde de l’emploi.

C’est à 8 h, devant l’entrée de l’usine, que le rendez-vous avait été donné. Par centaines, les Bibs se sont retrouvés pour cette manifestation majeure, la plus importante à Joué depuis l’annonce, en juin, de la suppression de 726 postes.

La plupart des 926 salariés du site jocondien avaient répondu à l’appel à la grève de l’intersyndicale. "Il n’y a plus personne dans l’usine", précisait Olivier Coutant (Sud), secrétaire du comité d’entreprise. D’autres collègues, venus de Cholet, Bourges, La Roche-sur-Yon et Clermont-Ferrand, avaient également fait le déplacement par solidarité.

Le tramway interrompu

A 8 h 30, sous les yeux du député Laurent Baumel et du maire Philippe Le Breton, le cortège a pris la direction du centre-ville, encadré par plusieurs dizaines de policiers. Les manifestants, entre 800 et 1.000, ont ensuite emprunté le boulevard Jean-Jaurès puis la rue Gamard. Conséquence directe de ce rassemblement, le trafic du tramway a été momentanément interrompu à Joué-lès-Tours et la circulation perturbée aux différents carrefours.

Dans les rangs du cortège, les salariés n’étaient pas seuls : des amis, des conjointes, des enfants et des salariés d’autres usines de la région sont venus grossir les rangs. "On est tous avec les Michelin !"

Fumigènes, cornes de brume, pétards... et slogans rageurs "Michelin, arme de destruction massive" ou "Pour gonfler ses profits, Michelin licencie", le défilé s’est ensuite dirigé vers l’espace Clos-Neuf. Olivier Coutant et les différents représentants syndicaux ont pris tour à tour la parole avant que ne débute en fin de matinée un comité central extraordinaire d’entreprise.

Le moment le plus important de cette journée est prévu cette après-midi avec une réunion de négociation autour du plan de sauvegarde de l’emploi. "Si demain, Michelin ne lâche pas, on foutra encore plus le bordel", entendait-on dans les rangs.

>> Retrouvez tous nos articles dans le dossier spécial Michelin

Nicolas Rimbaux

 

> Sur France 3 le 8/10