local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 15 octobre 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

LA LETTRE DU MARDI 15 OCTOBRE

Les Nouvelles Du Mardi

15 OCTOBRE 2013

 

- Front National dans l’Education (nationale) : 

Cela s’appelle le collectif Racine, et ça pue. Voici venir les profs d’extrême droite décomplexés. Il y en a toujours eu, mais de là à s’afficher c’est autre chose.Encore le mythe du redressement (national) de l’Ecole ! Des propos qui surfent sur les discours antipédagogistes, mais qui cachent difficilement les préférences pour l’école confessionnelle, privée et hors contrat, le chèque éducation… Une première analyse par un collègue, sur RUE 89. D’après Le Monde, certains syndicats (le SNALC et FO) serrent les fesses, tellement ils ont peur que certains de leurs syndiqués s’y affichent clairement (et c’est déjà le cas : voir ici). 

SOLIDAIRES 37 (avec la FSU et la CGT) organise à ce propos les 27 et 28 novembre un stage sur la montée de l’extrême droite et ses dangers pour les salariés. Voir le programme. Inscrivez-vous !


- Rythmes tout va bien !

D’ailleurs, pour V. Peillon : la réforme des rythmes scolaires est "aussi victime de son succès" . Si, si, vous ne rêvez pas. "Oui nous avons un effort à faire pour nos enfants, par-delà les intérêts particuliers qui sont estimables", a indiqué le ministre à propos de cette réforme, affirmant qu’elle "devrait être consensuelle" car "le temps scolaire n’est ni de droite ni de gauche" et parce qu’elle est une réponse à un "déclin scolaire français sans mesure". Peillon déclinologue qui fait le lit de Brignoles et du collectif Racine ? 
A suivre le communiqué de SUD éducation 37 sur la réforme dans le 37 : Fatigue, manque de concertation, rythmes de travail effréné...
A NOTER : R.I.S. sur le rythmes, le 5 novembre (17 h – 19 h, à prendre sur une animation péda). Nous contacter .


Rythmes : Ni Peillon ni Delanoë, ni Fillon ni Copé

La question des rythmes scolaires est de divers côtés l’objet d’instrumentalisations politiciennes bien éloignées des enjeux véritables. L’intérêt des enfants, les droits des personnels, le service public d’éducation valent mieux que ces manœuvres. La seule attitude à adopter pour les personnels, c’est l’indépendance syndicale vis-à-vis de tous les pouvoirs politiques et l’autonomie de leur action revendicative pour une réelle amélioration de l’école publique pour tous et toutes (effectifs de classe réduits, enseignant-e-s titulaires en nombre suffisant et formé-e-s, dotations égales en moyens matériels, réduction du temps de travail, réelle formation initiale et continue des personnels…) Voir le communiqué de SUD Education